L'été chez Lacerte

Jean-Robert Drouillard se distingue encore une fois grâce...

Agrandir

Jean-Robert Drouillard se distingue encore une fois grâce à l'impressionnante sculpture hybride Where Are You Alice?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

David Cantin
Le Soleil

(Québec) C'est devenu une véritable tradition chez Lacerte. Durant la période estivale, la galerie offre une vitrine aux oeuvres récentes de ses artistes un peu moins connus à Québec. Sous le thème de la nouvelle figuration, Figure de style regroupe ainsi le travail de Sylvie Bouchard, d'Alexis Lavoie, de Ianick Raymond, de Jean-Robert Drouillard, de Guy Laramée et d'Éveline Boulva.

Après avoir misé exclusivement sur des artistes de Québec l'été dernier, dans la mouvance des activités du 400e, quatre Montréalais et deux créateurs d'ici forment le collectif 2009. À la suite d'un formidable solo en mai à la Galerie Orange, Jean-Robert Drouillard se distingue, encore une fois, grâce à l'impressionnante sculpture hybride Where Are You Alice?, qui prend place au centre de l'exposition. L'artiste de Limoilou a connu un franc succès lors de son dernier passage à Montréal. Cet univers, à la fois réaliste et onirique, le place déjà parmi les figures montantes de l'art actuel à Québec.

Tout aussi évocateurs, les paysages sinueux d'Éveline Boulva sont des oeuvres très subtiles qui créent un territoire cartographique où le dessin au crayon guide notre regard sur la peinture. Dans un autre registre complètement, Guy Laramée rend hommage aux peintres paysagistes du XIXe siècle avec une rigueur exemplaire. Vers le volcan 5 demeure un des tableaux les plus poétiques de cette série. Une telle relecture contemporaine, du postmodernisme au romantisme, possède tout pour séduire, même qu'il est possible de voir quelques-uns de ses magnifiques livres sculptés (extraits du fascinant projet Biblios) en marge de l'exposition.

Nouvelle figuration

Davantage ludiques, les peintres montréalais Ianick Raymond et Alexis Lavoie proposent une recherche visuelle plus légère et ambiguë dans son ensemble. Face à face, les toiles de Raymond dégagent pourtant une impression beaucoup plus forte que celles de Lavoie. Le triptyque Terrain de jeu s'intègre mieux que ses oeuvres antérieures du collectif de l'hiver dernier chez Lacerte. Les références aux éléments domestiques et urbains impliquent une certaine distance, par rapport à l'idée qu'on peut se faire d'une «nouvelle figuration».

À l'entrée, Sylvie Bouchard semble être la véritable trouvaille à suivre chez Lacerte. On parle même d'une exposition solo à venir en 2010. Trois exemples dans sa pratique suffisent pour dire que celle qui possède déjà une impressionnante feuille de route tire plutôt bien son épingle du jeu. Chez Bouchard, on assiste à l'émergence d'une curieuse intuition où le rêve tout comme le souvenir font partie intégrante de cette Étape d'un labyrinthe imaginaire (2005). À suivre donc.

Figure de style. À la Galerie Lacerte, 1, côte Dinan, Québec. Jusqu'au 6 juillet.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer