• Le Soleil > 
  • Arts > 
  • Livres 
  • > Festival de la BD: Boule, Bill et l'ancêtre de Spirou 

Festival de la BD: Boule, Bill et l'ancêtre de Spirou

Au début, Laurent Vernon a voulu respecter la... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Au début, Laurent Vernon a voulu respecter la griffe de Roba, créateur de Boule et Bill, question que la transition se fasse de manière naturelle. Puis, il a peu à peu pris des libertés.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Depuis une quinzaine d'années, Laurent Verron est le père adoptif de Boule et Bill. S'il anime le garçon et son chien en respectant le trait et l'esprit de leur créateur, le dessinateur français ne perd pas de vue des projets susceptibles de lui laisser pleine liberté, comme cet album qu'il mijote sur les origines de Spirou...

Contrairement à leurs créateurs, les personnages de bande dessinée tendent à être immortels. Or rares sont les auteurs qui ont songé à assurer le destin à long terme de leurs héros. Jean Roba fait partie des exceptions. Au début des années 2000, il s'est tourné vers Laurent Verron afin de lui passer le flambeau.

«C'était une vraie relation humaine, c'est vraiment lui qui me l'a demandé, raconte Laurent Verron, au Soleil. À l'époque, il m'avait dit : "Je vais arrêter, mais je veux que Boule et Bill continue. Comme tu as été mon seul assistant, je voudrais que ce soit toi qui continues." C'était une confiance qu'il me donnait pour continuer sa série. C'était ses tripes - c'est basé sur sa famille, son fils, son chien - donc je sentais que c'était quelque chose qui lui tenait vraiment à coeur. Et qu'il me le propose, j'ai été très touché.»

Selon Verron, si un éditeur ou des ayants droit l'avaient abordé ainsi, il aurait peut-être refusé, mais il a décidé de plonger. Respectant d'abord la griffe de Roba, question que la transition se fasse de manière naturelle, il a peu à peu pris des libertés. On note en effet que certains animaux ou personnages secondaires sont les siens. Il s'est efforcé aussi, avec ses complices Cric et Pierre Veys au scénario, de moderniser le décor et les gags de cette série née en 1959.

«Les voitures, ce sont des voitures d'aujourd'hui; il y a des gags avec des téléphones portables. La maman, je la mets souvent devant un ordinateur - je ne veux plus la dessiner avec un balai à la main, déjà à l'époque je n'aimais pas trop... Ce sont de petits éléments de la vie quotidienne pour ne pas que les enfants se disent : "mais ils vivent dans le Moyen-âge!"»

Malgré les quelques libertés qu'il a pu se permettre dans Boule et Bill, Laurent Verron admet s'y sentir à l'étroit et même, ces jours-ci, avoir «une petite lassitude». C'est qu'au départ, il alternait les albums de la célèbre série avec des projets personnels, comme Odilon Verjus, scénarisé par Yann, ou encore Fugitifs sur Terra II. Or devant la volonté de l'éditeur de livrer des Boule et Bill sur une base annuelle, il n'y avait plus de place pour le reste.

Ceci va néanmoins changer. Verron a en effet été contacté par le scénariste Yves Sente (Blake & Mortimer) pour un chapitre de la série Une aventure de Spirou par, où les auteurs relatent à leur manière les péripéties du populaire groom.

De Spirou à Ptirou

«Il m'a dit : "on va faire Spirou" et sur le coup, je lui ai dit : "mais j'ai déjà repris Boule et Bill, je ne vais pas faire Spirou, quoi!" Puis il m'a précisé : "Non, ce n'est pas Spirou, c'est Ptirou, avant Spirou" et ça, ça m'a convaincu. Ça nous permet d'être complètement libres, de faire ce que l'on veut.»

Avant d'être dessinateur, Rob-Vel, le créateur de Spirou, était steward sur les bateaux transatlantiques faisant la trajectoire Le Havre-New York. C'est là qu'il a côtoyé un petit groom rouquin, fort débrouillard, qui allait lui inspirer Spirou. Verron et Sente ont décidé de baptiser ce personnage Ptirou et de le faire évoluer en 1929. Bien que basée sur des faits réels, l'histoire demeure une fiction et s'étendra sur 70 planches.

Laurent Verron, qui a un grand intérêt à dessiner les animaux, réalise aussi, de temps à autre, des fresques animalières. Peut-être que cet intérêt pourrait l'amener à d'autres projets, mais ce qui est certain, c'est qu'il ne perd pas de vue Boule et Bill. Les fameux personnages, qui ont droit à une nouvelle série télé et qui retourneront au cinéma bientôt, continueront donc de vivre sous sa plume au lendemain de l'aventure de Ptirou.

«Dans la BD, on peut parler de tout, constate Verron. Et un même auteur peut avoir des séries très différentes dans un état d'esprit très différent.»

Présent au Festival

Laurent Verron participe au Festival de la bande dessinée de Québec jusqu'à dimanche. Il sera en dédicace au Centre des congrès chaque jour (détails au silq.ca). Vendredi, à midi, il parlera de son expérience dans l'univers de Boule et Bill chez Frima Studio. Il participera aussi au projet Correspondances, avec lequel on pourra se familiariser samedi, à 15h30, à la Maison de la littérature, en compagnie de Jimmy Beaulieu, Paul Bordeleau, Djief, Julie Rocheleau, Marie Avril, Chloé Cruchaudet et Serge Deloupy.

Québec est BD

Jusqu'à dimanche, c'est la fête du neuvième art de toutes sortes de façons et en plusieurs lieux, que ce soit au Centre des congrès ou ailleurs. 

Pour une première année, la Maison de la littérature fait partie des destinations. Au nombre des activités, une rencontre avec le père de Paul, l'auteur Michel Rabagliati, samedi à 14h.

Le Musée de la civilisation est cette année encore de la partie sur une base quotidienne. Parmi les incontournables, il faudra voir, ce soir, le Fabuleux cabaret imparfait, où le monde du cirque et le dessin en direct se rencontreront.

Frima Studio invite les amateurs ce soir à la soirée Turbo Kid (19h), qui permettra de découvrir le film du même nom, en présence des réalisateurs.

Le Brunch dessiné revient au Cercle samedi, de 11h à 12h30, où jeunes et moins jeunes peuvent joindre leurs talents à ceux de l'illustratrice Marie Lamonde-Simard. 

Le Musée national des beaux-arts du Québec y met aussi du sien, dimanche (10h30 et 13h30), avec l'activité Rencontres en BD.

Notons enfin que, pour clore l'événement, un Concert dessiné des Fantastiques aventures du Baron de Münchhausen se tiendra dimanche, à 15h, au Grand Théâtre.

Pour les détails et l'ensemble des activités, on consulte le fbdfq.com.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer