Resiliência: les multiples voix du Brésil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Brésil a une longue tradition orale, mise en évidence par l'exposition de la rentrée au Musée de la civilisation. Resiliência utilise la riche collection de récits de vie du Museu da Pessoa pour faire entendre ces multiples voix qui racontent l'incroyable diversité et créativité de ses habitants, mais aussi les tensions et les inégalités sociales qui font vaciller ce vaste pays sur ses bases.

Le mois dernier nous a offert un saisissant portrait du Brésil - pendant que le pays accueillait les Jeux olympiques (hantés par des expropriations douteuses), sa présidente Dilma Roussef était destituée dans la controverse pour de supposés maquillages de comptes publics, accusée par une classe politique éclaboussée par la corruption.

Il en faut plus pour émouvoir les Brasileiros : le pays traîne un lourd passé d'esclavage et de massacres d'aborigènes. On peut d'ailleurs voir Germano Da Silva, né en 1875 et décédé en 1999, narrer dans une vidéo le récit de certaines exactions. Sans parler du racisme, du sexisme, de l'analphabétisme, des sans-abri, de la pauvreté... la liste est longue. Le titre de l'expo («résilience») prend tout son sens.

Puissance des témoignages

C'est là toute la puissance de cette exposition qui ne repose pas sur des artefacts, mais sur les quelque 17 000 témoignages et 60 000 photos compilés par le Musée de la personne, qui fête son 25e anniversaire. «Chaque vie doit être une partie constituante de notre patrimoine, a expliqué Karen Worcman, sa présidente lors d'une visite de presse, mardi. Une histoire remplie d'émotions, de vécu et d'interprétations.»

Car l'échantillon exposé à Québec ne montre pas que le côté sombre du Brésil, tant s'en faut. Une alcôve colorée de récits vidéographiques est consacrée aux tensions, mais les quatre autres explorent les réalités et les transformations en cours au Brésil : identité, initiatives, urbanité et créativité.

L'îlot identitaire rappelle que les cultures indigène, africaine et portugaise qui ont forgé son identité ont contribué à la richesse de sa culture populaire. Un autre est consacré à l'aspect novateur des changements sociaux mis de l'avant par des individus et des communautés. Impossible de passer sous silence l'immense exode rural et la transformation radicale qu'il a imprimée sur le pays : depuis 100 ans, 80 % de la population s'est installé en ville. Ce qui a nourri, entre autres, un immense élan créatif qui redéfinit la culture brésilienne et a imposé une certaine homogénéisation. 

En tout, Resiliência regroupe pas moins d'une soixantaine de témoignages vibrants et fascinants, autant ceux de parfaits inconnus, comme ce délinquant devenu professeur à l'université, que ceux de célébrités. Autant celui d'un architecte que d'un graffiteur qui exposent leur vision de la constante mutation de la mégapole São Paulo (11 millions d'habitants, dont plus de la moitié de descendance italienne). On peut aussi y constater l'ingéniosité des gens qui vivent dans les favelas. 

«C'est une collection fascinante qui raconte d'une manière novatrice l'histoire du Brésil aux XXe et XXIe siècles», estime Mme Worcman.

«On veut proposer un voyage intime dans la vie de tous ces gens, indique Mme Worcman en français, avec un charmant accent portugais. Notre espoir, c'est que les visiteurs ne voient plus le Brésil comme un pays lointain, mais un pays constitué de plein de gens comme eux, qui témoignent de l'universalité de la race humaine.»

Resiliência. Récits de vie du Brésil est présentée jusqu'au 27 août 2017 au Musée de la civilisation.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer