Matt Stevens Quartet avec Christian Scott: la fougue des jeunes loups

Fougue, créativité et cohésion étaient au rendez-vous.... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Fougue, créativité et cohésion étaient au rendez-vous.

Le Soleil, Yan Doublet

Partager

Sur le même thème

(Québec) Le guitariste Matt Stevens et son quartette offraient jeudi, au Largo, la seconde de deux performances en compagnie d'un invité bien spécial : le trompettiste Christian Scott. Les jeunes jazzmans y sont allés d'un programme varié, où la fougue, la créativité et la cohésion étaient au rendez-vous.

Originaire de Toronto, Matt Stevens a collaboré avec différents artistes, dont Esperanza Spalding, Jason Moran ou Jacky Terrasson, mais c'est surtout avec Christian Scott qu'on l'a vu sur une base régulière. Il était donc dans l'ordre des choses que le trompettiste lui rende la pareille tôt ou tard en montant à bord de son quartette. Au menu? Presque uniquement du matériel neuf, Stevens étant occupé à ficeler un premier album solo.

Les gars ont ouvert avec une version hautement remodelée d'Oceans, de Pearl Jam. Si l'on sentait le potentiel de l'ensemble, les musiciens n'étaient pas encore bien arrimés - Scott en faisait un peu trop de son côté. Ça s'est graduellement placé lorsque Stevens a lancé sa bande dans l'excellente Bartlett. Le guitariste, dont le style évoque souvent Pat Metheny - il a été l'un de ses professeurs -, ne manquait pas de verve et a servi des solos inspirés. Derrière lui, la section rythmique brillait par sa vigueur, en particulier le batteur Eric Doob, aussi créatif que nuancé.

Couleurs variées

Pour le dernier titre de la première partie, After All, Vicente Archer a troqué sa basse pour une contrebasse. On a alors eu droit à une pièce aux couleurs variées, mettant en valeur l'écoute et l'inventivité de la troupe : Scott a enfoui son micro au creux de sa trompette pour en tirer des effets, après quoi Doob nous a servi un solo dynamique et nuancé, tandis que Stevens l'encadrait avec une ligne aux allures de boucle sonore.

Certes, la première moitié du concert était solide, or il nous semblait que Christian Scott n'avait pas brillé comme il peut le faire. De fait, durant la seconde moitié, le trompettiste est revenu en grande forme avec son look soigné, échangeant avec Stevens des envolées pleines de finesse et bâtissant avec l'ensemble du band de spectaculaires crescendo. Au moment d'aller sous presse, le quartette continuait de soulever la foule avec des titres pleinement maîtrisés et des improvisations réussies qui témoignaient d'un remarquable travail collectif.

En entrevue plus tôt cette semaine, Christian Scott nous confiait qu'après avoir passé cinq ans avec ses musiciens, il s'entourerait bientôt d'une nouvelle équipe. On comprenait pourquoi jeudi : Matt Stevens a désormais lui aussi l'aplomb nécessaire et un bagage de compositions pertinentes pour être leader à son tour...

Partager

À lire aussi

  • Le jazz extensible de Christian Scott

    Sur scène

    Le jazz extensible de Christian Scott

    Ces dernières années, le guitariste Matt Stevens a suivi Christian Scott sur scène comme en studio, étant l'un des musiciens habituels du ... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer