Une expo dont vous êtes le héros

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) À l'image des «livres dont vous êtes le héros», l'exposition estivale Se mettre à l'oeuvre du Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) propose jusqu'au 2 octobre d'amener le visiteur, petit ou grand, au-delà de son rôle d'observateur et de le rendre actif tout au long de sa visite muséale.

Séparée en sept stations situées dans les espaces publics du musée, donc à l'extérieur des salles d'exposition, l'exposition se décline en un parcours interactif qui permet d'animer du même coup divers lieux moins exploités par l'établissement. 

«Ce sont en quelque sorte des bulles artistiques à travers un parcours déambulatoire, des endroits où le visiteur ne fait pas juste observer, mais devient aussi participant», explique Marie-Hélène Audet, coordonnatrice à la médiation du MNBAQ. Les différents tableaux ont également un lien avec les différentes expositions du Musée, faisant en quelque sorte le lien entre elles.

Dans le hall du pavillon central, les enfants... (Le Soleil, Nicolas Perron-Drolet) - image 2.0

Agrandir

Dans le hall du pavillon central, les enfants sont invités à y dessiner leur musée de rêve.

Le Soleil, Nicolas Perron-Drolet

Devant une oeuvre colossale de Patrick Coutu, on... (Le Soleil, Nicolas Perron-Drolet) - image 2.1

Agrandir

Devant une oeuvre colossale de Patrick Coutu, on est invité à placer des réglettes de bois sur des tiges afin de recréer la démarche de l'artiste. 

Le Soleil, Nicolas Perron-Drolet

Construire et écouter

Par exemple, dans la première station, devant une oeuvre colossale de Patrick Coutu, on est invité à placer des réglettes de bois sur des tiges afin de recréer la démarche de l'artiste. «C'est de cette façon que l'oeuvre

Le Jardin du sculpteur de Patrick Coutu a été créée avant d'être coulée dans le bronze», explique Jeanne Couture, chargée de projet. 

L'oeuvre ainsi créée par les visiteurs se modifiera donc au fil des heures et des jours et la station devrait grandement plaire aux enfants et aux esprits ludiques.

À d'autres stations, c'est l'ouïe qui est sollicitée, comme celle où l'on propose aux visiteurs de s'installer face à face à la manière des femmes inuites qui pratiquent le chant de gorge en écoutant une oeuvre qui en est inspirée. Ou alors on peut écouter l'environnement sonore provenant de maisonnettes créées par le musicien Fred Lebrasseur à partir de sons de la nature et d'entrevues réalisées avec des enfants. 

Technologie

La technologie est également mise à contribution dans l'espace de détente, où les visiteurs sont invités à mettre leur touche à une oeuvre sonore de Philippe Battikha en envoyant des voeux par message texte, messages qui influenceront et modifieront l'oeuvre en basses fréquences qu'on peut entendre et ressentir sur place.

Dans le vestiaire, le visiteur peut également devenir l'acteur d'une trentaine d'oeuvres de grands peintres québécois comme Alfred Pellan et Marc-Aurèle de Foy Suzor-Coté grâce à la technologie de l'écran vert utilisée par les présentateurs météo et les commentateurs politiques. Le résultat peut même être téléchargé et affiché sur le réseau social Facebook.

Pour conclure, le hall du pavillon central présente l'architecture des quatre bâtiments du Musée et les enfants sont invités à choisir l'une d'elles pour la colorier ou pour y dessiner leur musée de rêve. Une septième station a été installée à l'extérieur du Musée, au piano public de la rue Crémazie Ouest, et permet à ceux qui le souhaitent d'y exprimer leurs talents musicaux.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer