Trois expos en marge de Manif d'art 8

Boowaboowaboo de Dan brault, 2016-2017, acrylique et huile... (Fournie par la Galerie 3)

Agrandir

Boowaboowaboo de Dan brault, 2016-2017, acrylique et huile sur canvas, 198 x 183 cm

Fournie par la Galerie 3

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josianne Desloges
Josianne Desloges

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Alors qu'une centaine d'artistes du Québec et d'ailleurs exposeront à l'occasion de Manif d'art 8, qui sera lancée dès le 17 février, les trois principales galeries d'art actuel de Québec surferont sur la vague en présentant le travail récent de certains de leurs artistes chouchous. Visite en trois temps.

1. Boowaboowaboo de Dan Brault (à la Galerie 3)

Dan Brault expose à la fois dans la biennale d'art actuel de Québec, au Grand Théâtre de Québec, et off-Manif, à la Galerie 3. Le sympathique géant roux inaugure avec la fougue qu'on lui connaît un nouvel espace dans la galerie de la rue Saint-Vallier, qui s'est agrandie en douce dans le temps des Fêtes, en plus d'occuper l'aire d'exposition principale.

Des dessins petits formats et des toiles grand format coexistent sur les murs, ce qui amène le visiteur à s'approcher puis à reculer pour bien apprécier les oeuvres.

Petit théâtre de Dan Brault, 2016-2017, acrylique et... (Fournie par la Galerie 3) - image 2.0

Agrandir

Petit théâtre de Dan Brault, 2016-2017, acrylique et huile sur canvas, 33 par 38 cm

Fournie par la Galerie 3

Deux des dessins, Diagnostic et Rustre, ont été scannés et imprimés sur des banderoles géantes qui seront apposées sur le Grand Théâtre pour la durée de Manif d'art 8. «Je trouvais ça intéressant de tirer des images de mes carnets de dessins, plus intimes et qui ne sont habituellement pas présentées, pour les mettre en grand format à l'extérieur», indique Dan Brault, qui a réalisé une douzaine de dessins en tout.

Ceux-ci sont un peu plus nerveux et les gestes de l'artiste y sont davantage perceptibles que dans les tableaux, issus d'un mélange de construction et d'improvisation. Dans les oeuvres de Dan Brault, les éléments figuratifs (animaux et éléments qui semblent tirés de jeux vidéo vintage) et abstraits se livrent une chaude lutte, chacun gagnant du terrain selon les tableaux. «J'essaie de créer des espaces plus dégagés, pour faire contrepoids aux zones de tension», note l'artiste.

Partageant son atelier et une amitié avec l'encadreur François Simard, Dan Brault ne manque jamais de glisser un mot sur les cadres qui circonscrivent ses microcosmes en ébullition. Les dessins ont quant à eux été placés dans des boîtiers de plexiglas, ce qui leur donne du corps. «Il y a plein de trucs qui bougent dans mes oeuvres et on dirait que les mettre dans un genre de vivarium, ça rend l'énergie plus concentrée, plus forte.» 

Jusqu'au 26 février au 247, rue Saint-Vallier Est, Québec. 

Info: www.lagalerie3.com

2. Dessiner l'espace de Jean-Pierre Morin (chez Lacerte)

L'artiste Jean-Pierre Morin dans son atelier... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 4.0

Agrandir

L'artiste Jean-Pierre Morin dans son atelier

Le Soleil, Erick Labbé

Si on connaît bien Jean-Pierre Morin pour ses sculptures graciles, ses trombes, ses tours et ses énormes bulbes déposés au sol comme des créatures venues d'un autre monde, on a encore trop peu vu ses dessins. Il en exposera 18 de bonne taille à la galerie Lacerte art contemporain, en plus de présenter deux nouvelles sculptures et d'exposer deux des pièces centrales de la magnifique rétrospective que lui a consacrée le 1700, La Poste, à Montréal, au printemps dernier.

«Les dessins ont beaucoup intrigué et les gens les ont appréciés. On m'a dit que ça donnait des infos supplémentaires sur l'instant créatif, ce qui est moins évident à voir dans les sculptures parce qu'il y a un long processus de réalisation et de résolution de problèmes», indique Jean-Pierre Morin.

Ses dessins, exécutés très rapidement avec des centaines de traits de graphite, ressemblent un peu à des scories, des retailles de métal, vivantes et vibrantes. Les premiers, très verticaux et centrés sur la feuille, avaient l'air de tornades, mais le sculpteur trace maintenant des masses dans tous les sens en jouant avec l'espace. «Ça me permet de mieux comprendre l'éventuelle sculpture qui va sortir de ça. Ça me libère. Je me donne des permissions, à cause de la rapidité d'exécution, que je ne me donne pas en sculpture», note l'artiste.

On pourra voir ou revoir Sortir du rang, neuf trombes, dont une légèrement décalée, et Météore. Les deux nouvelles sculptures, sans titre pour l'instant, attendent sagement dans son atelier de Limoilou. «Il y a toujours une somme de travail très importante, mais je ne veux pas ça paraisse à la fin», souligne Morin.

Du 18 février au 12 mars au 1, côte Dinan, Québec.

Info: galerielacerte.com

3. OFF-Manif 2017 (à la Galerie Michel Guimont)

Y'a de la joie! #1 de Jérémie St-Pierre... (Fournie par la Galerie Michel Guimont) - image 6.0

Agrandir

Y'a de la joie! #1 de Jérémie St-Pierre

Fournie par la Galerie Michel Guimont

Michel Guimont a quant à lui opté pour une exposition collective d'artistes de la galerie et d'artiste invités. Les oeuvres choisies, très récentes, voire en cours de production pour la plupart, offrent chacune à leur manière une interprétation libre du thème de la joie, qui est la ligne directrice de Manif d'art 8. 

Jérémie Saint-Pierre, qui présente aussi un solo intitulé Spectres au centre d'artistes Caravansérail, à Rimouski, jusqu'au 11 mars, s'est inspiré d'une chanson de Charles Trenet pour peindre Y'a de la joie! #1. Un homme en complet mauve, le visage évanescent et dégoulinant, semble en extase ou pris d'une folle douleur alors que des membres du KKK sortent d'une grotte en arrière-plan et que des formes tourbillonnent dans un ciel en liesse.

«Ce que je fais habituellement n'a pas vraiment de lien avec la joie, mais j'ai pensé à cette chanson, à l'époque où Trenet a chanté cette chanson, peu avant la Seconde Guerre mondiale», raconte le jeune artiste. La désinvolture et la fête prennent une tournure inquiétante une fois passées dans la moulinette de Saint-Pierre.

L'oeuvre que Diane Landry présentera à la galerie... (Fournie par la galerie) - image 7.0

Agrandir

L'oeuvre que Diane Landry présentera à la galerie Michel Guimont dans l'exposition OFF-Manif

Fournie par la galerie

Diane Landry présentera aussi un prototype d'une oeuvre intitulée Chute. Des images imprimées de la chute Montmorency, qui déferlent grâce à un mécanisme qui fait tourner les pages de livres alignés à la verticale, donnent l'impression que l'eau coule bruyamment et que la chute produit un souffle d'air. 

De nouvelles oeuvres de Jocelyn Robert, Ludovic Boney,  Paryse Martin, Josée Landry-Sirois, Martin Golland, Donigan Cumming, Marc-Antoine Côté, Jacques Samson, Mélanie Authier, Trevor Kiernander et Michael Smith sont aussi au menu.

Du 18 février au 15 mars au 273, rue Saint-Paul, Québec. 

Info: www.galeriemichelguimont.com

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer