Tahar Ben Jelloun: contes de la lucidité

Le regard de Tahar Ben Jelloun se pose... (Photo : Tirée de Wikipedia, illustration de Gustave Doré© de 1867. Le petit Chaperon rouge)

Agrandir

Le regard de Tahar Ben Jelloun se pose sur les contes qui ont marqué son enfance sur son imaginaire littéraire, et l'incite à ajouter les nouvelles monstruosités du monde parmi les tabous déjà illustrés par Perrault (illustration). Le Petit Chaperon rouge devient La petite à la burqa rouge.

Photo : Tirée de Wikipedia, illustration de Gustave Doré© de 1867. Le petit Chaperon rouge

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Shéhérazade a raconté pendant mille et une nuits des histoires qui lui permettaient d'étirer le temps et la gardait en vie. Charles Perrault, en «bon académicien et bon chrétien», écrit plutôt ses contes pour transmettre des moralités et témoigner de certains fondements de la nature humaine.

«Quand on écrit, on n'écrit pas pour passer le temps», croit l'auteur marocain Tahar Ben Jelloun. «Mais parce qu'on a l'envie de raconter des histoires, et si ces histoires apportent quelques lumières sur tel ou tel sujet, ou défendent des valeurs pourquoi pas?»

À presque soixante-dix ans, celui-ci publie au Seuil le fruit du croisement des voix de Perrault, lu à la petite école, et de «sa» Shéhérazade, une vieille tante nommée Fadela, sous le titre Mes contes de Perrault.

Son regard d'homme mûr se pose sur les contes qui ont marqué son enfance et son imaginaire littéraire, et l'incite à ajouter les nouvelles monstruosités du monde parmi les tabous déjà illustrés par Perreault. Des Mille et une nuits, il retient «la technique, la narration, qui implique un peu de suspense et des choses surprenantes», mais aussi tout l'univers oriental.

Riquet à la houppe devient ainsi Hakim à la houppe, Le petit chaperon rouge devient La petite à la burqa rouge, la bonne fée marraine devient diabolique et mauvaise si Cendrillon dépasse minuit et la Belle au bois dormant est persécutée par sa belle-mère à cause de sa peau noire.

Dans Peau d'âne, l'inceste, déjà présent chez Perrault, est surligné trois fois. «Très tôt, j'ai parlé de l'inceste et de la pédophilie avec mes enfants. Je voulais qu'ils l'apprennent de moi», indique le père de quatre enfants, dont un qui lui a inspiré son Petit Poucet. «J'en ai fait un enfant trisomique parce que j'ai moi-même un enfant trisomique qui a maintenant 23 ans et qui est formidable, qui sauve la famille en quelque sorte», explique-t-il.

En plus de ses ouvrages de fiction, Ben Jelloun a écrit bon nombre de chroniques politiques qui dénoncent vertement les tyrans. On ne s'étonne pas qu'il ait fait des rois et des reines de ses contes des dirigeants véreux, qu'il prend presque chaque fois un malin plaisir à ramener dans le droit chemin par l'adoption de politiques justes et respectueuses du peuple. «Je raconte des histoires pour donner l'illusion que le monde est juste et beau», admet l'auteur.

Depuis quelques années, il a un peu délaissé l'écriture pour se lancer dans la peinture, dont de grandes fresques colorées où le pinceau semble reproduire les gestes de l'écriture arabe. «J'ai tellement écrit, que maintenant j'ai envie de peindre des choses qui sont le contraire de ce que j'écris. Ce que je peins est beaucoup plus gai», souligne Ben Jelloun.

Depuis quelques années, Ben Jelloun a un peu... (Photo Hermance Triay) - image 2.0

Agrandir

Depuis quelques années, Ben Jelloun a un peu délaissé l'écriture pour se lancer dans la peinture.

Photo Hermance Triay

Les Barbe bleue d'aujourd'hui

A-t-on encore besoin des contes à notre époque où vitesse, productivité et apparences ont plus d'importance que la sagesse, la morale et la pensée? «On est hyperinformé. Dès que la moindre petite chose se produit, Internet nous le dit, mais je crois qu'en même temps notre esprit s'appauvrit et qu'on a encore besoin qu'on nous raconte des histoires», répond Tahar Ben Jelloun, qui vient de publier Mes contes de Perreault.

L'enfance passe, mais «le besoin de rêver et de regarder le monde avec un oeil un peu étrange» n'est jamais tout à fait terminé.

«Finalement, l'unique morale de l'histoire, c'est qu'il faut, partout et en toutes circonstances, garder sa lucidité et sa vigilance bien en éveil», écrit Ben Jelloun dans l'introduction du livre. Une jolie leçon, qui découle de la conviction que les ogres et les Barbe bleue de ce monde y sont plus présents que jamais. «Le mal, dans le sens diabolique, triomphe toujours plus facilement que le bien. Ceux qui ont la vie facile, ce sont ceux qui volent, qui violent et qui tuent», martèle l'écrivain, qui était d'humeur assez sombre lorsqu'il s'est entretenu avec Le Soleil.

«Je fais de tout, des analyses politiques, je parle à la radio et à la télé, j'explique, ça ne change rien, ça ne fait pas bouger les choses», se plaint-il. En écrivant Le racisme expliqué à ma fille, il y a seize ans, il a mené une véritable campagne d'éducation et de sensibilisation, qui aujourd'hui lui semble vaine. Pourquoi continuer d'écrire, alors? « Parce que je ne suis pas encore totalement désespéré. Les écrivains ne sont pas des prophètes ou des magiciens. Et pourtant on continue de croire qu'un moment donné ça va servir à quelque chose.»

Certains contes semblent avoir eu une fonction exutoire, comme son Petit chaperon rouge, rebaptisé La petite à la burqa rouge, qui parvient à se venger elle-même, d'une manière, de celui qui veut l'abuser. Et ici, l'agresseur n'a pas les traits d'une bête, mais d'un homme, qui s'est toujours conduit comme un animal de proie envers son prochain de l'avis de Ben Jelloun.

Malgré tout, il faut dire que ses écrits portent une certaine foi en l'humanité, et les bons triomphent, n'en déplaise au fatalisme ambiant.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer