Le mur insolite déménage rue Saint-Joseph

Patrick Anktil dirige la galerie Le mur insolite, qui... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Patrick Anktil dirige la galerie Le mur insolite, qui déménagera d'ici la mi-mars rue Saint-Joseph, au coin de la rue Saint-Anselme.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) On verra bientôt des toiles et des sculptures de dark art dans de grandes vitrines de la rue Saint-Joseph, au coin de Saint-Anselme. La galerie Le mur insolite, installée depuis cinq ans dans le quartier Saint-Sauveur, cohabitera avec les groupes de rock et de metal qui répètent déjà dans l'édifice.

La galerie rassemble une trentaine d'artistes autour d'un noyau formé par Rottenz, Marie-Pier Lapointe, David Dallaire, David Gagné et Patrick Anktil, qui dirige le tout. Le sculpteur aura même son atelier au dernier étage de l'édifice rebaptisé Place urbaine (auparavant l'Unisson). Logique, puisque l'artiste réalise déjà les décors des spectacles de plusieurs groupes qui deviendront ses voisins.

«Toutes les oeuvres seront dans la vitrine, qui sera éclairée 24 heures sur 24. Les gens pourront scanner des codes avec leur téléphone et ce sera directement relié à notre boutique en ligne», explique-t-il.

Le mur insolite s'était bien débrouillé rue Hermine dans Saint-Sauveur, et son style particulier n'avait pas trop choqué, même si sa vitrine était face à un CHSLD et à des logements. La rue Saint-Joseph, avec des boutiques hétéroclites, ses restaurants et ses salles de spectacle, semble toutefois être un milieu plus naturel pour la galerie.

Le déménagement aura lieu d'ici la mi-mars. «Le plus dur sera de repeindre les murs en blanc», rigole Patrick Anktil.

Place urbaine

L'immeuble est bien connu de la scène musicale underground de Québec et compte une soixantaine de locaux de répétition et une salle de spectacle au sous-sol. Il a repris par le gestionnaire en immobilier Patrick Bédard en mai dernier.

«Disons que c'était mal géré, indique-t-il. Les locataires n'aimaient pas que n'importe qui puisse rentrer n'importe quand, il y avait des divans dans les corridors et des junkies.» Il a mis «les pommes pourries» dehors et a sécurisé l'accès au bâtiment.

Pour repeindre les murs intérieurs, il a fait appel à des graffeurs. «Ça met de la couleur, et on efface les traces de vandalisme», note-t-il. Le gestionnaire en a même profité pour ouvrir une petite boutique au rez-de-chaussée, où il vend de la peinture en aérosol et expose des toiles, juste à côté de l'imposante vitrine où s'installera Le mur insolite.

Quant à la salle de spectacle, fermée pour l'instant, elle pourrait être aménagée au rez-de-chaussée, avec une entrée indépendante, indique M. Bédard, sans toutefois avancer de date pour la réalisation du projet.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer