Les racines québécoises de Beach House

Beach House se produira au Cercle le jeudi... (LIZ FLYNTZ)

Agrandir

Beach House se produira au Cercle le jeudi 9 octobre pour présenter son spectacle à guichets fermés.

LIZ FLYNTZ

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Quand le duo alternatif américain Beach House montera sur la scène du Cercle jeudi pour présenter son spectacle à guichets fermés, la chanteuse et claviériste Victoria Legrand pourra affirmer qu'elle joue au pays de ses ancêtres, puisque non seulement elle est née en France, mais elle a aussi une grand-mère québécoise.

«La plupart sont au courant que mon père est Français, mais peu savent que ma grand-mère maternelle est née au Québec», confie la chanteuse, qui tenait à faire connaître cette branche de son arbre généalogique à ses fans québécois.

«Elle s'appelait Fernande Beauchamp et elle a été élevée dans un couvent après avoir perdu ses deux parents, décédés de la grippe espagnole. À l'âge de 17 ans, elle est déménagée à Baltimore. Elle est décédée en 1992 et je pense toujours à elle quand je pense au Québec», indique l'artiste de 33 ans.

Son intérêt pour la musique, Victoria l'a cependant hérité de la branche paternelle. «C'est vrai, je suis la nièce du compositeur français Michel Legrand, mais je n'avais pas vraiment de relation avec lui. Mon père m'a transmis cet amour de la musique. Il y avait toujours de la musique, des disques chez nous. C'est devenu ma vie», souligne la musicienne.

«De plus, ce qui est merveilleux quand tu grandis dans une famille très sensible aux arts, c'est qu'ils ne te piquent pas une crise quand tu décides de faire carrière dans la musique. C'est quelque chose qui est normal.»

Dans le cas de Victoria, la carrière dure depuis 10 années passées sur scène et en studio avec le guitariste Alex Scally, qu'elle a connu par l'entremise d'un ami commun alors qu'elle cherchait un bassiste pour former un groupe. «Dix ans déjà! J'ai presque peine à croire que ça fait si longtemps!» fait-elle remarquer.

Aventure canadienne

La tournée canadienne que le duo a entreprise à la mi-septembre est une aventure un peu spéciale, puisqu'elle l'amène pour la première fois à traverser le Canada d'ouest en est après avoir présenté un spectacle en Alaska.

«On appelle ça le Northern Exposure Tour! On fait un grand voyage de l'Alaska jusqu'à Halifax et pour nous, c'est un rêve qui devient réalité. On avait déjà joué dans les grandes villes comme Toronto, Vancouver, Ottawa et Montréal, mais c'est la première fois à Québec, Winnipeg, Thunder Bay, Saskatoon, Calgary, Nelson, Edmonton et Fredericton. Il n'y a pas beaucoup de groupes qui vont là, et c'est agréable pour nous de jouer dans des salles plus intimes.»

Victoria Legrand ne cache pas que Beach House adore essayer de nouvelles choses. Comme augmenter les effectifs du groupe en tournée. «Au début, c'était seulement Alex et moi. Ensuite, on a ajouté un batteur, puis on a fait une tournée à quatre», explique-t-elle.

«Cette fois, on sera cinq sur scène. Il y aura Steve Strohmeier, qui joue de la basse et plusieurs autres instruments, Skye Skjelset, qui joue aussi de la basse, et Chris, le batteur. L'idée n'est pas d'être plusieurs pour être plus gros et plus forts, mais plutôt pour offrir un son plus riche et vivre quelque chose de plus amusant.»

Hommage à Gene Clark

Un autre cadeau que Beach House s'était offert, en début d'année, c'est celui de présenter, avec des musiciens invités, quatre spectacles consacrés à l'album No Other de l'ex-Byrds Gene Clark.

«Mon père m'a donné cet album quand j'avais 19 ans, et je l'ai beaucoup écouté avec Alex. Cette musique est dans nos vies depuis ce temps, et on a décidé de le jouer live du début à la fin avec des gens qu'on aime bien», poursuit-elle en énumérant Robin

Pecknold (Fleet Foxes), Daniel Rossen (Grizzly Bear), Iain Matthews, Jenn Wasner (Wye Oak) et Hamilton Leithauser (The Walkmen).

«C'est loin d'être facile de réunir un groupe de musiciens comme ça pour un tel projet, mais ça en valait le coup. En plus, c'était vraiment agréable de donner un spectacle et d'être un peu dans l'ombre, de n'être qu'une petite partie de l'ensemble en faisant les choeurs.»

Si elle accepte volontiers de parler de ses réalisations, Victoria Legrand demeure cependant discrète quant à ses projets. «Je ne ferai aucun commentaire concernant un futur album. Par contre, je peux te dire qu'on écrit depuis qu'on est de retour de tournée, en septembre 2013. La passion est toujours là et je ne serais rien sans la musique», conclut-elle.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer