«À chacune des tournées, j'ai pensé à quitter»

Le bassiste Flea lors de la performance de... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le bassiste Flea lors de la performance de Red Hot Chili Peppers au Festival d'été.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Festival d'été

Arts

Festival d'été

Qu'il s'agisse de la programmation, des artistes qui viendront et des performances qu'ils offriront, vivez le Festival d'été de Québec au jour le jour avec l'équipe du Soleil. Ce rendez-vous culminera du 7 et 17 juillet 2016. »

(Québec) Au terme de chaque tournée qu'il a faite, Flea a songé à quitter Red Hot Chili Peppers. Or aujourd'hui, alors que le récent album The Getaway a droit à un bel accueil du public et de la critique, il ne regrette pas d'être resté à bord.

«À chacune des tournées qu'on a faites, j'ai pensé à quitter le groupe. J'y ai toujours pensé! C'est difficile, ça fait longtemps que je fais ça et des fois je me dis que je devrais faire des bandes sonores pour les films, réaliser des albums ou faire autre chose, mais [...] j'aime être dans le groupe, j'adore la musique qu'on fait, je crois qu'on est un groupe qui se distingue. C'est comme un homme marié: vous pensez toujours à partir avec une autre pour voir ce que ce serait!»

Rencontré en coulisses, quelques heures avant qu'il ne monte sur les planches pour le concert des Red Hot Chili Peppers sur les plaines d'Abraham, Flea n'avait rien d'une mouche qui ne tient pas en place. Dégustant un thé matcha, rehaussé d'huile de noix de coco, il affichait un calme olympien. Avant de prendre place, il est passé devant une modeste salle de répétition, où les instruments du groupe étaient installés. C'est à un endroit comme celui-là que, pendant une heure, il s'échauffe avant chaque représentation. Puis, avec ses complices il se remet en tête certaines chansons que la formation n'a pas jouées depuis un certain temps et qu'ils veulent interpréter. Si Flea ne ressent pas de pression particulière pour les plus gros concerts, c'est que, tel un scout, il est toujours prêt.

«Toute ma vie est orientée en fonction de ce moment. Ce n'est pas comme si je me préparais pour une soirée précise comme celle de Québec. Tout ce que je fais dans ma vie, la façon dont je mange, la façon dont je vis, c'est ce que je fais. On est un groupe qui est ensemble depuis longtemps, c'est la mission de notre vie.»

«Qu'ils aillent se faire foutre!»

Monter sur les planches quand vous êtes les Red Hot Chili Peppers, ça veut dire, après

33 années d'activité, traîner un important bagage de succès. Une portion des fans les attendent, l'autre portion aime être surprise. Entre les deux, les Californiens veulent poursuivre leur évolution. Ceci peut parfois faire des mécontents, comme au lendemain du concert à T In The Park, en Écosse, où certains ont décrié que la formation n'ait pas fait Californication.

«Qu'ils aillent se faire foutre! J'adore les fans, mais quand je monte sur scène, je joue avec tout mon coeur. On a joué plein de succès, mais on ne peut pas tous les faire chaque soir, on s'ennuierait à mort. On est un groupe audacieux, on aime faire des changements, improviser, jouer différentes chansons.»

La basse a beau être un instrument de soutien, Flea fait partie de ceux qui l'ont amenée à l'avant-plan avec des lignes et des sons instantanément reconnaissables. Pour celui qui est un artiste dans l'âme et qui aime les coiffures autant que les costumes colorés, ce qui prime est d'abord la musique. Pas étonnant qu'il soit même retourné sur les bancs d'école pour apprendre la théorie et avoir une meilleure vue d'ensemble de ce qu'il compose. Or, plus que tout, il tient à être authentique. C'est ainsi que sa formation et lui se distinguent et c'est de cette manière qu'ils comptent continuer de le faire. 

«J'ai mon propre son. Et je pense que c'est comme ça que j'ai pu parler aux gens durant un certain temps : en étant moi-même. Sans ignorer tout le bon matériel dans l'histoire de la musique, il faut jouer en étant nous-mêmes, car tout le monde est unique et si chaque personne est prête à être elle-même et à ignorer les tendances, alors ça sonnera unique.»

Un cadeau pour Flea

Au terme de chaque tournée qu'il a... (Collaboration spéciale Nicolas Houle) - image 3.0

Agrandir

Collaboration spéciale Nicolas Houle

Le Festival d'été a procédé à la remise d'un cadeau au bassiste Flea, des Red Hot Chili Peppers, peu avant le concert. L'organisation avait demandé au luthier Pierre-Luc Asselin de confectionner une basse et à l'artiste Fred Jourdain de l'illustrer.

Le directeur de la programmation, Louis Bellavance, avait contacté l'entourage du groupe, il y a quelques mois, pour sonder leur intérêt et Flea avait accepté.

Sur la photo, on peut voir Flea qui essaie l'instrument, tandis que Asselin (gauche) et le batteur Chad Smith (à droite, avec son chandail de Bruins) le regardent à l'oeuvre.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer