Drew Barrymore: les joies de la maternité

Drew Barrymore... (La Presse Canadienne, Nathan Denette)

Agrandir

Drew Barrymore

La Presse Canadienne, Nathan Denette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josée Guimond

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) La maternité va bien à Drew Barrymore. Pourtant, selon ses dires, rien ne la prédisposait à devenir une mère «normale».

Enfant de la balle (son grand-père, John, et son père, John Drew, sont des légendes d'Hollywood) devenue célèbre à sept ans avec E.T. : l'extraterrestre, elle a eu une jeunesse tumultueuse: parents absents, graves problèmes de drogue (première cure de désintoxication à 13 ans), elle s'est même émancipée légalement de sa mère à 15 ans.

«J'ai eu une éducation très "non traditionnelle" et, quand j'y pense, je me dis: "Eh bien, je veux élever mes enfants de façon complètement opposée!"» a expliqué Barrymore au Today Show, la semaine passée. L'actrice de 39 ans a deux enfants avec son (troisième) mari, le consultant en art Will Kopelman: Olive, deux ans, et Frankie, six mois. «Je suis une mère très traditionnelle et organisée. Pourtant, je ne le suis pas dans la vie, je perds tout, je suis un vrai désastre. Mais avec mes filles, je ne suis pas comme ça parce que je crois que les enfants apprennent par l'exemple que tu leur donnes.»

Drew Barrymore prévoit mettre la pédale douce, côté carrière, et attend avec impatience ses 40 ans, en février. Vous avez dit «bien dans sa peau»?

***

Chad Kroeger: dans la machine à potins

On vous en parlait il y a quelque temps, paraît que le mariage d'Avril Lavigne et de Chad Kroeger serait déjà sur le respirateur artificiel, même s'il n'est vieux que de 15 mois. «Faux!» a clamé haut et fort le marié susmentionné à ET Canada, la semaine dernière.

«Au début, c'est drôle : tu es en file à l'épicerie et tu vois ta figure sur un magazine à potins. Pas les Kardashian, ni Brangelina, on parle de "Chavril". Tu te dis: "Est-ce que je pourrais acheter ça sans qu'on me voie?"» raconte en rigolant le chanteur de Nickelback. Ce qu'il trouve beaucoup moins drôle, c'est que ces ragots chagrinent ses proches. «Mon père m'a appelé récemment en me disant: "Je n'ai pas dormi depuis deux jours, que se passe-t-il?" Les membres de ma famille entendent ces conneries et m'appellent, inquiets. Et ça, je n'aime pas ça.»

Kroeger compare les potins sur les vedettes aux mémérages d'école secondaire. «C'est comme les jeunes qui se parlent dans le dos à l'école, mais multiplié par un million. C'est ridicule. Combien de fois Jennifer Aniston a-t-elle été enceinte cette année? Une douzaine? Tiens, lançons une nouvelle rumeur: je suis enceinte!» L'accouchement est prévu pour quand?

***

Sophia Loren: La vita e bella

L'expression «légende du cinéma» est souvent utilisée à tort et à travers, mais quand on parle de Sophia Loren, elle est de mise. La mythique beauté italienne de 80 ans vient de publier son autobiographie (Hier, aujourd'hui et demain : ma vie), dans laquelle elle parle entre autres de son nez et de Jayne Mansfield.

D'abord, au début de sa carrière, les «experts» de l'industrie avaient vivement conseillé à Loren de se faire refaire le nez. «Ils disaient que mon nez était trop long et que ma bouche était trop grande. Mais j'ai refusé la chirurgie. J'ai toujours essayé de ne pas écouter les autres», a-t-elle confié au Hollywood Reporter.

Au sujet de la mémorable photo de 1957 où elle semble regarder dédaigneusement dans le décolleté de Jayne Mansfield (vite sur Google), Sophia Loren a expliqué à Entertainment Weekly qu'il n'y avait aucun mépris de sa part. «Regardez l'image. Où sont mes yeux? Je fixe ses seins, car j'ai peur qu'ils atterrissent dans mon assiette. Sur mon visage, vous pouvez voir la peur. J'ai tellement peur que tout à l'intérieur de cette robe explose - boom! - et s'étale partout sur la table!»

Vrai que la regrettée Mme Mansfield avait le sein plus qu'honnête...

***

Priscilla Presley: Elvis forever

Londres accueillera dès le mois prochain une imposante exposition portant sur Elvis Presley, qui regroupera plus de 300 artéfacts (voitures, costumes, objets personnels, etc.) qui voyageront pour la première fois hors des murs de Graceland.

À l'occasion de cet événement, la grande manitou de l'affaire, Priscilla Presley, s'est confiée au Daily Mirror, se rappelant avec nostalgie sa première et décisive rencontre (elle est tombée amoureuse instantanément) avec le «King» en septembre 1959, en Allemagne (elle avait 14 ans, lui 24, et il faisait son service militaire).

«Je me souviens que lorsque j'ai posé les yeux sur lui, je l'ai trouvé tout de suite gentil et authentique. Il signait des autographes avec simplicité et gentillesse. Il n'a d'ailleurs jamais été prétentieux», se souvient celle qui a été mariée avec le chanteur de 1967 à 1973.

«Les gens connaissent sa musique, mais ne connaissent peut-être pas le vrai Elvis, et je veux que le monde entier sache qu'il était un homme simple et loyal, qui adorait ses fans, et qui se considérait comme chanceux de les avoir. Ce n'est pas tous les musiciens et les célébrités qui sont comme ça aujourd'hui. Ils n'apprécient pas tous leurs fans.» Des noms?

Sources: wikipedia.org, people.com, accesshollywood.com, imdb.com, twitter.com, hollywoodreporter.com, usmagazine.com, theguardian.com, ew.com, mirror.co.uk

En vitesse

› Malgré la nouvelle virale (la deuxième cette année) annonçant sa mort samedi dernier, Macaulay Culkin, 34 ans, est toujours vivant.

› Hayden Christensen (Star Wars épisodes II et III) et Rachel Bilson (How I Met Your Mother) ont accueilli leur premier enfant, Briar Rose, le 29 octobre.

› Le Today Show (NBC) a offert à Pippa Middleton un poste de «correspondante» à Londres. Elle devrait avoir les meilleurs potins sur Bébé Royal no 2.

› Miley Cyrus fréquenterait Patrick Schwarzenegger, le fils de l'autre.

› Blake Lively et Ryan Reynolds ont choisi de ne pas connaître le sexe de leur enfant avant la naissance. Il y a sûrement un magazine à potins qui prétendra le savoir avant eux.

› L'appartement de la défunte Lauren Bacall, situé dans le Dakota Building à Manhattan (là même où John Lennon a été assassiné), sera mis en vente au prix de 26 millions $. Bacall l'avait payé 48 000 $ en 1961.

Billy Idol en spectacle à l'Agora du Vieux-Port... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche) - image 3.0

Agrandir

Billy Idol en spectacle à l'Agora du Vieux-Port de Québec en 2005

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Dans le rétroviseur

Il y a toutes sortes de bonnes raisons pour cesser de consommer de la drogue. Pour Billy Idol, notre punk-rockeur-à-la-gueule-croche préféré des années 80, cette raison relève davantage de l'esthétique que de la bonne santé.

Idol, 59 ans à la fin du mois, a confié au magazine britannique Q qu'il avait arrêté le crack (qu'il a consommé jusqu'en 2003) par vanité, dans le but de conserver son physique de poster boy. «Je me suis bien amusé, mais continuer n'aurait pas été raisonnable. Vous n'auriez pas souhaité me voir dans cet état. On finit par perdre ses dents et tout...»

L'interprète de Rebel Yell est d'ailleurs de retour dans l'actualité artistique, faisant paraître presque simultanément son autobiographie (Dancing With Myself, du titre d'un de ses grands succès) et un nouvel album (Kings & Queens of the Underground).

Monsieur Billy, de son vrai nom William Michael Albert Broad, a également révélé au New York Post vouloir reformer le groupe avec lequel il s'est d'abord fait connaître, Generation X (dissous en 1981, réuni une seule fois à Londres en 1993), histoire de réaliser son rêve de donner un concert à New York avec ses vieux chums. À suivre.

En chiffres: 1000

Dans les années 80 et 90, Simply Red a été très populaire, permettant au chanteur du groupe, Mick Hucknall, de... coucher avec au moins 1000 femmes en 25 ans, a-t-il révélé au Telegraph.

«C'était comme être un enfant dans un magasin de bonbons. Les filles te pourchassent tout le temps. Quand tu as 24 ans, tu veux en profiter au maximum», a avoué le rouquin de 54 ans. Vous vous dites que 1000 en 25 ans, c'est seulement 40 par année.

Sauf que Hucknall a déjà confié au Guardian qu'entre 1985 et 1987, son «rythme» était de trois filles par jour... tous les jours. Bon en chanson, moyen en math, le monsieur.

Stephen King... (Image tirée du site de Rolling Stone) - image 5.0

Agrandir

Stephen King

Image tirée du site de Rolling Stone

Sur le Web

Rencontre avec le Maître

À l'occasion de la sortie de son 63e roman (Revival), Stephen King s'est confié longuement (et honnêtement) à Rolling Stone. Le magazine en a profité pour demander à ses lecteurs de choisir leur livre préféré du Maître de l'horreur.

goo.gl/S5GiLQ et goo.gl/19jkpO

Gazouillis de stars

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer