Une nature morte devant la Maison de la littérature

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une nature morte contemporaine, coulée dans le bronze, a fait son apparition devant la Maison de la littérature de Québec.

L'oeuvre d'art Éphémères durables, de l'artiste et professeur saguenéen Mathieu Valade, a été inaugurée lundi. Elle se décline en trois assemblages d'objets, hissés au sommet d'autant de mâts en aluminium. Une boule disco, un trophée et des livres y côtoient des bananes, un crâne et un oiseau.

M. Valade a expliqué s'être inspiré des bonnes vieilles natures mortes qui présentent des objets éphémères «pour nous faire sentir le temps qui passe et nous rappeler qu'on est de passage sur cette terre». Pour le sculpteur, cela rappelle aussi que «c'est pendant qu'on est vivant qu'on doit se cultiver». 

Chose possible à la Maison de la littérature, «lieu de préservation de notre culture, de nos écrits, de notre savoir». Comme il s'agit d'un ancien lieu religieux, «je trouvais qu'il y avait une boucle qui se faisait», a témoigné M. Valade. 

«Aspect monument»

Le bronze a été choisi en raison de son «aspect monument» qui s'inscrit bien dans l'environnement du Vieux-Québec. «C'est un matériau qui est très permanent, donc ça renforce la contradiction avec les objets éphémères qui sont présentés», a insisté l'artiste, aussi professeur de dessin et de sculpture à l'Université du Québec à Chicoutimi. 

«Cette oeuvre d'art nous a charmés parce qu'elle fonctionne comme une lecture, une poésie d'objets», a commenté Julie Lemieux, vice-présidente du comité exécutif responsable de la culture. Le maire Régis Labeaume a parlé d'une création qui «rend tout à fait justice à ce superbe lieu de lecture et d'écriture». 

L'oeuvre d'art, commandée en 2013, a coûté 66 113 $ plus les taxes. L'investissement permet de respecter la politique d'intégration des arts à l'architecture du gouvernement du Québec, qui a subventionné la Maison de la littérature. 

Mme Lemieux a expliqué le délai d'installation par la longueur du chantier de la Maison de la littérature, inaugurée en octobre 2015 tandis que l'environnement immédiat était toujours en réaménagement. La conseillère municipale a fait cette précision entre deux séances de marteau piqueur dans la rue juste à côté.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer