Vue d'en face d'Ianick Raymond: casse-tête urbain

Pour Raymond, la représentation d'une texture ne suffit... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Pour Raymond, la représentation d'une texture ne suffit pas. Il faut un choc, une confrontation qui va créer une ambiguïté.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nadia Ross
Le Soleil

(Québec) Encore une fois, la galerie Lacerte est l'hôte d'une exposition de peintures très intéressante. Après la poésie ludique de Judith Bellavance, la petite soeur de la galerie Orange reçoit Vue d'en face d'Ianick Raymond.

Grises, monotones, sales. Les toiles de Raymond sont comme les pièces d'un casse-tête urbain où le béton domine. Après avoir exploré la signalétique, le terrain de jeux et de sports dans ses travaux précédents, le jeune artiste montréalais se concentre ici sur des détails d'architecture habituellement sans intérêt : mur de béton, porte de garage, grille ou carrelage répétitif. Le tout dans une palette réduite, composée de différents tons de gris et parfois d'un jaune signalisation.

L'intérêt de ce travail a priori abstrait réside dans l'introduction de cadres ou de structures rappelant tantôt une fenêtre ou une porte. Des structures si léchées et à l'allure volontairement artificielle qu'elles contrastent avec la texture rouillée et sale de ce qu'elles encadrent. Ainsi, une tension se crée entre la structure et la matière.

«Tous les tableaux sont des prisons visuelles! lance Raymond. On est toujours placé devant un espace restreint : on va vers la matière, mais on est toujours limité par une structure.»

C'est également le dilemme entre le «vu» et la connotation de ce qui est vu qui anime sa recherche. Ainsi, 16 arpents montre un espace vert quadrillé qui fait référence aux structures topographiques, alors qu'en s'en approchant, l'image prend un tout autre sens quand la texture d'un tapis se révèle. Du plan très large d'un paysage, notre regard se plonge dans une autre échelle de réalité : un bout de tapis sur lequel de la peinture a été appliquée.

Pour Raymond, la représentation d'une texture ne suffit pas. Il faut un choc, un affrontement qui va créer une ambiguïté. Dans la série Au pied du mur, la con-frontation des deux approches picturales crée une illusion d'optique intéressante. Du premier coup d'oeil, on voit dans ces grandes toiles un sol très propre et un mur délabré, sale d'où émerge une texture de briques. On se croirait dans un stationnement, une station de métro ou aux abords d'une piscine. Puis, notre regard bascule. Ce qui était le plancher d'une piscine devient le mur de celle-ci et l'élément brouillé devient l'eau qu'on regarde en contre-plongée.

Notre coup de coeur va cependant à Porte de garage, dont les multiples cou-ches de peinture révèlent plusieurs niveaux de lecture. Dans la saleté du premier plan, on a l'impression de regarder à travers une fenêtre éclaboussée de boue. Puis, dans les taches apparaissent les lignes d'une voiture qui nous ramènent derrière la porte. Ce va-et-vient de perspectives ne s'arrête jamais, puisque même le cadre, intégré à la toile, joue le jeu de la confusion en faisant dériver les coulisses de peinture sur son rebord. L'ensemble est subtil, rien de criard.

Et c'est bien à l'image de ce tournant qu'a pris celui qui utilisait, il n'y a pas si longtemps, des couleurs vives et des codes très connotés pour s'exprimer. Même si cette nouvelle direction amène Raymond plus près de l'art abstrait, il n'en demeure pas moins qu'on sent encore le figuratif comme une préoccupation. Il ne reste qu'à voir jusqu'où l'épuration et la recherche des textures amèneront cet artiste de la nouvelle vague de peintres figuratifs. À suivre...

Vu d'en face d'Ianick Raymond jusqu'au 18 avril à la galerie Lacerte, 1, côte Dinan.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer