J'habite la ville: une mini-expo par trois jeunes itinérants

Alexandrine «Bob» Duclos devant son oeuvre, J'existe_Bob. Fraîchement... (Icône, Stéphane Audet)

Agrandir

Alexandrine «Bob» Duclos devant son oeuvre, J'existe_Bob. Fraîchement diplômée de l'École de la rue de La Dauphine, elle vient de commencer un cours au centre de formation professionnelle Maurice-Barbeau.

Icône, Stéphane Audet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À Québec, on a tendance à croire qu'il n'y a pas d'itinérance comme à Montréal ou à Toronto. Il y a beaucoup de «pudeur» autour de ce mot, trouve Jean-Daniel Lafond. Cofondateur, coprésident et directeur général de la Fondation Michaëlle Jean, du nom de son épouse, il participait au lancement d'une petite exposition portée par trois jeunes de la rue, cette semaine, au Musée de la civilisation.

J'habite la ville occupe la passerelle du musée jusqu'au 9 octobre. Alexandrine «Bob» Duclos, qui a vécu dans la rue pendant deux ans, y présente une série de photos reportages de personnes en situation d'itinérance. «Les sans-abri, on les ignore. Je montre ce que les gens ne voient pas», dit-elle en parlant notamment de l'entraide qui existe dans le milieu.

Samuel Tremblay devant son oeuvre, Action vert_Samuel. Sur... (Icône, Stéphane Audet) - image 2.0

Agrandir

Samuel Tremblay devant son oeuvre, Action vert_Samuel. Sur son bâtiment recyclé en centre d'hébergement pour sans-abri, un toit-jardin qui permettrait de cultiver des légumes. «Les banques alimentaires, c'est bien beau, mais quand on veut quelque chose de frais...»

Icône, Stéphane Audet

Samuel Tremblay rêve de son côté de recycler des édifices désuets en bâtiments écologiques. La maquette qu'il présente au musée est la conversion «à l'échelle» de deux bâtiments abandonnés durant des années dans le quartier Saint-Roch en centre d'hébergement pour sans-abri. Dans l'avenir, l'étudiant en administration s'imagine entrepreneur général pour ce genre de projets. Et pas question de fonds publics, il pense à des investissements collaboratifs et communautaires.

Jasen Gagné devant son oeuvre Jadis hier_Jasen... (Icône, Stéphane Audet) - image 3.0

Agrandir

Jasen Gagné devant son oeuvre Jadis hier_Jasen

Icône, Stéphane Audet

Jasen Gagné a pour sa part revisité le Château Frontenac en apposant sur une photo de fines lames d'acier tordues et pressées. Il rend ainsi hommage à Anne Gasnier, pour son aide apportée aux démunis de la Nouvelle-France au XVIIe siècle.

Ces trois jeunes ont pu échanger avec des étudiants en architecture, impliqués dans la démarche. «Les étudiants ont eu une école de la rue», se réjouit M. Lafond, en ajoutant qu'ils sont maintenant conscients de leur responsabilité sociale.

L'exposition s'inscrit dans le programme Le 4e mur, rendre l'invisible visible de la Fondation Michaëlle Jean, en partenariat avec le Musée de la civilisation, La Dauphine qui vient en aide aux jeunes de la rue et l'École d'architecture de l'Université Laval. Les organisateurs étaient visiblement fiers du parcours d'Alexandrine, de Samuel et de Jasen. «Quand le silence est total en vous et que la colère gronde, il reste les arts», affirme M. Lafond, persuadé que les initiatives artistiques des jeunes défavorisés soutenues par sa fondation peuvent transformer leur vie.

Une utilisation plus marginale de la ville

Depuis quelques années, 58 % de la population mondiale habite dans les villes. Un phénomène en accélération, qui laisse des gens de côté, croit l'architecte et designer urbain de Québec Erick Rivard.

Il a ainsi mis la table au forum qu'il animait mardi soir dans le hall du Musée de la civilisation, en lien avec l'exposition J'habite la ville. «On a parlé de partage de l'espace urbain, de problèmes sociaux, d'itinérance, d'inégalités. On s'est demandé comment faire des villes plus inclusives, pour que tout le monde y trouve son compte», a-t-il raconté au Soleil, au lendemain de cette réflexion.

Il souligne qu'une idée a fait consensus parmi le panel qui regroupait des intervenants du monde de l'architecture : les villes sont trop aménagées, trop aseptisées, donc un peu figées et ne permettent pas des utilisations marginales.

«Il faudrait trouver des façons de cultiver le flou, les friches dans la ville pour s'assurer de faire une place à toutes sortes d'autres occupations pour des gens qui n'ont pas les mêmes attentes», plaide M. Rivard. Parmi les questions qui ont fusé, les participants se sont demandé comment on pourrait réutiliser des bâtiments abandonnés pour en faire des espèces de squat, relate l'architecte.

Implication

M. Rivard parle aussi du défi d'inclure les sans-abri, les itinérants dans le processus participatif qui mène à un projet. «Ces gens-là ne vont pas se présenter aux rencontres publiques. Il faut trouver des façons innovantes d'aller à leur rencontre.»

Il donne l'exemple d'une des panélistes, l'architecte de Montréal Collen Lashuk, qui a fait du design participatif et collaboratif et qui est allée chercher des idées parmi des communautés très marginales.

M. Rivard cite enfin Jean-Daniel Lafond, de la Fondation Michaëlle Jean, présent au débat. «M. Lafond a souligné qu'on a tendance à oublier l'expertise des itinérants qui arpentent et connaissent la ville dans tous ses racoins. Selon lui, il faut trouver une façon de les impliquer, ce sont des experts du quotidien de la ville.»

La discussion de mardi réunissait également Gianpiero Moretti et André Casault de l'École d'architecture de l'Université Laval, ainsi que l'architecte Suzanne Laure Doucet et la stagiaire en architecture impliquée dans la création du SPOT, Élisa Gouin.Alexandra Perron

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer