Jean Gaudreau ouvre sa galerie d'art

Pour exposer ses oeuvres dans sa nouvelle galerie,... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Pour exposer ses oeuvres dans sa nouvelle galerie, le peintre Jean Gaudreau a choisi de mettre en valeur les éléments architecturaux déjà en place, comme le mur de pierre, en ajoutant du bois de grange, de la céramique imitation bois, des lampes contemporaines et des bancs de cuir.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Lorsqu'on lui a offert d'installer ses oeuvres dans un local de la rue Saint-Louis, dans une galerie à son nom, l'artiste Jean Gaudreau n'a pas hésité longtemps. En deux semaines, le local était rénové, décoré et prêt à accueillir ses toiles et ses sculptures.

C'est à l'invitation de l'homme d'affaires Yannick Parent, du Savini, du Bello et de La Bûche, qu'il a installé ses pénates près du Château Frontenac. «Il me connaît, il croit beaucoup en ce que je fais et je venais de faire des oeuvres pour lui [pour La Bûche, qui a ouvert à la porte voisine]». Denis Dussault, un autre actionnaire de ces restaurants, a agi comme principal bailleur de fonds. L'artiste se charge des oeuvres, de l'encadrement, de l'accrochage et des décisions artistiques et le profit des ventes est divisé entre les associés, comme dans une galerie standard.

Outre la galerie d'art inuit Brousseau, à quelques portes de là, les galeries sont plutôt concentrées dans le Vieux-Port et dans le Petit Champlain, mais l'artiste est bien à l'aise avec cette situation. «Je suis dans ma cour, ici. Comme je viens de la haute ville, c'est plus significatif pour moi d'avoir ma galerie ici qu'en bas [en basse ville]», explique-t-il.

Jean Gaudreau se tient en retrait des galeries depuis plusieurs années, ce qui ne l'empêche pas de rejoindre les collectionneurs et les hommes d'affaires grâce à un carnet de contacts bien garni. 

«Ça va être l'occasion de montrer un peu toutes mes périodes au grand public. C'est un peu comme si je les invitais chez nous», commente l'artiste, qui a choisi de mettre en valeur les éléments architecturaux déjà en place, comme le mur de pierre, en ajoutant du bois de grange, de la céramique imitation bois, des lampes contemporaines et des bancs de cuir. 

Seul artiste à bord

Être le seul artiste à bord lui convient parfaitement. «J'ai eu l'expérience du centre de diffusion artistique du Vieux-Port en 1997-1998 et je ne voulais plus jamais retravailler avec d'autres artistes pour opérer une galerie. Ça devient vraiment trop complexe à gérer», indique-t-il.

Ginet Dombrowski, qui a fait carrière en communications, notamment à l'Association des diplômés de l'Université Laval, a été embauchée comme directrice de la galerie et est une amie de longue date.

En réserve, on trouve des oeuvres de sa série Le pied au plancher et de sa série sur le cirque, ainsi que ses fragments-sculptures, surtout des coeurs, faits à partir de morceaux de cuivre du toit du château Frontenac. La plupart des pièces originales se détaillent entre 1500 et 5000 $. Les pièces les plus colossales peuvent dépasser les 20 000 $. 

Plus d'une dizaine de pièces ont déjà trouvé preneurs depuis l'ouverture de la galerie, il y a un mois. «C'est très bien parti», se réjouit l'artiste. Il tenait toutefois à offrir des «produits dérivés» plus accessibles, comme des impressions numériques et des cartes imprimées à 50 exemplaires, numérotées et signées, à 20 $. 

La galerie Jean Gaudreau est située au 48, rue Saint-Louis, Québec et est ouverte tous les jours de 12h à 20h. Un site Web est en construction.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer