Manif d'art 8: portrait de Christian Boltanski

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Alors que la Manif d'art 8 bat son plein, Le Soleil vous propose trois portraits d'artistes. Aujourd'hui : Christian Boltanski. À venir : Jean-Christophe Norman et Jacynthe Carrier.

Christian Boltanski, né à Paris en 1944, vit à Malakoff, en banlieue de Paris.

À la Manif...

Christian Boltanski présente au Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) le deuxième volet de son projet Animitas. Cette installation faite de longues perches et de clochettes est plantée dans un paysage puis filmée du lever au coucher du soleil. Le premier volet, filmé le désert d'Atacama, au Chili, «L'endroit le plus sec au monde et où la présence du ciel est très importante» a été présenté à la Biennale de Venise en 2015. Pour Québec, il a placé son installation dans un champ de l'île d'Orléans.

Sur le thème de la joie...

Animitas veut dire «petite âme» et l'artiste entrevoit ses clochettes comme des âmes errantes. «Le thème de la joie me paraît un peu étrange, c'est une oeuvre relativement sereine. C'est après la douleur, après le malheur», explique celui qui voit son travail comme une réflexion sur la disparition.

Sa pratique artistique

On connaît surtout Christian Boltanski pour ses installations monumentales, qui jouent avec les ombres, les vêtements et l'espace. Il ne place pas le visiteur devant quelque chose, mais «dans» quelque chose, ce qui invite à l'errance. Le vidéo présenté au MNBAQ est une trace de l'oeuvre réelle, éphémère, que le promeneur peut trouver par hasard avant qu'elle ne soit détruite par la prochaine tempête. «La plupart des oeuvres que je fais s'effacent. Ce sont comme des partitions musicales qu'on peut rejouer à l'infini, dans d'autres contextes», note l'artiste.

L'art dans le monde d'aujourd'hui

«Je pense que l'art pose des questions, mais que contrairement à la religion, il ne donne pas de réponses, il amène à d'autres questions et suscite des émotions», indique Boltanski, ajoutant que la beauté de l'art est de pouvoir être à la fois personnel et universel.

Une biennale d'art, c'est...

«Une conversation entre des artistes de pays très différents, qui se rencontrent par leur oeuvre», note l'artiste. Dans le cas du MNBAQ, il juge qu'il est important de l'ouvrir à des artistes autres que québécois. «Je pense qu'il est extrêmement dangereux qu'un artiste soit enfermé à l'intérieur d'une nation et qu'avant tout nous sommes citoyens du monde», ajoute celui qui se qualifie d'artiste voyageur.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer