Le Colisée du livre fermé, ce qui reste aux ordures

Une page d'histoire a été tournée, hier, alors... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Une page d'histoire a été tournée, hier, alors que le Colisée du livre a fermé ses portes. Aidé par des employés, Sylvain Rocque s'est affairé à ramasser les derniers bouquins toujours sur le plancher.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Colisée du livre a accueilli ses derniers clients jeudi. Ne reste que quelques meubles à démolir, quelques bouquins à balancer aux ordures. La clef sera mise sous la porte mardi.

Le Colisée du livre du Faubourg Saint-Jean fermera définitivement... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 1.0

Agrandir

Le Colisée du livre du Faubourg Saint-Jean fermera définitivement à jeudi à 16h.

Le Soleil, Erick Labbé

Depuis le début de la semaine, la plus grosse vente en ville était sur la rue Saint-Jean. C'était «Rabais 100 %» au royaume du livre usager. En plus, «pour ceux qui viennent aujourd'hui, c'est un 2 pour 1!» s'exclamait le maître des lieux, Sylvain Rocque, jeudi au passage du Soleil. Vendredi, le grand débarras est cependant fini.

M. Rocque était sur place à l'ouverture des portes, en matinée. Déjà, quelques clients faisaient la file dans l'espoir de profiter de l'aubaine, de la gratuité. 

Tandis que nous discutions avec M. Rocque, les masses des ouvriers faisaient éclater en morceaux les étals du deuxième étage. Débris et livres excédentaires étaient transportés jusqu'à la rue, dans un conteneur; direction l'enfouissement.

«Les livres, on les donne depuis quatre jours», raconte le propriétaire de deux autres commerces de même ascendance, à Montréal et Longueuil - eux resteront ouverts. Les amateurs ont été nombreux, semble-t-il. «On doit en avoir donné par loin de 200 000.»

Mais Sylvain Rocque a aussi jeté beaucoup de livres, de disques. «Un bon 40 000.» Il dit avoir contacté plusieurs organismes, mais personne n'aurait voulu payer pour la manutention et le transport. 

Aussi, il a bien reçu quelques appels pour la cession de l'entreprise. «Mais rien qui a abouti.» 

Fin du bail

Après 31 ans, Sylvain Rocque doit donc avoir vidé le local pour mardi. «La fin du loyer arrive.»

Pourquoi fermer? Après tant d'années à voyager entre Québec et Montréal, le libraire se dit fatigué. Cette fois-ci, il n'a pas voulu imputer la finale à l'achalandage en baisse, aux ventes décroissantes. Il faut dire que depuis l'annonce de la fin des activités en juin, la clientèle affluait pour profiter de prix réduits.

L'entrepreneur avait toutefois expliqué à une collègue du Soleil que la rue Saint-Jean ne lui semble plus aussi achalandée qu'à ses débuts. Et que son chiffre d'affaires avait plongé de 20 %.

Des regrets? «Les quatre derniers jours ont été tellement agréables avec la clientèle... Les gens étaient heureux. Ça compense», laisse tomber M. Rocque. «Merci à toute ma clientèle.»

Un conteneur rempli de livres a été envoyé... (Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 2.0

Agrandir

Un conteneur rempli de livres a été envoyé à la décharge. Une cargaison qui a attiré l'attention de citoyens. 

Le Soleil, Pascal Ratthé

Un conteneur débordant de livres à la poubelle

On peut jeter deux-trois livres, mais on ne peut pas jeter un magasin complet. Il y avait plein de livres intéressants, en très bonne condition.»

Le Soleil a croisé Jean-­François Gouin sur le trottoir. C'était le matin. Il attendait l'ouverture de la porte du Colisée du livre. Et il était bien content de pouvoir profiter de la gratuité offerte par le propriétaire pour ses derniers jours d'opérations.

Mais il dénonçait l'envoi à la décharge d'un conteneur débordant de livres. Mercredi soir, plusieurs citoyens avaient d'ailleurs plongé dans ce réservoir géant de culture, abandonné sur la rue. Des images croquées par notre photographe en témoignent.

«Il débordait de livres. C'était full, full, full», désapprouve M. Gouin qui affirme avoir appelé à la Ville de Québec pour déplorer la situation. «Il y a bien du monde qui serait content de les avoir ces livres-là.»

Isabelle Garneau confirme. En promenant son chien, elle a été estomaquée de croiser tous ces résidents du coin qui essayaient de récupérer quelques livres promis à l'enfouissement. «C'était spécial. C'est triste.»

Habituée du Colisée du livre, Brigitte Racine regrette quant à elle la fermeture du commerce. «Ça va faire un trou dans le quartier. Je venais tout le temps faire un tour. Les prix étaient abordables.»  

=> Ventes de livres au Québec

2014 par rapport à 2013

  • 24 %: Décroissance des ventes en grandes surfaces
  • 17 %: Taux de recul dans les chaînes de librairies 
  • 3 %: de diminution dans les librairies indépendantes

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer