Les coups de coeur de Mylène Moisan

Cuba, l'histoire secrète (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

J'aime

Arts

J'aime

Les coups de coeur culturels de nos équipes »

(Québec) Cuba, l'histoire secrète

Série de huit épisodes disponible sur Netflix, Cuba, l'histoire secrète relève l'ambitieux - et délicat - défi de raconter l'histoire de ce pays sans tomber dans la propagande ni les préjugés. À travers une cinquantaine de personnes interrogées, des archives inédites, les auteurs de la série remontent aux premiers explorateurs, à la conquête espagnole, ils expliquent le contexte qui a mené à la révolution de 1959, qui a bien failli avorter. Fidel Castro y est présenté sans fard, d'abord comme un avocat qui avait la réputation de rater tout ce qu'il entreprenait, jusqu'à l'habile communicateur qui a conduit ses troupes à renverser le régime de Batista. À voir.

***

Lâcher prise

Sophie Cadieux dans Lâcher prise... (Photothèque Le soleil) - image 3.0

Agrandir

Sophie Cadieux dans Lâcher prise

Photothèque Le soleil

La prémisse de cette série de Radio-Canada ne me disait rien, une mère débordée qui pète les plombs, j'avais l'impression d'avoir vu ça mille fois. Intriguée par les bons mots du collègue Richard Therrien, je me suis laissée tenter par le premier épisode... et je n'ai plus jamais décroché. Depuis, je suis semaine après semaine les péripéties de Valérie, magnifiquement jouée par Sophie Cadieux, de sa mère qui l'aime à sa manière, de son ex qui l'a laissé pour «un» autre. Sujet sérieux, ton doux-amer, humour bien dosé, voilà une recette efficace, à l'image du talent de l'auteure Isabelle Langlois, que j'ai découvert ici. Lâcher prise achève, je pourrai me consoler en rattrapant ses séries précédentes, Rumeurs et Mauvais Karma.

***

La femme qui fuit

OK, j'arrive en ville. Il m'a fallu tout ce temps pour lire La femme qui fuit d'Anaïs ­Barbeau-Lavalette. Peut-être un peu parce que j'avais peur d'être déçue, comme pour un film dont on ne dit que du bien. Je voyais bien le bouquin caracoler dans les palmarès, accumuler les prix, me disant que je ne pourrais pas résister indéfiniment. J'ai acheté le bouquin au Salon du livre de l'Outaouais, l'ai lu d'une traite sur le chemin du retour en train. Je suis tout de suite tombée en amour avec la plume d'Anaïs et avec cette femme qu'elle dépeint, sa grand-mère Suzanne Barbeau, dont la vie raconte un Québec qu'on connaît trop peu. L'auteur nage en plein tabou, celui d'une femme qui ne sait pas être mère, la véracité de l'histoire lui donnant plus de poids encore. Un seul regret, avoir attendu aussi longtemps.

***

Marée montante

Ce texte publié aux Éditions Alto, couché dans un livre d'à peine 72 pages, est l'oeuvre de Charles Quimper, frère d'une très bonne amie à moi, je ne vous en parlerais pas si je n'avais pas aimé. J'ai adoré. Je me suis laissée emporter par ce monologue d'un père à sa fille, noyée, qu'il cherche partout, dans l'eau du robinet, sous le plancher de sa maison devenue un bateau à la dérive. Il faut lire d'un seul trait, sans émerger, pour faire corps avec cet homme perdu, à la fois mort et vivant. Il faut laisser perler les mots de l'auteur, qui navigue habilement entre les métaphores et les dialogues imaginés, sans jamais sombrer complètement dans le mélodrame. Pari difficile, et tenu, d'avoir abordé un sujet lourd, avec, toujours, une touche de tendresse.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer