Le nouveau parc de la Francophonie déjà trop petit pour Lapointe

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Festival d'été

Arts

Festival d'été

Qu'il s'agisse de la programmation, des artistes qui viendront et des performances qu'ils offriront, vivez le Festival d'été de Québec au jour le jour avec l'équipe du Soleil. Ce rendez-vous culminera du 7 et 17 juillet 2016. »

<p>Ian Bussières</p>

(Québec) CRITIQUE / On se serait presque cru à la défunte ExpoQuébec, où il avait l'habitude de régner sans partage chaque année. Éric Lapointe a en effet eu droit à un parterre rempli pour son retour au Festival d'été de Québec lundi soir.

Un peu avant 21h, le parc de la Francophonie, même dans sa nouvelle configuration qui peut accueillir plus de festivaliers, affichait déjà complet et les retardataires se faisaient refouler à l'entrée. Et ceux qui avaient leur place criaient déjà «Éric! Éric!».

Vêtu d'un veston qu'il a plus tard troqué pour sa veste de cuir sans manches, Lapointe a été généreux envers ce public conquis d'avance et qui connaissait ses chansons par coeur. Il s'est présenté sur scène avec une choriste et onze musiciens, dont un quatuor à cordes, un saxophoniste et un trompettiste, et a interprété presque une trentaine de pièces de son répertoire.

Pensez à une pièce de Lapointe, il l'a faite : Coupable, Loadé comme un gun, Terre promise, Les Boys, Mon Ange, Marie Stone, Tendre Fesse et son philosophique refrain «Vive le cul!»... Il a également mis sa choriste, l'ancienne de La voix Rosa Laricchiuta, à contribution, lui faisant interpréter J'ai vu du duo français Niagara et partageant le micro avec elle pour Ce soir on danse à Naziland.

«Québec, est-ce que j'vous ai déjà dit que j'vous aimais à mort 'st...» a-t-il lancé juste après Bobépine et avant Un beau grand slow, lors de laquelle il est descendu dans la foule saluer son public et faire cul sec avec un petit verre qu'un de ses fans lui a offert. 

Oubliez l'utopie d'un Lapointe sobre : il carbure encore à l'alcool et à la «boucane», grillant cigarette par-dessus cigarette et se rafraîchissant régulièrement avec quelques gorgées de houblon sur scène.

Outre Rosa Laricchiuta, Lapointe a aussi «repêché» un autre de ses anciens protégés de La voix, soit Travis Cormier avec qui il a interprété Wanted Dead or Alive de Bon Jovi pour ensuite lui laisser le micro pour Acadie Los Angeles.

Malgré la quantité de succès interprétés, Lapointe avait tout de même réussi à garder La Bartendresse, N'importe quoi et Jusqu'au bout au fond de sa poche pour les deux rappels tout en ballades qu'il a offerts afin de clore cette prestation de plus de deux heures qui a laissé ses milliers de fans ravis.

Les Respectables

Tout juste avant Lapointe, l'heure était à la nostalgie pour Les Respectables qui célébraient leurs 25 ans dans leur ville natale. Après deux titres tirés de leur dernier album, la bande de Sébastien Plante a enchaîné avec ses classiques, qui y sont tous passés, d'Amalgame à l'incontournable Homme 7Up.

Rappelant leurs débuts au D'Auteuil et au Kashmir, ils ont dépoussiéré l'une de leurs premières pièces, On the Road, interprétée avec un troisième guitariste, Xavier Beaudin. Ce dernier est le fils du batteur Stéphane Beaudin, qui a vu le jour... en 1991, soit en même temps que le groupe.

Ceux qui auraient le goût de voir les Respects mais ont raté le spectacle de lundi pourront se reprendre puisque le groupe a annoncé qu'une tournée québécoise suivrait sous peu pour continuer de célébrer son quart de siècle.

Valérie Lahaie

Pour lancer la soirée, Valérie Lahaie, finaliste lors de la deuxième saison de l'émission La voix, y est allée d'une courte prestation. Cinq chansons et «Goodbye Charlie!». Vêtue d'un short de jeans court et très en voix, elle s'est installée aux claviers et a enchaîné Vertige et Marjolaine, des pièces rythmées qui collaient bien à sa personnalité et qui ont touché la cible.

Malheureusement, on ne peut en dire autant de Prends-moi et J'existe, composées avec Lapointe, son parrain à La voix. Après avoir trouvé sa voix, pas sûr que la jeune femme de Lacolle trouve sa voie dans ce genre de ballades plutôt déprimantes où on parle de verres de bière vides et de cendriers pleins qui sont la marque de commerce de Lapointe.

Live Blog Le Festival d'été en direct
Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer