Mutations ou les métiers d'art au-delà de l'artisanat passéiste

Pierre Wilson et Stéphan La Roche, respectivement directeur... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Pierre Wilson et Stéphan La Roche, respectivement directeur et conservateur du Musée des maîtres et artisans du Québec, et directeur général des Musées de la civilisation, estiment que les métiers d'art constituent un «patrimoine culturel exceptionnel de la société québécoise».

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Musée de l'Amérique francophone, dans le Vieux-Québec, présente, dans un «esprit résolument contemporain», une exposition sur les métiers d'art au Québec. L'objectif? Montrer que ce secteur ne se résume pas à l'«artisanat passéiste» auquel il est trop souvent associé.

Baptisée Mutations. Les métiers d'art au Québec depuis 1930, cette exposition s'inscrit dans le contexte de l'Année canadienne des métiers d'art. Le Musée de l'Amérique francophone l'a réalisée conjointement avec le Musée des maîtres et artisans du Québec dans l'arrondissement Saint--Laurent, à Montréal, qui en présente lui aussi une version.

Des émaux sur cuivre du duo de Passillé Sylvestre aux bols de Céramique de Beauce, des vitraux de Marcelle Ferron aux sculptures de Stéphane Langlois, l'exposition montre à quel point les métiers d'art marquent la culture québécoise.

Les artistes et les artisans québécois représentés travaillent le bois, la céramique, les textiles et le métal. Ils produisent des pièces uniques ou en série. Cette exposition met en perspective la diversité de leurs pratiques. Et elle est divisée en fonction de quatre approches : artisanale, industrielle, environnementale et artistique.

Elle s'ouvre sur l'approche artisanale avec des sculptures de bois de Médard (1935) et Jean-Julien Bourgault (vers 1940), avec le violon (2006) du luthier et archetier Richard Compartino, avec des bijoux de Georges Delrue (entre 1950 et 1980).

La deuxième zone fait référence à la production d'objets fonctionnels en séries. Il s'agit de l'approche industrielle dans laquelle on retrouve, notamment, la vaisselle de Céramique de Beauce (qui a fermé ses portes en 1989, victime de la production asiatique), ainsi que les porcelaines de Goyer-Bonneau et de Louise Bousquet.

L'approche environnementale met en valeur le design d'intérieur et l'École du meuble de Montréal, fondée en 1935, dont l'un des professeurs, Marcel Parizeau, qui était aussi architecte-décorateur, a beaucoup contribué à la promotion des métiers d'art.

Les artistes en métiers d'art qui adoptent l'approche artistique créent des objets dont la fonction est symbolique. Il faut voir les oeuvres textiles de Carole Baillargeon et de Barbara Wisnovski qui rendent hommage, la première à son père, la seconde à ses ancêtres ukrainiens, avec des kilomètres de tissu.

Baptisée Ruisseau, l'oeuvre de Wisnovski a fait son entrée dans la collection des Musées de la civilisation, après avoir remporté une bourse offerte par l'institution lors de la Biennale internationale du lin de Portneuf, en 2013.

Cette année, cette bourse d'acquisition de 3000 $ a été attribuée à deux doctorantes de l'Université Concordia, Véronique La Perrière M. et Fiona Annis, pour leur oeuvre Survivance (semence et poussière), faite de tiges de lin coulées dans le bronze.

Mutations. Les métiers d'art au Québec depuis 1930 débute mercredi et sera à l'affiche du Musée de l'Amérique francophone pour au moins deux ans.

Notez que le cahier Maison du Soleil de samedi vous offrira un supplément d'informations et d'autres photos.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer