Rammstein, recréer la magie

Le chanteur Till Lindemann et son groupe, Rammstein... (Photo Guido Karp)

Agrandir

Le chanteur Till Lindemann et son groupe, Rammstein

Photo Guido Karp

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Festival d'été

Arts

Festival d'été

Qu'il s'agisse de la programmation, des artistes qui viendront et des performances qu'ils offriront, vivez le Festival d'été de Québec au jour le jour avec l'équipe du Soleil. Ce rendez-vous culminera du 7 et 17 juillet 2016. »

(Québec) Quand on évoque le passage de Rammstein sur les plaines d'Abraham en 2010, les images qui surgissent dans la tête du guitariste Richard Z. Kruspe sont celles d'un océan de festivaliers: «Beaucoup de monde! Ha! Ha! Ha! Il y avait beaucoup de monde!» s'esclaffe-t-il. Le grand défi du groupe est maintenant de recréer la magie, six ans après avoir placé la barre très haute avec un concert qui avait comblé les yeux et les oreilles.

Des chiffres ont circulé à l'époque, jamais confirmés officiellement, mais jamais niés non plus par le Festival d'été de Québec: 75 990 personnes s'étaient déplacées pour voir le phénomène Rammstein. Ce qui avait été admis, en revanche, c'est que cette année-là, les Allemands étaient ceux qui avaient attiré le plus de gens sur les Plaines, dépassant de quelque 10 000 entrées payantes Iron Maiden ou The Black Eyed Peas.

Cette performance haute en couleur a marqué le renouveau de la relation entre Rammstein et ses fans nord-américains. «On a commencé par Québec et ç'a été un tel succès qu'on s'est dit que le temps était venu de revenir en Amérique du Nord en faisant notre propre spectacle à grand déploiement, sans faire de concession comme nous avions pu le faire dans le passé, indique Richard Z. Kruspe. Auparavant, quand on venait en Amérique du Nord, on écourtait toujours nos shows, on les optimisait pour de plus petites scènes et Québec a été le début de ce retour où l'on s'est dit "on ne veut plus faire de compromis".»

Comme une relation sexuelle

Mais est-ce que la magie peut opérer de façon aussi efficace lors d'un deuxième rendez-vous? Plusieurs se rappellent, par exemple, que la seconde visite de Paul McCartney sur le vaste site n'était pas aussi magnétique que la première. Kruspe admet qu'il n'y a aucune garantie en ce sens.

«C'est comme chaque fois que vous avez des relations sexuelles: vous voulez créer la magie! Mais parfois, ça n'arrive pas. [...] On veut donner notre 110 %, mais malgré cela, il y a tellement d'éléments qui peuvent survenir entre nous et le public - car il ne faut pas oublier qu'ultimement, c'est un dialogue entre l'artiste et la foule. L'énergie va de l'un à l'autre, en particulier avec Rammstein, qui a des effets visuels aussi poussés. Avec un peu de chance, on passera du bon temps et on créera la magie!»

Quand Kruspe (guitare), Till Lindemann (voix), Paul H. Landers (guitare rythmique), Oliver «Ollie» Riedel (basse), Christian «Flake» Lorenz (claviers) et Christoph «Doom» Schneider (batterie) ont pris la décision de partir sur la route pour la saison des festivals, ils ont, à leur habitude, fait les choses en grand. Nouveaux costumes, nouveaux éclairages et imposant dispositif pyrotechnique sont en vue. Fait intéressant, c'est avec une chanson inédite, Ramm 4, que le groupe ouvrira le bal. Au total, seulement 25 représentations font partie de cette mini-tournée et dans le lot, seulement deux ont été prévues en Amérique du Nord. Rammstein continue donc de doser avec soin ses apparitions pour créer l'événement (voir texte plus bas).

Garder la forme

Cette série de concerts est la première depuis 2013. Les musiciens se sont réunis à l'automne, d'abord avec l'idée d'embarquer dans le processus d'enregistrement d'un album. Finalement, le désir de retourner sur la route s'est fait sentir et les fans devront donc patienter davantage pour entendre de nouvelles compositions. Néanmoins, ce sont à des musiciens en forme auxquels on aura droit. La troupe est en effet demeurée active ces dernières années: le chanteur Till Lindemann a fait paraître un album en anglais, Skills in Pills, avec Peter Tägtgren, tandis que Kruspe a continué son boulot au sein de la formation Emigrate.

«Je crois fermement que tout le monde doit créer son propre univers et expérimenter autant de directions musicales que possible, car au final, ça garde la paix dans le groupe, certains éléments sortent de ça, juge le guitariste. Pour ma part, je dois pouvoir avoir un canal musical pour ne pas tomber sur les nerfs des autres. J'ai appris il y a plusieurs années que faire paraître trop de matériel, ce n'est pas bon pour le groupe, alors je dois utiliser ma propre porte de sortie créative.»

***

Vous voulez y aller?

  • Qui: Rammstein
  • Quand: dimanche à 21h
  • Où: plaines d'Abraham
  • Accès: laissez-passer
  • Info: infofestival.com

Richard Z. Kruspe souligne que l'un des problèmes... (Photo P. R. Brown) - image 2.0

Agrandir

Richard Z. Kruspe souligne que l'un des problèmes avec la musique, actuellement, c'est qu'elle est trop bon marché.

Photo P. R. Brown

Entretenir le culte

Les fans de Rammstein entretiennent une relation très étroite avec leur groupe fétiche. Non seulement sont-ils fidèles à chacun des rendez-vous scéniques et n'hésitent-ils pas à faire des centaines, voire des milliers de kilomètres pour le suivre sur la route, mais plusieurs sont aussi des collectionneurs des diverses parutions discographiques. Une fidélité qui frôle le culte et que le sextuor sait entretenir.

Lorsque nous lui parlons de cette relation unique, le guitariste Richard Z. Kruspe n'a pas de mal à l'expliquer. «Nous vivons dans un monde où il y a trop de tout,estime-t-il. Nous croyons qu'il ne faut pas en faire trop, qu'il ne faut pas donner des centaines concerts chaque année, de manière à créer une certaine demande.»

Kruspe souligne que l'un des problèmes avec la musique, actuellement, est qu'elle est trop bon marché et que ceci contribue à la rendre moins attrayante. Il rappelle qu'il y a 20 ou 30 ans, les amateurs épargnaient pour se procurer un seul album, qu'ils souhaitaient ardemment posséder. Aujourd'hui, pour le même prix, vous avez accès à une multitude d'enregistrements, ce qui lui fait dire que, dans un sens, la musique est trop abordable. Il souligne par ailleurs que, comme l'offre est si grande, l'attention du public est scindée entre maintes formations. Du coup, rares sont les groupes qui ont accès à l'Olympe du rock, réservé surtout à une élite vieillissante - «ce sont des mathématiques», constate-t-il.

La grande chance de Rammstein? D'avoir misé sur ce qui est devenu aujourd'hui l'élément crucial dans le milieu de la musique: les concerts.

«Lorsque nous avons commencé, on n'a pas passé à la télé ou à la radio. Nous avions nos spectacles et nous avons beaucoup investi pour que les gens nous voient et qu'ils aient une expérience unique avec nous. On ne savait pas que ça changerait et que la scène deviendrait si importante, comme c'est le cas aujourd'hui. On a fait les bons investissements au bon moment et maintenant, ça rapporte des dividendes.»

«You don't fuck with Rammstein»

Rammstein a été au coeur de diverses controverses. L'une d'entre elles a refait surface récemment en raison de la lenteur des procédures bureaucratiques: le groupe poursuit la République fédérale allemande pour 66 000 euros en dommages et intérêts.

C'est qu'en 2009, le gouvernement avait décidé d'intervenir lors de la sortie de l'album Liebe ist für alle da et d'en censurer des éléments qui auraient notamment incité les mineurs à des rapports sexuels non protégés - l'album ne pouvait être vendu qu'aux adultes.

80 000 copies physiques auraient été retirées des magasins pour faire place à une version expurgée de la chanson Ich tu dir weh et de photos litigieuses. «Vous faites des trucs parce que vous croyez en ces choses, commente Richard Z. Kruspe. À l'époque, nous ne croyions pas que ç'aurait dû être censuré. [...] Cette poursuite, ce n'est pas une question d'argent, c'est en quelque sorte pour dire "You don't fuck with Rammstein!"»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer