La rentrée littéraire en 10 promesses

La rentrée littéraire est toujours un moment à la fois palpitant et angoissant.... (123RF/stockshoppe; Infographie Le Soleil)

Agrandir

123RF/stockshoppe; Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Isabelle Houde</p>

(Québec) La rentrée littéraire est toujours un moment à la fois palpitant et angoissant. Il y a tant de choses qui se publient, tant de résumés alléchants, de retours attendus, de premières offrandes prometteuses. Que choisir? Dans cette récolte abondante, voici dix livres qui apparaissent comme de belles promesses de lectures cet automne.

L'histoire de mes dents

  • Valeria Luiselli, Éditions de l'Olivier
Résumé : Gustavo «Grandroute» Sanchez, meilleur commissaire-priseur au monde, ambitionne de réaliser son plus grand coup : après s'être fait retirer toutes les dents, les vendre en les faisant passer pour les restes d'«infâmes personnages» tels que Platon, Pétrarque ou Virginia Woolf, et tester ainsi son extraordinaire pouvoir de persuasion. Seul hic : son fils apparaît, bien décidé à acheter son père aux enchères. 

Pourquoi ça promet : Le titre, d'abord! Et puis cette proposition complètement farfelue. À 34 ans, l'écrivaine mexicaine établie aux États-Unis fait sensation de l'autre côté de l'Atlantique avec cette première traduction en français. On parle d'un récit «quasi irracontable», d'une «richesse extraordinaire», enfin, le roman «le plus fou» de la rentrée. Un plus pour la fantaisie et la déroute!

***

La vie rêvée des grille-pain

  • Heather O'Neill, Alto
Résumé : «Il était une fois un ours et un Tzigane, une troupe de clones du grand Noureev, des anges descendant du ciel par milliers le jour du Débarquement, des bébés que l'on ramasse sur la plage à marée basse, une androïde capable de goûter l'humour...»

Pourquoi ça promet : Juste par la couverture, le titre, et le quatrième de couverture, on salive à l'idée de découvrir l'imagerie fantaisiste d'Heather O'Neill (La ballade de Baby), cette fois sous la forme de nouvelles. Qui plus est, la version originale en anglais de cette Montréalaise est déjà auréolée de distinctions. On se fie au flair habituel d'Alto sur ce coup-là.

***

Au milieu du monde

  • Marc Séguin, Les éditions du Noroît
Résumé : Une collection de poèmes écrits par l'artiste Marc Séguin alors qu'il avait entre 16 et 18 ans, en quelque sorte un «portrait du peintre en jeune poète». Extrait : «La nuit restée blanche / les étoiles oubliées / la lune aux cent pas nous sommes / les larmes tombeaux / sur l'Atlas des chemins libres»

Pourquoi ça promet : L'extrait donne envie, déjà, mais c'est surtout l'intérêt d'avoir accès aux toutes premières lueurs créatives et à l'intuition artistique de cet artiste dont le travail visuel est fascinant. Les premiers romans de Marc Séguin (La foi du braconnierHollywood et Nord Alice) ne sont pas passés inaperçus.

***

Borealium Tremens

  • Mathieu Villeneuve, La peuplade
Résumé : David Gagnon veut rénover la Maison brûlée, dont il hérite à la mort de son grand-oncle, une maison-fantôme comme les autres dans le fond d'un rang de Saint-Christophe-de-la-Traverse. Il veut aussi y cultiver la terre et y terminer son roman, mais c'est sans compter les nombreux obstacles, le bois pourri, l'alcool et une prophétie sauvage héritée de ses ancêtres.

Pourquoi ça promet : Un thème qui revient de plus en plus chez une nouvelle génération d'écrivains, ce «roman du terroir» nouveau genre où des jeunes font un retour à la terre, aigris par la ville. Mais la campagne remplit rarement ses promesses. Curieuse de voir la proposition de Mathieu Villeneuve, jeune auteur de 27 ans originaire de Chicoutimi, «descendant de bûcherons et de paysans».

***

Grand fauchage intérieur

  • Stéphanie Filion, Boréal
Résumé : Jeanne, une photographe, séjourne au Liban pour terminer un projet sur les rites funéraires. Elle y rencontrera Julien, un judoka parisien beaucoup plus jeune qu'elle, qui la poussera dans ses derniers retranchements. 

Pourquoi ça promet : Ce livre vient à peine de sortir, et déjà, on en dit le plus grand bien. Premier roman de Stéphanie Filion après des recueils de poésie, on décrit sa prose comme «sensuelle», «délicate» et «intime». Et il y aurait du fantastique qui affleure à travers le réalisme. J'en ai déjà quelques chapitres de lus, et ça augure bien!

***

Les argonautes

  • Maggie Nelson, Triptyque
Résumé : Dans ce récit en fragments ciselés, Maggie Nelson raconte l'amour fou, le sexe, la grossesse, la famille, le travail, l'écriture. L'accouchement. La mort. Ce que c'est que de prendre soin. Et comment, sans l'amour, on tombe en morceaux.

Pourquoi ça promet : Officiellement classé dans les essais, le livre semble naviguer aussi dans les eaux de l'autofiction. Avec Une partie rouge, qui vient de paraître aux Éditions du Sous-sol, c'est la première fois qu'on pourra lire l'Américaine Maggie Nelson en français. Très curieuse de voir ses réflexions sur la maternité, la famille et l'univers queer, un concept qui a surgi dans l'univers médiatique dernièrement et qu'on gagnerait à mieux comprendre. Le Guardian désigne l'auteure comme l'un des «esprits les plus aiguisés de sa génération», rien de moins.

***

Le potager

  • Marilyne Fortin, Québec Amérique
Résumé : L'apocalypse est arrivée tout doucement partout dans le monde, depuis qu'un virus mortel s'est propagé. Caroline voit chaque semaine son univers changer. Entre deux crises d'anxiété, elle doit néanmoins s'occuper de son mieux de ses deux jeunes garçons. Quand les habitants de son quartier décident de s'unir pour cultiver un potager, même les choses les plus banales prennent désormais des allures dramatiques.

Pourquoi ça promet : Je ne sais pas si c'est la situation mondiale actuelle tendue, mais les récits dystopiques ont la cote et continuent de me fasciner. Dans le genre, je suis curieuse de voir une version québécoise, surtout que Marilyne Fortin a su marquer les esprits avec son premier roman, La Fabrica, qui lui avait valu le Grand Prix du livre 2016 de la Ville de Sherbrooke et une nomination aux Prix du Gouverneur général en 2015.

***

Manikanetish

  • Naomi Fontaine, Mémoire d'encrier
Résumé : Une enseignante de français en poste sur une réserve indienne de la Côte-Nord raconte son univers, celui de ses élèves qui cherchent à se prendre en main. Autochtone, elle tentera tout pour les sauver du désespoir, même se lancer en théâtre avec eux.

Pourquoi ça promet : Le premier roman de l'Innue Naomi Fontaine, Kuessipan, a fait grand bruit en 2011. On a dit de lui qu'il révolutionnait la littérature amérindienne. Il a, avec d'autres ouvrages de jeunes auteurs autochtones, contribué ces dernières années à ramener à l'ordre du jour tout un imaginaire, une culture. Manikanetish offre d'aussi belles promesses, dans les quelques premières pages offertes sur Internet. Une prose toute en retenue, précise, évocatrice, sincère, surtout quand on sait que Naomi Fontaine enseigne elle-même à Uashat.

***

Underground Railroad

  • Colson Whitehead, Albin Michel
Résumé : On suit le périple de Cora, 16 ans, esclave sur une plantation de coton dans la Géorgie d'avant la guerre de Sécession, qui tente de s'enfuir vers la liberté à travers un réseau de tunnels souterrains creusés sous les terres du Sud. 

Pourquoi ça promet :

Le New York Times décrit Underground Railroad comme «une histoire essentielle pour comprendre les Américains d'hier et d'aujourd'hui». Ah, tiens! Voilà quelque chose de bien utile par les temps qui courent. Pour une lecture qui parle de politique à travers la fiction, c'est tout indiqué. Et quand c'est marqué du sceau d'un prix Pulitzer et du prix du meilleur roman décerné par l'ensemble de la presse américaine, pourquoi s'en passer?

***

Le cri de la sourde

  • Sylvie Nicolas, Druide
Résumé : Le cri de La Sourde se tisse au rythme des marées, dans le grondement sourd des silences et des non-dits. Dans ce récit campé en Matanie, écrit quelque temps avant le décès de sa mère, l'auteure tente de sauver de l'oubli des parcelles de mémoire, au gré de personnages colorés.

Pourquoi ça promet : Sylvie Nicolas est une auteure de Québec qui fait sa marque à travers les années, en littérature jeunesse, en poésie, mais aussi, ces dernières années, en roman. On a envie de lire pour le plaisir de la voir décrire un bout de pays d'ici, la Matanie, en une autre époque, avec son style unique.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer