185 heures: méditations transcanadiennes

Alexandre Berthier (à gauche) a travaillé à partir... (Photo Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Alexandre Berthier (à gauche) a travaillé à partir du matériel sonore et visuel rapporté par Renaud Philippe.

Photo Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Josianne Desloges
Josianne Desloges

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Le photographe Renaud Philippe a traversé le Canada en bus, adolescent, pour revenir de l'Ouest canadien et s'était juré de ne jamais refaire ce pénible périple. Le souvenir est toutefois demeuré vivace et aux portes de la trentaine, il est remonté à bord, appareil photo en main.

«Je suis revenu assez frustré parce qu'il n'y a pas vraiment d'histoire à raconter», indique le photojournaliste. Les nombreuses images qu'il a ramenées de son périple ont capté le caractère intangible de ce voyage en solitaire, une matière avec laquelle le photographe documentaire n'était pas très familier. L'aller-retour Québec-Vancouver prend près de huit jours, pendant lesquels les voyageurs ne sont jamais complètement endormis. «On plonge dans un demi-sommeil méditatif», résume Renaud Philippe.

L'installation photographique 185 heures, qu'il propose au Cercle, est composée de photographies, d'une bande sonore et d'une vidéo, qui représentent respectivement le rêve, le méditatif et l'inconfort. Les quelques personnages qu'on y retrouve ressemblent à des apparitions : un homme tordu sur une canne au coin d'une rue, un cervidé au coeur d'un quartier résidentiel. Sans les chercher consciemment, ces images se sont imposées au photographe somnolent : «Je crois que le regard est naturellement attiré par les humains», note-t-il.

Des images bleutées sont assemblées sur un mur pour former une grille, comme l'image cartésienne d'une ligne du temps qui s'enroule sur elle-même. La bande sonore et la vidéo sont signées par Alexandre Berthier, qui a travaillé à partir du matériel sonore et visuel ramené par Renaud Philippe. «Pour la vidéo, il voulait quelque chose de frénétique, comme le voyage en condensé, alors j'ai privilégié les superpositions d'images et les répétitions, qui créent des impressions de déjà-vu», explique ce dernier.

Renaud Philippe, qui a travaillé en Inde, en Haïti, au Népal, au Kenya, en Tunisie et au Canada, souhaite conserver quelque chose de cette expérience lors de ses prochains périples documentaires. Une part de subjectivité plus affirmée, peut-être, une texture.

À voir jusqu'au 23 février au Cercle, 228, rue Saint-Joseph, Québec

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer