Julien Boily: sonder les reflets

Julien Boily n'utilise pas seulement le 3D pour... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Julien Boily n'utilise pas seulement le 3D pour créer l'illusion; il la révèle, la questionne, la met en relation avec l'évolution des sociétés.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josianne Desloges
Josianne Desloges

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Hors champ, la première exposition de Julien Boily à la Galerie 3 nous permet de plonger à pieds joints dans sa réflexion sur les objets électroniques, l'obsolescence programmée et le leurre quasi parfait du 3D. Des sujets qu'il développe à la fois avec un ordinateur et avec un mode d'expression millénaire, la peinture.

Dans ses oeuvres, des sphères flottent en duo et reflètent toutes sortes de choses, comme si elles étaient des boules de cristal ou des miroirs arrondis. Le procédé évoque à la fois la peinture ancienne et la technique de prise d'image sur 360o de Google Map. 

«Par les reflets, j'active le hors-champ du tableau, c'est-à-dire que je donne un indice de ce qui se trouve devant ou alentour de l'objet», note Julien Boily. Ça peut être une foule lors d'un Black Friday, le barrage électrique Hoover aux États-Unis, un championnat de jeux vidéo, la nature morte d'un peintre hollandais, un gratte-ciel art déco... L'artiste jongle avec différents référents, liés aux babioles électroniques (le titre Les lesbiennes contre-attaquent fait référence aux adaptateurs femelles qu'on appelle, dans le jargon, des lesbiennes).

Les lesbiennes contre-attaquent, sérigraphie, 56 x 76 cm... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 2.0

Agrandir

Les lesbiennes contre-attaquent, sérigraphie, 56 x 76 cm

Le Soleil, Yan Doublet

On déchiffre aussi l'inscription «Shutterstock» laissée sur une image libre de droits glanée sur Internet. L'artiste de Saguenay n'utilise pas seulement le 3D pour créer l'illusion; il la révèle, la questionne, la met en relation avec l'évolution des sociétés humaines. «Le 3D est tellement intégré dans la pub, dans le cinéma, dans la science, que c'est devenu une nouvelle manière de représenter le monde. C'est tellement précis, qu'on tient pour acquis que c'est la réalité», souligne-t-il.

On ne sera pas surpris d'apprendre que dans une autre vie - et un autre millénaire - Julien Boily travaillait en infographie 3D. Le vocabulaire, les référents, font partie de son bagage artistique, tout comme l'histoire de l'art, la peinture et la sérigraphie.

«Au départ, ce sont des natures mortes, expose l'artiste en désignant ses oeuvres. Celles-ci permettaient aux artistes de montrer leur dextérité avec différents matériaux. En se demandant quels matériaux sont typiquement représentatifs de notre époque, on pense à tout ce qui est fait à base de plastique, de pétrole, de polymères et les appareils électriques que je représente comportent beaucoup de ces plastiques-là.»

Black Friday, huile sur toile, 187,96 x 281,94... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 3.0

Agrandir

Black Friday, huile sur toile, 187,96 x 281,94 cm

Le Soleil, Yan Doublet

Ses sphères arborent souvent des cadrans qui indiquent «Hi» et «Lo» à la manière des électroménagers qu'on utilise au quotidien et qu'on ne voit plus. «Elles ont deux états et par anthropomorphisme, on se demande presque si elles ont des émotions», note-t-il.

Avant de jouer avec les algorithmes pour créer des objets inventés, qui ressemblent un peu à des cristaux, il photographiait les objets afin de s'en servir comme référence pour ses tableaux. «Mais j'ai voulu me libérer de la contrainte des objets physiques. Sur l'ordinateur, j'ai le contrôle sur tout, je peux les faire flotter dans l'espace». Pour accentuer cet effet, il dessine des ombres portées sur des bouts de comptoir en mélamine, qui flottent au bas de ses compositions. Avec ce matériau lié à l'industrialisation (et qui est aussi un leurre de qualité) il s'est amusé à créer des presque-sphères avec des morceaux triangulaires, découpés dans des meubles abandonnés, qu'il a baptisées Courtes pointes en hommage au savoir-faire traditionnel, qu'il aime bien mettre en relation avec la culture numérique. 

Jusqu'au 8 octobre, à la Galerie 3, 247, Saint-Vallier Est, Québec




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer