Le metal québécois sur papier

Le groupe Voivod, que l'on voit ici en... (Photo Mick Rock)

Agrandir

Le groupe Voivod, que l'on voit ici en 1993, a exercé une influence sur différentes formations de la mouvance metal dans les années 90. Le journaliste et chroniqueur Félix B. Desfossés, coauteur du livre, a réalisé cinq ou six entrevues avec le batteur du groupe, Michel «Away» Langevin, pour les besoins de l'ouvrage.

Photo Mick Rock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Ian Bussières</p>

(Québec) On aime dire que le Québec est un terreau fertile pour la musique metal, mais jusqu'à maintenant personne n'avait couché sur papier l'histoire de ce style musical dans la Belle Province. Le journaliste et chroniqueur Félix B. Desfossés, aidé de l'ex-chanteur du groupe Neuraxis Ian Campbell, remédie à la situation avec son livre L'évolution du metal québécois : No Speed Limit (1964-1989), qu'il lancera vendredi à la salle Unisson.

Le bouquin est le résultat de près de sept ans de travail acharné pour Desfossés et Campbell. «Ian m'a contacté en 2007 après un concert soulignant les 25 ans du metal québécois. Au départ, il était question qu'on écrive chacun un chapitre et que d'autres personnes apportent leur contribution», explique Félix, qui a aussi écrit l'histoire du hardcore au Québec sur le site http://www.bandeapart.fm de Radio-Canada.

En fin de compte cependant, c'est Félix qui a fini par rédiger la totalité de l'ouvrage. «Je n'avais aucune idée de l'ampleur et de la richesse de la scène metal québécoise, surtout dans les années 80. Le projet devait au départ couvrir toute l'histoire du metal jusqu'à aujourd'hui, mais j'ai finalement choisi de me limiter à la période de 1964 à 1989.» 

Plus de 80 entrevues

Le livre ne parle pas que des groupes, mais aussi des médias et des hauts lieux du metal dans la province. «Par exemple, pour Québec, il est bien sûr question du Cercle Électrique, et on parle aussi des émissions de radio, des fanzines. Je me suis même entretenu avec l'ancien V.J. de MusiquePlus Paul Sarrasin, qui est revenu sur ses souvenirs de l'émission Solidrok

Il fallait aussi retracer les membres des groupes de l'époque, une mission difficile, puisque plusieurs sont séparés depuis de nombreuses années. «J'en ai retrouvé plusieurs, et il y en a que je ne retrouverai probablement jamais. J'ai fait plus de 80 entrevues au total», indique Félix, ajoutant avoir reçu un coup de main des deux Montréalais connus sous les pseudonymes de Morrigan et Hellblazer qui gèrent le site Web Encyclopaedia Metallum: The Metal Archives.

«Le centre de mes recherches a bien sûr été le groupe Voivod, la formation metal québécoise la plus connue au monde. J'ai fait cinq ou six entrevues avec Michel "Away" Langevin», souligne l'auteur.

Il a également identifié ce qu'il appelle le «Big 3» du metal québécois, soit Voivod et les groupes montréalais D.B.C. (Dead Brain Cells) et Sword, dont le chanteur Rick Hughes a ensuite agi comme choriste à l'émission La fureur en plus de participer à l'émission La voix.

«Ces trois groupes étaient les plus populaires durant les années 80 et ont fait des tournées aux États-Unis. Sword a assuré la première partie de groupes comme Metallica, Motorhead et Alice Cooper», fait-il remarquer.

Précurseurs

L'auteur remonte même aux années 60 pour établir la genèse de ce genre musical au Québec. «Il y avait des groupes comme les Sinners, parmi les premiers à se révolter contre l'Église et qui faisaient des trucs très antireligieux, Les Monstres, avec Marc Hamilton, les premiers à porter des déguisements d'horreur, ou Les Lutins avec leurs grosses guitares lourdes», explique-t-il.

Des groupes comme Aut'Chose, Offenbach et Morse Code, dans les années 70, feraient aussi partie de ceux qui ont contribué à faire naître une scène metal au Québec. «Le premier groupe québécois qui faisait consciemment du metal est cependant D.D.T., le groupe des frères Paul, François et Pierre Tougas de Magog, qui vient d'ailleurs de se reformer dans la foulée de la parution de mon livre», indique l'auteur.

Il est également question de groupes de la capitale, comme Soothsayer, qui présentera d'ailleurs un spectacle lors du lancement de Québec, et Yog Sothots. L'auteur aborde aussi des formations plus obscures comme Damnation, dont la pièce Le p'tit poisson composée par le poète Éric Roger est devenue un classique de l'underground québécois, ou encore Eudoxis, dont les batteurs Stéphane Rioux et Jean-Pierre Perrault avaient comme particularité d'utiliser des grosses caisses de six pieds de long!

***

Vous voulez y aller?

Quoi : Lancement du livre L'évolution du metal québécois (avec spectacle de Soothsayer)

Où : salle Unisson,385, rue Saint-Anselme

Quand : vendredi, 18h

Billets : 10 $ à la porte

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer