La poésie des glaces: visions du jour et de la nuit

  • Le journaliste français Vincent Hilaire et sa photo intitulée <i>Trio de manchots Adélie</i>. (Le Soleil, Erick Labbé)

    Plein écran

    Le journaliste français Vincent Hilaire et sa photo intitulée Trio de manchots Adélie.

    Le Soleil, Erick Labbé

  • 1 / 6
  • L'absence de lumière du jour pendant la longue nuit arctique donne aux photographies de Vincent Hilaire un aspect irréel, comme si elles avaient été prises sur une autre planète. (Le Soleil, Erick Labbé)

    Plein écran

    L'absence de lumière du jour pendant la longue nuit arctique donne aux photographies de Vincent Hilaire un aspect irréel, comme si elles avaient été prises sur une autre planète.

    Le Soleil, Erick Labbé

  • 2 / 6
  • L'exposition D'un pôle à l'autre - La poésie des glaces (Le Soleil, Erick Labbé)

    Plein écran

    L'exposition D'un pôle à l'autre - La poésie des glaces

    Le Soleil, Erick Labbé

  • 3 / 6
  • L'exposition D'un pôle à l'autre - La poésie des glaces (Le Soleil, Erick Labbé)

    Plein écran

    L'exposition D'un pôle à l'autre - La poésie des glaces

    Le Soleil, Erick Labbé

  • 4 / 6
  • L'exposition D'un pôle à l'autre - La poésie des glaces (Le Soleil, Erick Labbé)

    Plein écran

    L'exposition D'un pôle à l'autre - La poésie des glaces

    Le Soleil, Erick Labbé

  • 5 / 6
  • L'exposition D'un pôle à l'autre - La poésie des glaces (Le Soleil, Erick Labbé)

    Plein écran

    L'exposition D'un pôle à l'autre - La poésie des glaces

    Le Soleil, Erick Labbé

  • 6 / 6

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'exposition D'un pôle à l'autre - La poésie des glaces, présentée depuis mardi au Musée de la civilisation, réunit 35 photographies que le journaliste français Vincent Hilaire a rapportées des extrémités les plus froides de la terre. Outre leur beauté intemporelle, ces images possèdent le pouvoir d'éveiller les consciences vis-à-vis des enjeux du réchauffement climatique.

Ces clichés en noir et blanc sont le fruit de deux expéditions distinctes menées à bord de la goélette d'exploration Tara, l'une dans l'obscurité glaciale de la nuit arctique, l'autre dans la lumière sans fin de l'été austral. «J'ai voulu montrer ce qui oppose et rapproche ces deux pôles dans ces deux moments de leur année respective, explique le photographe. Toute l'exposition est basée sur ce jeu jour-nuit, pôle Nord-pôle Sud.»

Le noir et blanc est un choix judicieux. Il permet de créer une véritable unité entre les images. «Ce qui unit ces deux régions, fait remarquer Vincent Hilaire, c'est la glace, et j'ai voulu poursuivre l'union, aller un peu plus loin, par le noir et blanc, qui permet ce voyage d'un pôle à l'autre.»

C'est avec beaucoup d'enthousiasme que Vincent Hilaire parle de ses missions. «Je trouve que c'est tellement beau, la planète, quelles merveilles on a là sous les pieds, quel miracle est la vie et quelle chance on a de pouvoir la vivre.» 

Quant à l'expédition Tara, pour le correspondant scientifique, ça devient carrément du «Tintin». «C'est tellement l'aventure avec un grand A! On avait l'impression d'être dans une mission sur une autre planète, du fait de la nuit, de l'absence de lumière, de ce bateau fantôme pris dans la glace. Des fois, il fallait un peu se pincer, comme on dit, pour s'assurer qu'on était vraiment là.»

S'il a choisi d'intituler l'exposition La poésie des glaces, c'est parce qu'il dit avoir été touché à la fois par la beauté de ces régions désolées et par leur fragilité.

«Sensibiliser par le beau»

Vincent Hilaire est en effet un témoin privilégié des changements climatiques dont les effets ont tendance à s'accélérer dans les régions polaires. Mais sa démarche, insiste-t-il, n'a pas pour but de culpabiliser qui que ce soit. Elle cherche seulement à rendre une réalité lointaine accessible au plus grand nombre. «Il faut, dit-il, sensibiliser par le beau, faire réfléchir, et essayer d'amener les gens à avoir les bonnes informations, à développer une fibre qui fasse que les hommes politiques, de l'autre côté, sentent aussi ça.»

L'exposition La poésie des glaces s'inscrit d'ailleurs dans la programmation sur les enjeux du réchauffement climatique en Arctique organisée par le Consulat général de France à Québec. Différentes activités auront lieu à Québec et à Montréal durant le mois d'octobre, notamment la conférence L'Arctique, sentinelle du réchauffement climatique, présentée le 7 octobre à 17h30 au Musée de la civilisation. 

Ces activités sont en lien avec la Conférence de Paris qui se déroulera en décembre et qui débouchera éventuellement sur un nouvel accord international sur le climat dans l'espoir de maintenir le réchauffement de la planète en deçà de deux degrés Celsius. 

L'exposition La poésie des glaces se poursuit jusqu'au 3 janvier.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer