• Le Soleil > 
  • Arts > 
  • Livres 
  • > Aquarelles et dessins du Petit Prince s'envolent aux enchères 

Aquarelles et dessins du Petit Prince s'envolent aux enchères

Les aquarelles du Petit Prince ont été vendues aux... (AFP, Rémy Gabalda)

Agrandir

Les aquarelles du Petit Prince ont été vendues aux enchères pour plus de 500 000 euros (739 600 $CAN).

AFP, Rémy Gabalda

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

L'engouement pour le Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry ne se dément pas. Deux aquarelles de l'écrivain-aviateur se sont vendues mercredi pour plus de 500 000 euros  (739 600 $CAN)  aux enchères chez Artcurial, à Paris.

Ces deux oeuvres avaient été réalisées au cours de l'été-automne 1942, quelques mois avant la sortie du Petit Prince.

La première aquarelle (27,8 x 21,4 cm), réalisée sur une feuille de papier pelure montée sur carton, représente le Petit Prince assis sur une chaise, contemplant un soleil rougeoyant qui disparaît de l'horizon de sa petite planète derrière des fleurs et des joncs.

La seconde aquarelle, de même format que la première, représente le Petit Prince allongé sur le ventre dans un jardin de roses. Ce dessin se retrouve dans l'édition originale, au moment où l'enfant, une fois arrivé sur Terre, découvre amèrement un jardin «fleuri de roses» semblables à son unique fleur. Le Petit Prince comprend que «sa» rose n'est qu'une fleur parmi d'autres.

L'engouement pour le Petit Prince d'Antoine de... (AFP, Rémy Gabalda) - image 2.0

Agrandir

AFP, Rémy Gabalda

Ces deux aquarelles, issues de la succession de Consuelo de Saint-Exupéry, l'épouse de l'écrivain, ont été acquises par des acheteurs européens.

Une suite de onze dessins préparatoires, constituant indéniablement une première ébauche de l'ouvrage mythique, ont été vendus pour 104 000 euros (153 837 $CAN).

Enfin, une des deux dernières lettres de l'écrivain, écrite à la veille de sa mort, a été vendue 18 200 euros (26 921 $CAN). La lettre se termine avec ces mots dramatiques: «Si je suis descendu, je ne regretterai absolument rien [...] Moi j'étais fait pour être jardinier».

Ce courrier avait été retrouvé sur la table de Saint-Exupéry le soir de sa disparition, le 31 juillet 1944.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer