L'art en soi: entraîner le regard

Borduas, Riopelle, Paul Béliveau, Jean-Pierre Morin, Dan Brault,... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Borduas, Riopelle, Paul Béliveau, Jean-Pierre Morin, Dan Brault, Jocelyn Gasse, notre caricaturiste André-Philippe Côté et bien d'autres ont signé les oeuvres rassemblées dans l'exposition L'art en soi.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les mécanismes de l'oeil, notre état affectif, nos connaissances et des facteurs culturels interviennent dans notre manière d'appréhender une oeuvre d'art. Deux professeurs, l'un en psychologie et l'autre en histoire de l'art, se sont attelés à la difficile tâche de faire prendre conscience aux gens de la façon dont ces paramètres influencent notre perception.

Chevalier solo II de Diane Landry... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 1.0

Agrandir

Chevalier solo II de Diane Landry

Le Soleil, Erick Labbé

Deux portraits peints par Antoine Plamondon ... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 1.1

Agrandir

Deux portraits peints par Antoine Plamondon 

Le Soleil, Erick Labbé

Le résultat de cette expérience est un captivant parcours, à faire avec un audioguide - une première pour une exposition de la Ville de Québec. Le double commissariat est tout aussi inusité, mais s'avérait nécessaire pour bien aborder la problématique. Dany Quine, historien de l'art «amateur de choses décoiffantes» a donc convaincu Simon Grondin, un spécialiste de la perception du temps qui s'intéresse aussi à la perception visuelle, de plonger dans l'aventure.

Les commissaires ont développé un entraînement pour le regard en une trentaine de stations. On nous y fait comparer des toiles, imaginer des titres, regarder de différentes distances, de différents angles et avec différentes idées en tête. Le cerveau, l'oeil, la mémoire et l'imagination de l'observateur travaillent de différentes et de surprenantes manières. 

Les oeuvres empruntées dans les collections du Musée national des beaux-arts du Québec, du Musée d'art contemporain de Montréal et dans les collections privées sont signées par des artistes incontournables du XIXe siècle, du XXe siècle et d'aujourd'hui, des Québécois pour la plupart. «Soit on avait une problématique et on devait trouver une oeuvre pour l'illustrer, soit on partait d'une oeuvre et on se demandait ce qu'on voulait lui faire dire», indique Dany Quine.

Sans vous dévoiler toutes les réponses, nous avons sélectionné quelques exemples concrets pour mieux vous faire comprendre l'exercice.

Devant un dessin animé impliquant une tortue et un camion, on vous demande par exemple à quelle autre histoire vous pensez. La réponse vous fait prendre conscience des référents culturels que vous partagez avec les autres Québécois. 

Une machine bien particulière

Certains exercices nous font également prendre conscience du fonctionnement de l'oeil humain, une machine bien particulière. Pourquoi rit-on devant une sculpture couverte de roues? Pourquoi notre oeil compose-t-il un visage à partir d'un tableau abstrait? D'intéressantes réponses, qui combinent souvent plusieurs théories, nous sont données. «On demande aux gens de regarder une toile d'inspiration impressionniste sous différents angles, en prenant de plus en plus de distance. Un moment donné, ce n'est plus la même oeuvre. Ça apprend à regarder autrement, à prendre son temps», donne en exemple Simon Grondin.

Borduas, Riopelle, Paul Béliveau, Jean-Pierre Morin, Dan Brault, Jocelyn Gasse, notre caricaturiste André-Philippe Côté et bien d'autres ont signé les oeuvres rassemblées dans l'exposition L'art en soi. Mais pour les besoins de l'expérience, aucun cartel ne nous indique qui a fait quoi - ce qui influencerait nécessairement notre façon de regarder.

En fin d'exposition, Chevalier solo II et Un silence radio, de Diane Landry, synthétisent les quatre axes développés par les commissaires, nous faisant prendre conscience de notre perception du temps qui passe, de notre aptitude à nous retirer en nous-mêmes devant une oeuvre d'art. L'art en soi nous parle de l'art «comme tel», mais aussi de la part de soi-même qu'on projette dans une oeuvre regardée.

Les commissaires aimeraient bien que leur concept s'exporte, voire s'applique à d'autres sélections d'oeuvres. Ils publieront d'ailleurs un livre cet automne aux Presses de l'Université Laval. 

L'exposition se poursuit jusqu'au 13 décembre à la Villa Bagatelle, au 1583, chemin Saint-Louis, Québec. Info : www.maisonsdupatrimoine.com

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer