• Le Soleil > 
  • Arts > 
  • Livres 
  • > Festival de la bande dessinée: Québec dans des bulles françaises 

Festival de la bande dessinée: Québec dans des bulles françaises

Nicoby (à droite) et Joub ont signé ensemble... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Nicoby (à droite) et Joub ont signé ensemble le livre Dans l'atelier de Fournier, consacré à leur rencontre avec Jean-Claude Fournier, l'un des pères de Spirou.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Pour bon nombre de Québécois, notre hiver qui ne veut pas mourir ou les taxes qui gonflent presque invariablement nos factures ont de quoi faire sacrer... Pour des bédéistes français en résidence de création dans la capitale, ces petits irritants bien de chez nous donnent plutôt envie de dessiner. Quoique dans les planches créées ces derniers jours par le duo Joub et Nicoby, les sacres sont parfois aussi inclus!

Les deux artistes français nous rendent visite à l'occasion du Festival de la bande dessinée francophone, qui s'est mis en marche mercredi. Un échange culturel rendu possible grâce à une association entre le rendez-vous québécois de la BD et celui organisé à Saint-Malo, auquel Joub et Nicoby sont associés. D'ici à dimanche, ils prendront part à plusieurs activités au festival - dédicaces, dessin en direct, spectacle Conte à bulles -, en plus de poursuivre une résidence de création qui leur a déjà permis de noircir plusieurs pages d'un cahier. Les planches sont scénarisées à deux, mais c'est Nicoby qui signe les dessins. «Il y a l'intérêt d'être dans l'énergie du moment, de ne pas avoir besoin de les retravailler une fois revenu, note-t-il. Le charme, c'est de les faire ici.»

Leur inspiration? Les rencontres, d'abord, mais aussi «toutes ces petites différences entre vous en nous», résume Joub. «Rien que le climat... Aujourd'hui, on est très surpris par la froideur», observe à son tour Nicoby.

«Il y a les taxes, les pourboires, les expressions... reprend Joub. Ça revient régulièrement dans le côté touriste. Mais, pour nous, le but, c'est aussi d'aller un peu plus en profondeur dans notre découverte de la ville. Ça sera beaucoup de rencontres avec des auteurs parce qu'on en connaît pas mal et qu'ils ont à coeur de nous présenter leur ville. Leif Tande, par exemple, est un excellent ambassadeur de Québec et sa région. On est allé voir la cabane à sucre, on est allés sur l'île d'Orléans... Il nous a amenés un peu partout.»

Fournier, Charlie

et la jungle

Loin d'en être à leur première expérience de «reportage en BD», Nicoby et Joub ont signé ensemble le livre Dans l'atelier de Fournier, consacré à leur rencontre avec Jean-Claude Fournier, l'un des pères de Spirou. Préalablement, ils s'étaient penchés sur l'histoire du journal satirique Hara-Kiri, dans lequel Charlie Hebdo a pris racine. Questionnés sur les attentats qui ont fait 12 morts dans la salle de rédaction de l'hebdomadaire en janvier, Joub et Nicoby ont affirmé avoir été ébranlés, même s'ils jugent pratiquer un métier différent de celui des dessinateurs de Charlie Hebdo

«Là où on a pu avoir une petite résonance, c'est à cause du livre qu'on a fait sur Hara-Kiri, précise Joub. Ce n'était déjà plus les mêmes équipes, mais ce sont des gens que nous avons côtoyés, dont nous avons raconté l'histoire.»

Avant de savoir quelle forme prendra le récit de leurs «aventures» à Québec, les deux bédéistes transposeront sous peu leurs lecteurs dans un tout autre décor : la création de l'album Manuel de la jungle les a menés dans la forêt guyanaise, où ils ont tenté d'apprivoiser la nature et se sont frottés à des chercheurs d'or clandestins.  

 «Ils n'ont pas aimé du tout qu'on vienne dans ce coin-là. On sentait qu'on n'était pas chez nous, ils nous l'ont bien fait comprendre», raconte Joub. «Ça nous fait un livre un peu réorienté, ajoute Nicoby. On était partis pour raconter quelques trucs pour vivre dans la jungle... Eh bien, on a raconté comment vraiment survivre dans la jungle!»

La BD célébrée et métissée

Avec plus d'une centaine d'artistes venus de six pays et une programmation qui se déploie dans plusieurs lieux de la ville, le 28e Festival de la bande dessinée francophone, organisé en marge du Salon du livre, a pris son envol mercredi et se poursuit jusqu'à dimanche.

Au menu : lancements, ateliers, expositions, séances de dédicaces et spectacles célébrant le neuvième art d'ici et d'ailleurs. Les ambassadrices du Festival, les comédiennes Anne-Élisabeth Bossé et Lise Castonguay, participent jeudi soir au spectacle Parole de planches, présenté au Théâtre Petit Champlain, lors duquel des scénarios de BD prendront vie sur scène.

Vendredi, c'est plutôt la danse - plus précisément le swing - qui viendra à la rencontre de la bande dessinée lors de la soirée Swing'n'Love présentée au Musée de la civilisation.

Détails et programmation complète au www.fbdfq.com.

 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer