Mois Multi 2016: Keith Kouna en immersion

Le musicien Keith Kouna présente son spectacle Le... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le musicien Keith Kouna présente son spectacle Le voyage d'hiver, en prélude du Mois Multi, une dernière fois ce samedi soir.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josianne Desloges
Josianne Desloges

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Le Mois Multi est un territoire à la fois étrange et magnifique, où toutes les explorations, les dépaysements et les expériences sensorielles sont permises. Le musicien Keith Kouna, chanteur du groupe Les Goules et artiste solo déjanté et inclassable, y part cette année en expédition en tant qu'artiste invité.

Il présente son spectacle Le voyage d'hiver, en prélude du festival, une dernière fois ce soir, samedi. Inspiré de Winterreise de Schubert, un cycle de 24 lieder pour piano et voix, composé sur des poèmes de Müller, le spectacle est une succession de tableaux qui marient chant, danse, théâtre, lumières et musique. Cette marche vers la mort, auréolée d'une perte amoureuse, touche au romantisme, où les éléments déchaînés deviennent une métaphore des tumultes intérieurs.

Kouna deviendra ensuite spectateur des autres oeuvres présentées au Mois Multi, en immersion, afin de présenter une création inédite le 20 février. Nous lui avons demandé de nous parler des oeuvres qu'il attendait avec le plus d'impatience.

Gloria

En feuilletant le programme du festival d'arts multidisciplinaires et électroniques organisé chaque hiver par Recto Verso, Keith Kouna arrête d'abord son choix sur Gloria, un spectacle de la DJ et chanteuse Mykalle Bielinski présenté les 3 et 4 février à la salle Multi de Méduse. 

«Dès que j'ai vu la présentation, je me suis dit que je devais assister à ça. Le côté sacré et très immersif, en projection sur 360 degrés, la voix de Mykalle, ça semble très intense», indique Keith Kouna.

Blind Cinema

«Se faire chuchoter un film à l'oreille par un enfant, les yeux fermés bandés, je suppose que c'est une expérience assez spéciale», souligne le musicien à propos de Blind Cinema

L'expérience cinématographique imaginée par la Londonienne Britt Hatzius implique deux groupes de 30 enfants qui deviendront les narrateurs spontanés de ce film invisible pour les adultes. À la salle Multi les 5 et 6 février.

Le pavillon des immortels heureux

Marcelle Hudon et Maxime Rioux proposent Le pavillon des immortels heureux, un spectacle pour la famille entre le théâtre de marionnettes, le théâtre d'ombres et le laboratoire d'objets animés. 

«Ça a l'air ingénieux et très bien fait. Les éclairages apportent une double dimension aux marionnettes, à la fois miniatures et géantes», devine Keith Kouna. 

Celles-ci seront contrôlées par des basses fréquences, ce qui amène un côté aléatoire à la performance présentée du 11 au 14 février au Studio d'essai.

[Entre] et Venise

Les deux projets du Théâtre Rude ingénierie sont aussi dans la mire de l'artiste invité. 

Le mariage de la danse et des éclairages de [Entre], du 24 au 26 février à la salle Multi, n'est pas complètement étranger au Voyage d'hiver. Les trajectoires de deux interprètes seront transposées en lumières et en sons dans une scénographie interactive, sous la direction chorégraphique et la mise en scène de Philippe Lessard Drolet. 

Venise, présentée à la Biennale de Venise pour inaugurer l'installation Canadassimo de BGL sera recréée en party de clôture du Mois Multi, le 27 février.

Le son de l'ère est froid

 

Le son de l'ère est froid... (Thomas Sinou) - image 6.0

Agrandir

Le son de l'ère est froid

Thomas Sinou

«Une cabane de pêche au parc Saint-Roch, ça marque l'imagi­naire. Tu sembles plonger dans une histoire entre le réel et la fiction quand tu rentres là-dedans», note Keith Kouna à propos du Son de l'ère est froid, d'Anne-Marie Ouellet et Thomas Sinou. 

Les Montréalais présentent une installation sonore immersive, qui fait parler les murs, du 6 au 14 février au parc Saint-Roch. Il y a une version de jour pour toute la famille et une version de soir, pour adultes.

Les vidéos d'Allison Moore

L'oeuvre vidéo Urban Terrarium... (Allison Moore) - image 7.0

Agrandir

L'oeuvre vidéo Urban Terrarium

Allison Moore

Présenté en deux volets, Suburban Terrarium à Regart à Lévis et Urban Terrarium au Cercle, à Québec, le projet d'Allison Moore rappelle par moment les vidéoclips des Colocs faits par Dédé Fortin. 

«C'est inspiré de la banlieue. Il faut dire qu'il y a quelque chose d'esthétique dans les rangées de bungalows, souligne Keith Kouna. Ça parle. Le quartier résidentiel, peu importe où il se trouve, fait résonner quelque chose en nous. Il y a tout un conformisme qui ressort, j'ai hâte de voir ce qu'elle va faire avec ça. Je me suis dit que si j'avais besoin d'un clip, j'irais demander à cette fille-là.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer