Trois jours de festivités gratuites pour baptiser le MNBAQ

Un employé perché fait un dernier lustrage des... (Le Soleil, Érick Labbé)

Agrandir

Un employé perché fait un dernier lustrage des parois de l'escalier extérieur avant la grande ouverture.

Le Soleil, Érick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Oubliez l'inauguration avec des notables et des commanditaires triés sur le volet. Pour le baptême du nouveau pavillon du Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ), la direction veut «redonner au grand public l'institution».

Une grande procession et une coupe de ruban artistique, le 24 juin, marqueront le début de trois jours de festivités gratuites. On a profité de la conférence de presse pour annoncer deux évènements d'envergure: une étrange fête foraine ainsi qu'une oeuvre orchestrale avec l'OSQ .

La journée d'inauguration s'amorcera dès 9h pour se prolonger jusqu'à 16h, à l'angle de l'avenue Cartier et de la Grande Allée, par La folle foire, une expérience artistique participative. «C'est un prétexte à la rencontre», a indiqué Alexandre Fecteau, le directeur artistique, à propos des 20 stations où s'installeront artistes et commerçants pour offrir un aperçu de leur savoir-faire. On a aussi prévu un volet pour les enfants.

Pendant ce temps, le flamboyant Armand Vaillancourt créera en direct une performance à grand déploiement sur la Grande Allée.

Toutes ces activités prendront une pause sur le coup de 11h. Les gens présents seront invités à une grande procession jusqu'au parvis du pavillon Lassonde. Ils suivront une grande corde «chargée d'histoire et symbolique», élaborée depuis sept ans, à l'aide de matériaux recyclés, par Giorgia Volpe, laquelle servira de fil conducteur et de ruban d'inauguration de la nouvelle aile moderne du MNBAQ.

Pour le baptême du nouveau pavillon du MNBAQ,... (Le Soleil, Érick Labbé) - image 2.0

Agrandir

Pour le baptême du nouveau pavillon du MNBAQ, la direction veut «redonner au grand public l'institution».

Le Soleil, Érick Labbé

La visite débutera à midi et les citoyens en auront «plein les yeux et les oreilles», a promis Line Ouellet, la directrice et conservatrice en chef du MNBAQ. Et ce n'est qu'un début. La fête populaire culminera par une soirée festive où les participants seront invités à «danser jusqu'au bout de la nuit» dans des décors «inimaginables» - ceux du nouveau pavillon. Le party de musique électronique sera signé par les artisans du festival MUTEK, avec Atomic 3 à la conception lumineuse. Plein les yeux et les oreilles, disait-on.

En fait, les 24, 25 et 26 juin déborderont d'activités en tout genre, des nombreuses prestations musicales (Raôul Duguay, Webster, Yannick Rieu, Gabrielle Shonk, etc.) aux visites guidées en passant par les 5 à 7 et les performances. À ce chapitre, on retient la très évocatrice Le souffle de l'artiste. Pendant les trois jours, les Two Gullivers gonfleront des ballons qui seront déposés dans un immense cube transparent. Le public sera invité à joindre son souffle à celui des artistes...

Soulignons aussi la diffusion en continu, dans le nouvel amphithéâtre, d'un documentaire de Jean-Pierre Dussault sur l'architecture du pavillon Lassonde. 

Le bâtiment de 103 millions $ qui porte le nom de son principal mécène, Pierre Lassonde, est un monumental espace d'exposition de quatre salles qui fera presque doubler de superficie le Musée. On profitera de son ouverture pour inaugurer cinq nouvelles expositions, dont une qui regroupe des installations emblématiques de la production québécoise des quatre dernières décennies et la présentation dans toute sa splendeur et sa longueur (40 mètres!) du chef-d'oeuvre L'hommage à Rosa Luxemburg de Riopelle.

«J'invite personnellement tous les citoyens à venir à cette grande fête» pour ce moment historique, a indiqué Mme Ouellet. 

On peut avoir tous les détails de la programmation au www.mnbaq.org.

Fête foraine et symphonie pour triangle

L'été culturel 2016 du Musée national des beaux-arts du Québec ne se limitera pas à l'inauguration du nouveau pavillon et à ses activités périphériques. Humanorium, une fête populaire inspirée des fêtes foraines, prendra place du 29 juillet au 7 août dans le parc du Musée. Suivra la toute première oeuvre orchestrale pour architecture commandée par un musée, le 18 septembre, à 14h.

Humanorium est le projet le plus audacieux d'EXMURO, souligne le commissaire Vincent Roy. Il s'agit d'un événement en art actuel présenté sous la forme d'une insolite fête foraine - tellement bizarre qu'il défie presque la description. Mais on note la présence de BGL, avec un carrousel déjanté; de Dgino Cantin et de Louis Fortier, qui présentent chacun une chambre des curiosités, ainsi que du Théâtre Rude Ingénierie, qui présente Zoltar le cadavre exquis!

«Humanorium est un lieu de rassemblement en plein air hors du commun, tourné vers l'être humain dans toute sa beauté et ses multiples failles», a souligné Vincent Roy, en conférence de presse. Décrit comme ça, c'est prometteur...

Tout comme l'oeuvre musicale de Yannick Plamondon et de Symon Henry, Voir dans le vent qui hurle les étoiles rire, et rire... Le titre est un programme en soi, mais ajoutons que son exécution, dans le monumental escalier du pavillon Lassonde, ne sera pas piquée des vers. 

Non seulement le public pourra déambuler autour des musiciens de l'Orchestre symphonique de Québec et de son maestro Fabien Gabel, mais il pourra jouer du triangle pour les accompagner!  Éric Moreault

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer