Quatorze questions à Jean-Jacques Pelletier

Jean-Jacques Pelletier...

Agrandir

Jean-Jacques Pelletier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Didier Fessou
Le Soleil

(Québec) Q  Enfin, les libraires ont reçu les deux tomes de La Faim de la Terre, qui sont la suite de la série Les Gestionnaires de l'Apocalypse. Pourquoi avoir attendu six ans pour nous proposer cette suite?

Pour une raison assez simple : j'ai été interrompu pour faire un livre de finance, un livre sur les régimes de pension, un livre d'introduction sur la gestion des caisses de retraite.

 

Quel est le titre de ce livre?

R  La gestion financière et les caisses de retraite. C'est publié par Béliveau Éditeur. C'est un livre qui s'adresse en premier lieu aux gens qui siègent sur les comités de retraite.

 

Vous avez été professeur de philosophie au cégep Lévis-Lauzon. Quel est le lien entre la philo et les caisses de retraite?

R  Ce qui m'intéresse, c'est apprendre. Et écrire, c'est une façon d'apprendre.

 

Vos romans sont appréciés par un large public. Quel a été le tirage de votre série Les Gestionnaires de l'Apocalypse?

R  Le premier roman, La Chair disparue, a été tiré à 35 000 exemplaires. Pour les deux autres, L'Argent du monde et Le Bien des autres, un peu moins. Je dirai aux alentours de 20 000. Vous savez, c'est une lecture qui mine de rien est assez exigeante. Du point de vue du tirage, je suis assez satisfait. Mais c'est vrai que nous avons reçu beaucoup de courriels de gens impatients de lire la suite. Je peux comprendre que c'est un peu frustrant d'avoir attendu cinq ans.

 

Avez-vous des lecteurs en Europe?

R  Un peu, je dirai. J'ai des lecteurs assidus en France et en Belgique, mais pas plus que ça. Vous savez, pénétrer le marché français n'est pas si simple que ça.

 

Où trouvez-vous toutes vos idées?

R  J'écoute le Téléjournal et j'atténue ce que je vois. Au fond, la fiction, c'est une manière d'apprivoiser ce qui nous inquiète, ce qui nous fait le plus peur. Dans la fiction, l'inquiétude et la peur sont contrôlées. On vit dans un monde morcelé et ça me tente de ramasser les morceaux et de les mettre ensemble : dans mes romans, il y a un commencement, un milieu et une fin.

 

Autrement dit, vous donnez de la cohérence à ce qui semble en manquer?

R  Oui, c'est ça. La mise en récit fait en sorte qu'il y a des personnes responsables des actions. Ça donne une impression de cohérence et ça permet d'expliquer des choses qui ne sont pas évidentes.

Croyez-vous à la théorie du complot?

R  Je répondrais à cette question par la réponse de Richard Nixon à un journaliste : «Même les paranoïaques ont des ennemis». Il n'y a pas de grand complot universel, mais il y a des intérêts en jeu et il y a des logiques de pouvoir et d'intérêt. Dans mes romans, je ramasse des morceaux qui ont l'air disparates mais qui sont logiques. Je vais vous donner deux exemples. Dans L'Argent du monde, j'écris qu'il va falloir prendre nos distances avec ben Laden parce qu'il commence à être trop voyant. Je vous rappelle que j'ai publié ça avant les attentats du 11 septembre. Dans La Faim de la Terre, le maire de Montréal négocie au restaurant Le Toqué un contrat d'installation de compteurs d'eau à Montréal. C'est un pur hasard. J'ai écrit ça bien avant qu'on entende parler du problème des compteurs d'eau à Montréal.

 

Que disent les gens quand ils vous parlent de vos romans?

R  Ils me disent qu'après avoir lu mes romans, ils n'écoutent plus les informations comme avant. Ils cherchent à faire des liens qu'ils ne faisaient pas avant.

 

Quel est le thème des 1600 pages de La Faim de la Terre?

R  J'ai essayé de voir le modèle de la mondialisation, la logique et les intérêts à l'état brut qui sont derrière ça, les mafias et les multinationales. Dans La Chair disparue, je m'intéressais au corps, au trafic d'organes, à la prostitution. Dans L'Argent du monde, je m'intéressais aux individus, au chantage sexuel, aux fraudes financières. Dans Le Bien des autres, j'évoquais les sectes, les médias, la politique. Dans La Faim de la Terre, c'est la survie de l'humanité qui est au centre, la manipulation au niveau de la survie de l'espèce : les céréales, l'eau, les médicaments, l'énergie. La trame de fond, c'est l'humanité qui reproduit sur la planète ce qu'elle a déjà fait sur l'Île de Pâques. L'homme est un prédateur qui n'a pas de prédateur. Il faut donc créer un superprédateur.

 

Qui est-il, ce superprédateur?

C'est un groupe d'éco-terroristes bien structurés et bien organisés.

 

Vous n'ignorez sans doute pas que la grande inquiétude de ceux qui savent, aux États-Unis, ce n'est pas l'islamo-terrorisme mais l'éco-terrorisme?

R  L'actualité me rattrape. Dans La Faim de la Terre, il y a les attentats provoqués par les islamo-terroristes et ceux des éco-terroristes. L'islamo-terrorisme, la guerre des civilisations, c'est une façade pour masquer l'éco-terrorisme. L'un est financé par l'autre.

 

Dernière question, Jean-Jacques Pelletier, qui êtes-vous?

R  Il y a quelques années, je vous aurais répondu : par la série de choses que j'ai faites. En vieillissant, c'est quelque chose, qui je suis, que j'essaie de savoir.

Vous ne croyez pas que l'homme est ce qu'il fait?

R  Sartre disait : être, c'est faire. C'est vrai en partie. Personnellement, l'écriture m'a permis de voir beaucoup mieux qui je suis. Entre autre, je suis quelqu'un qui écrit pour découvrir qui il est et dans quel monde il vit. Il y a des écrivains qui racontent ce qu'ils sont et il y en a d'autres qui racontent le monde dans lequel ils vivent. Prenez Proust, on s'arrête à son histoire de petite madeleine. En réalité, il racontait le monde dans lequel il vivait, un monde qui subissait de grands changements.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer