Patrick Bouchard: excavation humaine

«Ça tourne autour d'un personnage, comme une autopsie... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

«Ça tourne autour d'un personnage, comme une autopsie ou une auto-psy, puisque c'est un moulage de mon propre corps qui est là», dit Patrick Bouchard.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un homme d'argile, allongé sur une table dans l'espace réservé aux cinéastes en résidence dans l'exposition Image par image au Musée de la civilisation, attire le regard des visiteurs. Patrick Bouchard se lance dans une excavation humaine, caméra et outils à la main, pour trouver la matière de son prochain court-métrage pour l'Office national du film.

Pendant toute l'exposition, inaugurée en juin 2014, des créateurs de cinéma d'animation ont pu travailler en plein coeur de la salle d'exposition. Arrivé cette semaine, Bouchard est le dernier à se prêter au jeu.

«Ça tourne autour d'un personnage, comme une autopsie ou une auto-psy, puisque c'est un moulage de mon propre corps qui est là», explique Patrick Bouchard. Il ne sait pas encore ce qu'il «trouvera» à l'intérieur du personnage, mais les forets de perceuse, les rouages et les pièces de machine à coudre dispersés ça et là dans l'atelier laissent déjà entrevoir quelques réponses.

Pour l'instant, l'excavateur a ouvert le mollet droit de son alter ego d'argile. «Les parties du corps sont déjà porteuses de sens. Ouvrir un pied ou ouvrir une tête, ce n'est pas pareil», souligne-t-il.

L'envers du décor

Pour nourrir les conversations avec les visiteurs qui voudraient en savoir plus sur son travail, l'artiste a amené quelques exemples de marionnettes articulées et, beau hasard, quelques-uns des petits personnages de son film Bydlo, qui lui a valu son troisième Jutras en 2013, faisaient déjà partie de l'exposition et sont exposés tout près du studio.

«On montre rarement l'envers du décor en cinéma d'animation. D'habitude, je travaille dans un environnement contrôlé, assez cloîtré, parce qu'en stop motion on doit tourner dans des studios fermés. C'est un effet étrange de se sentir observé pendant qu'on travaille», analyse le cinéaste, tout sourire pour répondre aux petits et grands curieux.

La résidence se terminera le 21 août, deux jours avant la fin de l'exposition.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer