PisHier: dessine-moi des histoires

Le dessinateur PisHier... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le dessinateur PisHier

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Être illustrateur, ça ne veut pas (seulement) dire s'installer chaque matin dans un rayon de soleil avec ses crayons de couleur pour créer des dessins amusants. Que ce soit pour illustrer un phénomène d'actualité ou pour créer la faune bigarrée d'un album pour enfants, il faut que l'image vale, comme le dit l'adage, mille mots.

Pierre Girard, alias PisHier, a fait ses premiers dessins d'illustration pour Le loup de gouttière, alors qu'il était encore étudiant. Depuis, il dessine pour des magazines comme Les Affaires et L'actualité et pour des éditeurs jeunesse. Ses personnages ornent des cartes postales et des toiles, qu'on a pu voir au Diamant lors d'une exposition orchestrée par Morgan Bridge, et des vitrines de commerces (notamment lors du festival de la BD de Québec). Bref, on a parfois l'impression que sous ses traits de crayon, Québec prend des allures de Monstropolis, la cité du film Monstres inc. Ses bonshommes à plusieurs bras et ses monstres patibulaires et loufoques ont pris la ville d'assaut.

Son quartier général, en plein centre-ville, est lui-même rempli de figurines, de dessins et d'objets de collection. Les personnages de Sesame Street, des Superfriends et de Star Wars attendent sagement les ordres, alignés en joyeux bataillons sur les étagères. On reconnaît leur influence sur les dessins de l'illustrateur, qui a souvent, à plusieurs reprises, flirté avec les jeux vidéo et le dessin animé.

«Pendant un bout de temps, j'ai été color picker, raconte PisHier. J'appliquais à l'ordinateur, avec un crayon numérique, des couleurs pour la série Station X, qui passait à Télétoon. Il fallait que ça aille vite, en respectant des palettes de couleurs pour les scènes de soir et les scènes de jour.» Comme faire de la peinture à numéros à la vitesse de l'éclair, finalement.

L'entraînement fut utile, puisque maintenant, lorsqu'il propose des personnages, il doit souvent décliner chaque détail de leur physionomie en plusieurs versions, avant même de proposer des couleurs. «Les pupilles, les sourcils, la bouche, chaque élément est évalué, choisi. On me pointe les oreilles du no 1, les cheveux du no 6, le chandail du no 3...», explique-t-il.

Les contraintes et les plaisirs varient selon les maisons d'édition. «On m'a déjà demandé d'enlever une plinthe électrique d'une illustration parce que c'est synonyme d'un danger pour les enfants», note-t-il. Le rouge, qui exciterait apparemment l'agressivité des jeunes lecteurs, est parfois proscrit... «Il y en a d'autres, mais je dois les oublier au fur et à mesure, sinon je finis par me censurer constamment», conclut PisHier, qui a illustré une vingtaine de livres pour enfants jusqu'à maintenant.

Pour vivre de leur crayon, les illustrateurs (dont le salaire est souvent une avance sur leurs redevances de droits d'auteur) doivent varier les projets. Heureusement, PisHier aime se frotter à l'actualité économique, donner un peu de pep aux textes arides. «Le rôle de l'illustrateur, à la base, est d'amener un lecteur à lire un texte informatif sur lequel on ne peut pas mettre de photo. On sert de bouée, on attrape l'attention du lecteur», expose-t-il.

Dans sa feuille de route, PisHier compte plusieurs projets singuliers, dont la BD Le marcheur anonyme, le fanzine bidon, les illustrations de Tous mes amis sont des superhéros chez Alto et tout récemment Mon mammouth et moi, un livre numérique (lire l'autre texte). Un accomplissement. «Écrire, pour moi, c'est dur, je suis dyslexique et je n'arrive pas à m'exprimer à l'écrit comme je le fais en dessin, explique-t-il. Mais on dirait que j'ai une autre vision de la communication qui s'est développée. Peut-être que finalement, c'est un mal pour un bien.»

Mon mammouth et moi ... - image 2.0

Agrandir

Mon mammouth et moi 

 La mémé et la mouche... - image 2.1

Agrandir

 La mémé et la mouche

Un, deux, trois, quatre, cinq...

Trois livres atypiques illustrés par PisHier (Pierre Girard) sont parus cet automne en littérature jeunesse alors que l'illustrateur participe à deux activités du festival littéraire Québec en toutes lettres.

›  Mon mammouth et moi

Paru aux éditions Panda, Mon mammouth et moi est un livre numérique où un petit garçon nous présente son animal de compagnie, un mammouth formidable. Chaque «page» contient un grand dessin coloré et quelques phrases qui sont lues à haute voix par un narrateur. Dès qu'un mot est prononcé, il apparaît en gras et en surbrillance, pour aider à l'apprentissage de la lecture. Une chanson rythmée (ver d'oreille assuré) ouvre le récit et de petites animations ponctuent le récit. On peut le regarder sur un écran d'ordinateur ou une tablette électronique.

›  La mémé et la mouche

Cet hommage à Alan Mills, un des grands noms du folk canadien, qui s'est notamment fait connaître à la SRC avec des chansons en anglais et en français, a d'abord été publié dans la langue de Shakespeare, puis traduit par Bïa Krieger. On y trouve un disque, où chantent avec beaucoup d'humour Thomas Hellman et Emilie Clepper, ainsi que les textes des 12 chansons accompagnés par des illustrations de PisHier. La chanson-titre, qui a été l'objet d'un court-métrage de l'Office national du film, prend la forme d'un minialbum (une page et un dessin pour chaque couplet). À écouter en lisant ou à lire avec les mélodies en tête. Aux éditions La Montagne secrète.

›  Le dodo rigolo

Les éditions de La Bagnole, pour qui PisHier avait déjà illustré la série Palin, lui ont confié les images du Dodo rigolo, où un gamin plein d'énergie vogue au pays de Morphée en comptant jusqu'à 10, et en traversant des contrées fantasmagoriques. Une manière originale de dynamiser une formule très utilisée dans les albums pour enfants.

›  Tous des superhéros

L'illustrateur offre un atelier pour les sept ans et plus à la bibliothèque

Gabrielle-Roy samedi prochain à 13h30. En s'inspirant du livre Tous mes amis sont des superhéros et d'un projet de livre numérique à venir, PisHier dessinera les personnages héroïques imaginés par les enfants dans les fenêtres de la bibliothèque. Il faut réserver au 418 641-6789, poste 173.

›  Paroles sur images

Mardi à 19h, PisHier fera partie de la bande de Paroles sur images, une lecture dessinée où la narration écrite et visuelle se rencontre. Avec Bach, Pierre Bouchard, Catherine Dorion, David Gauthier, Catherine Lemieux, Nathaël Molaison, Érika Soucy, ValMo, Webster ainsi que Nicolas Jobin et Frédéric Brunet à l'ambiance musicale. Macaron obligatoire.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer