Bilan du Festival d'été: les grands rendez-vous

Les Rolling Stones ont prouvé pourquoi leur titre... (PHOTO ARCHIVES LE SOLEIL)

Agrandir

Les Rolling Stones ont prouvé pourquoi leur titre de légendes du rock est toujours actuel.

PHOTO ARCHIVES LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Festival d'été

Arts

Festival d'été

Qu'il s'agisse de la programmation, des artistes qui viendront et des performances qu'ils offriront, vivez le Festival d'été de Québec au jour le jour avec l'équipe du Soleil. Ce rendez-vous culminera du 7 et 17 juillet 2016. »

(Québec) Le Festival d'été (FEQ) qui s'est terminé hier était celui de deux grands rendez-vous : entre la venue des Foo Fighters et celle des Rolling Stones, les amateurs de rock avaient un solide programme à se mettre sous la dent. L'un et l'autre marqueront les mémoires, mais pour des raisons bien différentes.

Le pouvoir d'attraction et les qualités de performeur... (Photo Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 1.0

Agrandir

Le pouvoir d'attraction et les qualités de performeur de Keith Urban ont certainement ouvert la porte à d'autres vedettes du genre sur les Plaines.

Photo Le Soleil, Pascal Ratthé

Le Montréalais Patrick Watson a relevé le défi... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 1.1

Agrandir

Le Montréalais Patrick Watson a relevé le défi que représentaient les plaines d'Abraham avec brio, offrant une soirée enivrante, poétique et grisante.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Alors que le groupe de Mick Jagger a offert tout ce qu'on attendait de lui (lire l'encadré), celui de Dave Grohl nous aura au final fait vivre une montagne russe d'émotions : on a craint de le voir annuler sa présence au FEQ après l'accident du chanteur, on s'est réjoui de voir qu'il s'amenait chez nous avec un trône rock'n'roll conçu pour permettre à Grohl de jouer malgré sa jambe cassée, on lui en a un peu voulu de malmener les photographes de presse en leur demandant de céder leurs droits d'auteur, on a vécu l'euphorie d'un début de concert sous l'orage... et la grande déception de voir ce concert coupé court après quatre intenses chansons. Ouf!

Du country au franco

En faisant le pari du country sur la grande scène, l'organisation du FEQ n'a pas raté la cible : le pouvoir d'attraction et les qualités de performeur de Keith Urban ont certainement ouvert la porte à d'autres vedettes du genre sur les Plaines. 

Et si la chanson française n'était pas beaucoup représentée sur le site principal, la visite de Patrick Bruel a permis de sauver l'honneur. Malgré la pluie, les admirateurs étaient nombreux et motivés pour accueillir le chanteur de Qui a le droit. Il y avait de l'ambiance, ce qui n'est pas acquis d'avance lorsque les chaises sont permises...

Avec un mandat avoué de ratisser large, le FEQ peut dire mission accomplie. Et pas que sur la grande scène. Entre une ouverture et une fermeture pilotées par des vedettes folk internationales (Vance Joy et Milky Chance), le parc de la Francophonie a aussi présenté une programmation relevée. 

Reste maintenant à voir quel bilan financier brossera l'organisation. Et quelle orientation prendra le FEQ à l'avenir. Quand de (coûteux...) gros noms comme les Rolling Stones et les Foo Fighters ne parviennent pas à faire vendre tous les laissez-passer, doit-on s'attendre à voir poindre à l'horizon un changement de modèle?

LES TOPS...

  • The Rolling Stones: Les papis du rock ont attiré une foule record sur les Plaines. En cela, ils ont créé l'événement. Généreux, professionnels et énergiques (Mick Jagger a occupé l'immense scène comme personne d'autre), les Stones ont prouvé pourquoi leur titre de légendes du rock est toujours actuel. 
  • Patrick Watson: Avec un répertoire qui donne souvent dans le feutré ou l'aérien, le défi que représentaient les plaines d'Abraham pour Patrick Watson était bien réel. Et le Mont-
  • réalais l'a relevé avec brio en restant lui-même et en ne se perdant pas dans le superflu. Une soirée enivrante, poétique et grisante. 
  • Future Islands: Avec sa pop dense gonflée aux synthétiseurs et la performance pour le moins physique de son chanteur Samuel Herring (des mouvements frénétiques et l'air carrément en transe), la formation de Baltimore a franchement dégourdi le parc de la Francophonie. 

ET LE FLOP...

  • Iggy Azalea: L'Australienne a semble-t-il respecté son contrat en ne jouant qu'une heure (si on inclut le DJ plutôt ordinaire qui a occupé les dix premières minutes du concert). Si elle a bien rappé, on a eu l'impression que la vedette était davantage venue pour empocher son chèque que pour créer un lien avec ses admirateurs de la capitale. Un spectacle vraiment pas à la hauteur d'une tête d'affiche des
Plaines.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer