Les familles souches de Sainte-Foy immortalisées

«Chacune des trois grandes boucles représente un siècle... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

«Chacune des trois grandes boucles représente un siècle de fondation. À l'intérieur y est inscrit le nom du père, de la mère et du premier enfant du couple dans des feuilles en granit», explique l'artiste Danielle April.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Ville de Québec souligne la présence depuis trois siècles de 37 familles souches de Sainte-Foy avec l'installation d'une oeuvre d'art public sur le site historique de la visitation, route de l'Église.

Le nom de ces familles, déjà présentes à Sainte-Foy à l'érection de la municipalité de la paroisse en 1855, est inscrit dans une oeuvre réalisée par l'artiste multidisciplinaire Danielle April. Il aura fallu trois ans pour accoucher du projet.

La photographe, sculpteure et peintre explique que la fondation de son oeuvre repose sur la représentation du temps qui passe. «J'ai réalisé que le temps n'avait pas nécessairement une forme de ligne qui s'avance de façon continue. J'ai aussi réalisé que les prénoms des personnes revenaient dans un intervalle de 90 à 100 ans. Aujourd'hui, on voit des petites Marie-Marguerite et des petits Georges-Henri d'à peine deux ans. C'était les prénoms de nos grands-pères. On revient, on avance...», explique-t-elle, faisant référence aux trois spirales de granit et d'aluminium installées sur le terrain qui jouxte l'église, du côté du chemin Sainte-Foy.

«Chacune des trois grandes boucles représente un siècle de fondation. À l'intérieur y est inscrit le nom du père, de la mère et du premier enfant du couple dans des feuilles en granit», ajoute Mme April. Au total, 111 personnes sont immortalisées dans un arbre généalogique nouveau genre.

Rattrapage complété

La conseillère Julie Lemieux, responsable de la culture, du patrimoine et de l'aménagement du territoire, se réjouit de la présence de l'oeuvre. «On trouvait qu'il manquait quelque chose à cet endroit. Elle s'intègre tellement bien dans le paysage, j'ai l'impression qu'elle a toujours été là.»

C'est la 30e installation (à une ou deux près) à être inaugurée depuis que la Ville a adopté en 2013 sa nouvelle vision du développement d'art public. «On avait alors décidé d'investir 1% du coût des projets d'infrastructures dans lesquels le gouvernement n'investit pas», explique Mme Lemieux. 

La Ville s'était fixée 2020 pour réaliser 35 oeuvres dans sa mire. Cet échéancier a été ramené à 2017. Le coût de l'oeuvre inaugurée est de 199 000 $.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer