Trois filles dans le vent

Laurence Nerbonne, Safia Nolin et Rosie Valland... (Le Soleil, Geneviève Bouchard)

Agrandir

Laurence Nerbonne, Safia Nolin et Rosie Valland

Le Soleil, Geneviève Bouchard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Festival d'été

Arts

Festival d'été

Qu'il s'agisse de la programmation, des artistes qui viendront et des performances qu'ils offriront, vivez le Festival d'été de Québec au jour le jour avec l'équipe du Soleil. Ce rendez-vous culminera du 7 et 17 juillet 2016. »

(Québec) Avec un premier album solo en poche, les auteures-compositrices-interprètes Safia Nolin, Laurence Nerbonne et Rosie Valland ont fait un bon bout de chemin dans la dernière année, réussissant chacune à sa manière à imposer sa voix et sa plume.

Alors qu'elles doivent se produire dans les prochains jours au Festival d'été, Le Soleil a profité de leur présence au Festival de la chanson de Tadoussac pour les réunir autour de questions relatives à leur métier. Discussion à bâtons rompus sur l'industrie musicale, le féminisme... et Justin Bieber!

Q Quel a été votre moment marquant des derniers mois?

Laurence Nerbonne: Même si c'est la chose simple à dire, je pense que c'était de sortir mon album. Ç'a été un moment fort de ma carrière de le produire moi-même, de A à Z.

Rosie Valland: (À Laurence) Est-ce que ça faisait longtemps que tu pensais à ton projet solo?

Laurence Nerbonne: Non. Ce n'est pas moi qui ai mis fin au band. C'est vraiment bizarre quand d'un jour à l'autre, tout ce que tu construis s'arrête. Mais ça m'a quand même donné de la force. Je me suis dit qu'il n'y a rien de pire qui pouvait arriver. Donc, j'ai décidé de faire la musique que je n'osais pas faire, soit du gros pop.

Safia Nolin: D'aller en Europe, ç'a été malade pour moi. De réussir à prendre l'avion avec mon anxiété... Je ne l'aurais pas fait si ça n'avait pas été pour faire de la musique. Je ne pensais jamais être capable de partir trois semaines sur un autre continent. Je suis vraiment fière. Le monde le fait tout le temps et c'est fucking nice, mais moi, j'aurais aimé mieux me battre avec un lion à Boucherville que de prendre l'avion.

Rosie Valland: Pour moi, ç'a été la semaine en studio pour faire mon EP. Ça reste à ce jour la plus belle semaine de ma vie. C'est arrivé vite après l'album, il y avait cette idée-là de faire ce qu'il ne fallait pas. C'était un cadeau de me payer une semaine en studio. Je réponds beaucoup en studio, c'est la place où je suis le mieux.

Q L'industrie de la musique demeure-t-elle un univers plus masculin d'après vous?

Safia Nolin: Oui et je trouve ça fâchant, des fois.

Rosie Valland: Quand je joue avec Jesse [Mac Cormack], je ne compte pas le nombre de fois où les gens viennent me voir après et ils me disent que je chante bien... Et ils vont voir Jesse pour lui dire que c'est vraiment bon. Heille, ce sont mes tounes!

Safia Nolin: Juste le terme «la chanteuse», je ne suis plus capable. C'est vraiment gossant parce que ce n'est pas juste ça qu'on fait.

Laurence Nerbonne: Je pense que le problème, ce n'est pas les gars dans l'industrie. Le problème, c'est les filles. On dirait qu'on se sent imposteur parce qu'on a été élevée comme ça. Ça fait partie de notre culture. On se dit que ce n'est peut-être pas assez bon et qu'il faudrait montrer nos affaires à un gars qui va mettre son stamp dessus. Des réalisatrices, il n'y en a pas. Moi, c'est ce que j'aimerais faire éventuellement.

Rosie Valland: Le changement va se faire par rapport à notre perception de nous-mêmes. Je crois que dans le féminisme d'aujourd'hui, c'est nous qui devons régler des trucs, des patterns...

Laurence Nerbonne: C'est un combat qui est tout le temps là. Ça va vraiment être long avant que ça change. Si un gars et une fille partent de la même place et font carrière au Québec, je suis convaincue que le gars va arriver avant la fille. Je pense qu'on aime qu'un gars ait des qualités de leader. Une fille qui a ces qualités, on la trouve facilement bitch ou folle, on trouve qu'elle se pense cool. C'est là qu'on referme un peu notre coquille...

Q Qu'est-ce qu'il faut pour se démarquer en musique en 2016?

Safia Nolin: Il n'y a pas de chemin. Il faut faire ce dont tu as envie et que tu l'assumes. Je pense que c'est ce qui fait la seule différence. Des fois, j'écoute de la musique qui est tellement cheesy! Mais je me dis que ce n'est pas vraiment cheesy parce que c'est assumé.

Rosie Valland: J'ai l'impression que la pop, en ce moment, elle est accueillie. Il y a une ouverture que moi-même j'ai eue. J'ai découvert Justin Bieber cette année et c'est selon moi un des meilleurs CD qui s'est fait...

Laurence Nerbonne: Je pense que la marge est comme entrée dans la pop et que la marge existe moins. Et les gens disent moins : j'écoute juste tel ou tel style de musique. Tu peux écouter Justin Bieber et après tu écoutes complètement autre chose.

Safia Nolin: On est capable de dire que c'est de la qualité. L'album de Justin Bieber est bien fait. Il est bien écrit, il est fucking bon. C'est bien parce qu'on est au moment où tout le monde lâche sa résistance. Ça ne dit plus : «Eurk, de la pop!»

Q Comment la musique se porte-t-elle au Québec?

Laurence Nerbonne: On entend souvent que la musique ne va pas bien, mais je pense que c'est le contraire. Ça va bien parce que les gens sont vraiment ouverts.

Rosie Valland: Je vois encore un décalage entre les diffuseurs et le public. Le public est magnifique. Les gens ont une super écoute. Mais les radios, je ne comprends pas... J'ai fait une version radio de ma chanson St-Denis. Les radios n'embarquent pas, et je me dis que sérieusement, c'est juste parce que ça ne leur tente pas. Ça me gosse parce que je sens que le public est plus prêt qu'on aime laisser croire.

Safia Nolin: C'est comme s'il y avait deux personnes qui choisissaient pour tout le Québec

C'est ridicule. C'est deux dudes à Montréal qui vont dire oui ou non à ta chanson.

Laurence Nerbonne: Moi, je l'avais, le choix d'y aller. La question demeure : est-ce que je vais être heureuse là-dedans? Je veux faire de la pop, je veux que ce soit grand public. Mais je ne veux pas faire de la merde. Moi, je passe à la radio, mais mon public n'achète pas d'albums. Il va sur Spotify. Je le demande quand quelqu'un me dit qu'il aime mon album : est-ce que tu l'as acheté? Ben non! Mais ce n'est pas important pour moi. Moi, je fais de la pop et la pop, ça se passe maintenant et ça se démode.

Rosie Valland: Le streaming, je trouve que c'est vraiment la meilleure technologie qui existe...

Safia Nolin: Moi aussi! C'est juste les redevances... On se fait tellement fourrer, ça n'a aucun sens! Le produit ne leur coûte rien, et ils font plein de cash avec.

Laurence Nerbonne a produit elle-même son album solo,... (Fournie par le Festival d'été) - image 2.0

Agrandir

Laurence Nerbonne a produit elle-même son album solo, XO.

Fournie par le Festival d'été

Fiches d'identité

Laurence Nerbonne

Après la dissolution de la formation Hôtel Morphée, avec qui elle a produit deux albums, celle qui donne aussi dans les arts visuels a troqué le rock pour la pop urbaine en lançant en mars l'album XO.

Sur scène au FEQ: 7 juillet, 19h, au parc de la Francophonie (laissez-passer du FEQ obligatoire)

Safia Nolin vient de remporter le prix Félix-Leclerc... (Fournie par le Festival d'été) - image 3.0

Agrandir

Safia Nolin vient de remporter le prix Félix-Leclerc de la chanson.

Fournie par le Festival d'été

Safia Nolin 

Dans une veine folk à fleur de peau, elle a lancé à l'automne 2015 un premier album, Limoilou, qui s'est taillé une place sur la longue liste de finalistes pour le prestigieux prix Polaris. Elle vient de remporter le prix Félix-Leclerc de la chanson.

Sur scène au FEQ: 9 juillet, 19h45, à l'Impérial (laissez-passer du FEQ obligatoire) et 10 juillet à 18h30 à la place de l'Assemblée-Nationale (accès gratuit)

Rosie Valland a poussé un peu plus loin... (Fournie par le Festival d'été) - image 4.0

Agrandir

Rosie Valland a poussé un peu plus loin sa folk rock introspective avec Nord-Est.

Fournie par le Festival d'été

Rosie Valland 

Quelques mois seulement après la parution de son premier album complet, Partir avant, elle était déjà de retour en studio pour enregistrer un minialbum de nouvelles compositions, Nord-Est, dans lequel elle pousse un peu plus loin sa folk-rock introspective.

Sur scène au FEQ: 13 juillet, 19h45, à l'Impérial (laissez-passer du FEQ obligatoire)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer