Lucienne Cornet: la naissance des choses

Le titre à la troisième personne fait un clin d'oeil à Marguerite Duras; Sa... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josianne Desloges
Josianne Desloges

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Le titre à la troisième personne fait un clin d'oeil à Marguerite Duras; Sa mère est un jardin, de Lucienne Cornet, raconte de manière poétique, comme un carnet déployé en grands formats, le parcours d'une artiste fascinée par la biologie, la botanique, la matière et la naissance des choses.

Alors que l'exposition présentée à la Galerie Louise-Carrier, Jardins, rassemble des collages récents faits à partir d'oeuvres anciennes, celle présentée à l'Espace Parenthèses fait des bonds dans le temps. Toutefois, sans lire les cartels, on aurait peine à dire ce qui vient avant quoi. Les oeuvres suivent un rythme intime constant et s'accordent aux mêmes couleurs, charnelles et telluriques. 

«J'ai voulu ressortir des moments, des oeuvres charnières», indique Lucienne Cornet. L'artiste de 78 ans montre également la genèse de son travail dans la vitrine où sont étalés croquis, textes, calculs et carnets, et l'envers de l'oeuvre sur papier qui a inspiré son Quatuor d'airain, bondissant devant l'entrée du Centre des congrès. La progression de la bête rappelle le schéma de l'évolution de l'homme, ou les plans d'un film d'animation.

La touche de Lucienne Cornet est un alliage d'influences classiques (Rembrandt et Chardin, qui lui a inspiré ses grandes raies) et de déconstructions-reconstructions plus modernes. On n'a qu'à penser à Métamorphoses, une oeuvre en trois morceaux (une tête de cheval, une patte et un cocon de marbre) qui surplombe le foyer de la salle Albert-Rousseau, inspirée des chevaux de Saint-Marc.

L'artiste puise aussi à des sources plus secrètes, érigeant par exemple un mur de pages marquées par la cire rouge, les pliages successifs et les déchirures, ou des compositions où les objets les plus divers ont inspiré de nouvelles manières de dessiner le monde.

Sa mère est un jardin est présenté à l'Espace Parenthèses jusqu'au 9 octobre et Jardins est présenté à la Galerie Louise-Carrier jusqu'au 7 octobre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer