Rup-ture[s]: le cirque sous un nouveau jour

Dans Rup-ture[s], danse contemporaine, théâtre, musique et cirque... (Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Dans Rup-ture[s], danse contemporaine, théâtre, musique et cirque se fondent pour produire un spectacle lié par une trame fort simple.

Le Soleil, Steve Deschênes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Moment historique, mardi soir, à la Caserne Dalhousie : Québec a assisté à la naissance publique d'une nouvelle troupe - Les Confins - et d'une nouvelle façon, résolument urbaine et con­temporaine, d'envisager l'art du cirque. Rup-ture[s] charme en effet autant par ses audaces que par ses petites imperfections.

Pas évident de renouveler le genre après le Cirque du Soleil. À moins de revenir à la base - le dépouillement - et d'amalgamer tous les arts de la scène en un tout cohérent. Danse contemporaine, théâtre, musique et cirque se fondent ainsi ensemble dans un spectacle lié par une trame fort simple. Que se passe-t-il si, au sortir du lit, tout bascule et que le sol semble s'ouvrir sous nos pieds, que tout devient différent?

Les différents tableaux mis en scène avec humour et doigté par Kevin McCoy illustrent les répercussions de cette onde de choc sur ceux qui gravitent autour du protagoniste principal. Sans trop insister sur la signification, le metteur en scène a surtout cherché à créer la poésie autour du mouvement et de son exécution ainsi qu'à en dégager une sensualité charmante.

Rup-ture[s] est un spectacle qui met en évidence la vigueur et la fougue de la jeunesse, celle de ces corps souples et musclés d'hommes et de femmes dont la beauté exulte. Il faut souligner à ce propos le travail de la chorégraphe Arielle Wanrke St-Pierre, qui réussit à marier les prouesses physiques du cirque à l'expressivité de la danse.

Rup-ture[s] présente une jeunesse avec ses hésitations et sa gaucherie aussi. Une compagnie toute neuve, avec un stress évident un soir de première, conduit nécessairement à des hésitations et des erreurs d'exécution, vite oubliées.

Numéros réussis

D'autant que plusieurs numéros sont particulièrement réussis. On pense à l'énergie féroce du numéro de trapèze d'Anne-fay Audet Johnston sur fond de nature qui se déchaîne et d'effets strobos­copiques : captivant. Ou bien au numéro - très drôle - de jonglerie «lendemain de brosse» de Francis Julien et à celui de roue Cyr de Michael Duffy, pendant lequel l'acrobate récite du Shakespeare!

C'est aussi ce qui charme dans Rup-ture[s], ce sentiment d'assister à un spectacle artisanal, mais néanmoins professionnel. Les cinq artistes et le musicien mettent tous l'épaule à la roue : ils jouent, dansent, déplacent les décors et font des acrobaties.

Il faut souligner, à ce propos, le délirant et hilarant numéro du multi-instrumentiste Frédéric Lebrasseur, en hommage au philosophe russe Léon Chestov. Troquant ses habits de musicien pour ceux de chef d'orchestre en habit de lutteur, il se livre à un hommage «impromptu et improvisé» avec les cinq artistes comme instruments vivants.

Cette dose d'autodérision vient tempérer l'aspect plus dramatique du propos sur la vie qui fuit, sur ses contradictions et ses paradoxes. Et sur les ruptures qui la ponctuent...

Rup-ture[s] est à l'affiche de la Caserne Dalhousie jusqu'au 24 avril.

Partager

À lire aussi

  • <i>Rup-ture[s]</i>: lier les déchirures

    Théâtre

    Rup-ture[s]: lier les déchirures

    Le premier spectacle de la compagnie de cirque contemporain Les Confins alliera les traditionnelles acrobaties au théâtre et à la danse. Un amalgame... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer