Quand l'art se prête au jeu: jouer avec les bombes

Jonathan Hobin attire l'attention avec des mises en... (Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Jonathan Hobin attire l'attention avec des mises en scène saisissantes mettant en vedette des enfants. La plus connue est The Twins, où l'on voit deux garçonnets jouer à percuter un avion contre deux tours de blocs.

Le Soleil, Steve Deschênes

Partager

Sur le même thème

(Québec) L'exposition Quand l'art se prête au jeu, qui débute aujourd'hui à la Maison Hamel-Bruneau, rassemble des artistes qui aiment jouer, ou plutôt qui aiment utiliser les codes de couleurs, de formes et de proportions de l'imagerie de l'enfance et du jeu pour nous faire sourire, mais surtout nous faire réfléchir sur les événements troublants qui forgent notre histoire et notre société médiatique.

Devant les mises en scène saugrenues avec des figurines, des camions Tonka et d'autres objets miniatures ou chargés de nostalgie, l'oeil est d'abord amusé, le tout paraît inoffensif. Et pourtant... Les photographies de la série The Group of Seven de Diana Thorneycroft, qui ont pour arrière-plan des paysages du Groupe des Sept, qui peignaient les beautés naturelles du nord de l'Ontario au début du siècle, sont enveloppées d'une aura inquiétante. Les bêtes rôdent, le sang gicle, la fascination monte devant cette récupération critique d'importantes figures de l'art canadien. Avec une récupération d'Anne aux pignons verts, qui présente ses seins coupés sur un plateau comme une Sainte Agathe moderne, le sourire du regardeur se transforme en rictus effaré.

La série A People History, dont on peut voir Pig Farm, qui renvoie au manège d'un tueur en série qui donnait des morceaux de ses victimes à ses porcs, et Africville, qui évoque la destruction d'un quartier d'immigrants noirs à Halifax, plonge encore plus profondément dans les zones sombres de l'histoire canadienne récente.

Parfaitement intégrés à ces mises en scène photographiées, deux petits paysages en trois dimensions de Karine Giboulo flottent dans des bulles transparentes. Gâteau monstre et Les Expatriés jouent sur les contrastes et les symboles, mélangent cruauté et poésie.

Viviane Paradis, commissaire de l'exposition, nous raconte tous ses liens avec précision et animation. On aurait bien aimé que quelques clés de compréhension et d'extrapolation, qui aideraient justement à savourer toute la puissance subversive des oeuvres, soient livrées dans des textes d'accompagnement. La responsable a tout de même préféré laisser aux visiteurs le soin de lire eux-mêmes les oeuvres, de jouer, justement, avec leurs connaissances, et au besoin d'interroger les guides qui ont toute l'information en main. Un choix qui se défend, mais qui tranche tout de même avec les dernières expositions présentées à la Maison Hamel-Bruneau.

Un autre photographe, Jonathan Hobin, attire l'attention avec des mises en scène saisissantes mettant en vedette des enfants. La plus marquante, White Nights, montre une petite fille vêtue comme un gourou, qui se tient près d'une jarre de Kool-Aid au milieu des poupées au teint gris et des peluches qui gisent comme des cadavres. La plus connue est The Twins, où l'on voit deux garçonnets jouer à percuter un avion contre deux tours de blocs.

«Tout était fait avec la complicité des parents et des enfants, qui comprenaient qu'il s'agissait d'une mise en scène, spécifie Mme Paradis. On tente beaucoup de protéger nos enfants de ces événements, mais ils y ont accès malgré tout, ils font partie de leur histoire, et c'est surprenant de voir comment ils les intègrent dans leur jeu.»

Un monticule en déséquilibre de Karine Payette, qu'on avait pu voir à L'Engin en marge de la dernière Manif d'art. Petite déception; l'oiseau qui occupait la cage renversée à L'Engin a été retiré.

Plusieurs oeuvres réagissent à la présence des visiteurs (on reconnaît la signature de Viviane Paradis, qui navigue entre installations, oeuvres multidisciplinaires et art électronique), comme Les Insectoïdes du collectif de Québec OscarIndiaRoméo, qui sautillent, s'agitent et émettent des sons qui rappellent les vieux jeux vidéo lorsqu'ils repèrent des visiteurs. Une vidéo de Fannie Giguère montrant des paysages du Bic est traversée par des personnages dessinés lorsque les visiteurs passent devant l'écran. Une machine de Diane Landry, Privilèges, s'active quant à elle lorsque quelqu'un s'approche. Un dictionnaire, où des images de mains découpant une pomme sont collées, tourne autour d'un axe, ce qui donne l'impression d'être devant un flip book. «Diane Landry voulait illustrer que l'accès au savoir appartient à tous», résume Mme Paradis.

En posant un oeil sur une oeillade, à l'extrémité d'une caisse, on aperçoit un délicat paysage de petites lumières (celles du fameux jeu de Light Bright) élaboré par Pierre&Marie et présenté à la Biennale du lin en 2011. Un jeu de cache-cache, en quelque sorte.

L'exposition est présentée à la Maison Hamel-Bruneau, au 2608, chemin Saint-Louis, Québec, jusqu'au 26 mai.

Commissariat en deux temps

Parmi les propositions de la rentrée hivernale, l'exposition Quand l'art se prête au jeu, à la Maison Hamel-Bruneau, nous était tombée dans l'oeil. On y annonçait la présence d'oeuvres de Marcel Barbeau, Agathena Dyck, Tom Forrestal, Mirana Zuger; oeuvres qui ne font finalement pas partie de l'exposition, dont le commissariat a changé de main en décembre.

D'abord confié à Ariane Cloutier, qui poursuit des études à l'Université Paris1 - Panthéon Sorbonne et dont le nom apparaît dans les crédits de l'exposition pour son apport à la recherche, le mandat a ensuite été repris par Viviane Paradis, notamment directrice artistique du Mois Multi.

Celle-ci a intégré au corpus des artistes de Québec comme Diane Landry et le collectif OscarIndiaRomeo et des artistes prometteurs de la relève comme Pierre&Marie et Fannie Giguère. Karine Giboulo et Karine Payette, de Montréal, ainsi que Diana Thorneycroft de Winnipeg et Jonathan Hobin d'Ottawa (tous deux rattachés à la galerie Art Mûr à Montréal), complètent la liste.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer