Jonathan Roy dans la cour des grands

Jonathan Roy vient de signer une entente avec... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Jonathan Roy vient de signer une entente avec Atlantic Records, la compagnie de disques d'Ed Sheeran, de Bruno Mars, de Coldplay et de David Guetta.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) En janvier dernier, Jonathan Roy proposait son album Mr Optimist Blues comme un nouveau départ dans sa carrière musicale. Six mois plus tard, le chanteur flotte sur un nuage. Après un début d'année chargé et plusieurs festivals au cours de l'été, il partira officiellement en tournée à l'automne.

Jonathan Roy a tout misé sur son plus récent album et ses efforts semblent être récompensés par son succès grandissant. Celui qui montera sur la scène des plaines d'Abraham dimanche vient tout juste de signer avec Atlantic Records, la même compagnie de disques qu'Ed Sheeran, Bruno Mars, Coldplay et David Guetta. Jusqu'à maintenant, il qualifie son année «d'intense et de trippante».

«Ça m'a permis de vraiment montrer un autre côté de moi. J'ai beaucoup travaillé ma voix et ma musique. J'avais besoin d'encadrement. D'avoir un mentor comme Corey Hart, ça m'a fait du bien», estime-t-il.

La semaine dernière, il tournait un vidéoclip en Ontario pour son prochain extrait Freeze Time, qui paraîtra d'ailleurs aux États-Unis. Pour l'occasion, le chanteur de 28 ans propose une collaboration avec Deepend, le duo de DJ qui avait revisité Catch and Release de Matt Simons. Une chance en or, selon Jonathan Roy, étant donné le bassin impressionnant d'admirateurs de ce groupe.

Si plus d'une cinquantaine de chansons avaient été écrites en vue de la production de son album, le chanteur et son équipe en ont retenu neuf qui concordaient avec l'orientation de Mr Optimist Blues.

«Jonathan Roy, c'est du pop, du folk et du reggae dans une enveloppe blues. C'est ma voix qui tient l'album ensemble», explique Jonathan Roy.

Pour sa soeur

La pièce Fly, qu'il a écrite pour sa petite soeur, revêt une signification particulière pour lui.

«Ma soeur a eu une jeunesse difficile. Quand mes parents ont divorcé, c'est elle qui a pris soin de ma mère. Dans Fly, je lui demande de me pardonner en lui disant que j'aurais dû rester à ses côtés. Je suis tellement fier d'elle, c'est une femme extraordinaire. C'est encore plus spécial quand je la joue en spectacle depuis que je sais qu'elle est enceinte», confie celui qui est aussi très fier de la chanson Good Things et de son vidéoclip, lesquels lui ont permis de montrer une facette de sa personnalité plus sérieuse et plus émotive.

Dimanche, il sera au Festival d'été de Québec, où il réchauffera la foule pour Nick Jonas et les Backstreet Boys. «C'est vraiment spécial d'ouvrir pour les Backstreet Boys, ce sont des idoles de jeunesse. Je me rappelle danser sur leurs chansons avec ma soeur et mon frère dans les fêtes de Noël», raconte-t-il, aussi très heureux de jouer dans sa région natale.

Avec le vent dans les voiles, celui qui habite Toronto depuis deux ans vise présentement le marché canadien. «Je veux vraiment m'y faire un nom et me faire découvrir», lance-t-il avec assurance.

Vous voulez y aller?

  • Qui: Jonathan Roy
  • Quand: dimanche, 18h50
  • Où: plaines d'Abraham
  • Accès: laissez-passer
  • Infos: www.infofestival.com




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer