Gabor Szilasi: archiviste du quotidien

Pala utca, Budapest, Gabor Szilasi, 1955...

Agrandir

Pala utca, Budapest, Gabor Szilasi, 1955

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le 33e Symposium d'art contemporain de Baie-Saint-Paul, qui débute vendredi soir, se déroulera sous le thème Murmures du quotidien. Un intitulé qui pourrait résumer la carrière impressionnante de l'invité d'honneur Gabor Szilasi, archiviste infatigable du Québec des 60 dernières années.

Portrait de Gabor Szilasi ... (Photo Doreen Lyndsay) - image 1.0

Agrandir

Portrait de Gabor Szilasi 

Photo Doreen Lyndsay

Le réfugié hongrois arrive au Québec en 1958. Il passera un an dans la capitale, le temps d'apprendre quelques trucs du métier avec le photographe Charles Lafortune, avant de migrer vers la métropole. Il partagera sa carrière entre des voyages en plein Québec rural et des explorations urbaines, dans les grandes rues de Montréal. 

«J'ai travaillé pour l'Office du film du Québec, et là j'ai fait des reportages dans les Cantons de l'Est. J'avais grandi dans une grande ville, à Budapest, alors je ne connaissais rien des régions rurales», indique le photographe lors d'une entrevue téléphonique. 

En 1970, il reçoit une bourse du Conseil des arts du Canada qui lui permet de réaliser un reportage photographique dans Charlevoix. Il y développe une fascination pour les intérieurs colorés : «Je les ai trouvés très riches. D'autres photographes me mentionnaient le côté un peu quétaine, mais je trouvais que c'était une affirmation très franche du goût des gens.»

Il produit alors des diptyques montrant d'un côté un portrait en noir et blanc et, de l'autre, une photographie en couleurs de son décor quotidien. Un choix singulier pour celui qui fait 95 % de ses clichés en noir en blanc. Il a aussi été marqué par l'importance de la vie religieuse dans la vie domestique. «J'ai souvent photographié des crucifix placés juste au-dessus du téléviseur, dans la cuisine. Le téléviseur devenait presque comme un autel», note-t-il.

M. Szilasi s'est également rendu en Beauce et en Abitibi, et plus récemment en Gaspésie, où il participait aux Rencontres photographiques. Il y donne d'ailleurs une conférence cette année.

À Baie-Saint-Paul, samedi, le photographe donnera une conférence sur l'art du portrait, ou plutôt sur l'art de photographier les gens dans leur environnement. À l'instar de Cartier-Bresson, qu'il admire beaucoup, il a toujours préconisé une approche humaniste, dans le plus grand respect de l'autre. «Le portrait, c'est une collaboration entre photographe et sujet», indique-t-il.

«J'ai une photo de Leonard Cohen quand il était très jeune, dans les années 60, mais j'ai toujours préféré photographier les gens ordinaires.»

Le Symposium s'ouvre vendredi dès 19h30 avec la Fanfare Jarry et un défilé dans les rues de Baie-Saint-Paul.

=> Vous voulez y aller?

  • Quoi : conférencede Gabor Szilasi
  • Quand : samedi à 16h30
  • : aréna de Baie-Saint-Paul, 11, rue Forget
  • Info : symposiumbsp.com

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer