IAM: conjuguer au «nous»

La relation entre IAM, les vétérans du hip-hop... (Photo Wahib)

Agrandir

La relation entre IAM, les vétérans du hip-hop français et leurs fans d'ici n'a cessé de grandir depuis leur premiers liens avec le Québec dans les années 80.

Photo Wahib

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Festival d'été

Arts

Festival d'été

Qu'il s'agisse de la programmation, des artistes qui viendront et des performances qu'ils offriront, vivez le Festival d'été de Québec au jour le jour avec l'équipe du Soleil. Ce rendez-vous culminera du 7 et 17 juillet 2016. »

(Québec) Le collectif IAM a bâti ses premiers ponts avec le Québec à la fin des années 80, à une époque où les rimeurs marseillais se produisaient à Montréal entourés de confrères anglophones. Un quart de siècle plus tard, la scène hip-hop québécoise a bien changé, mais la relation entre les vétérans du hip-hop français et leurs fans d'ici n'a cessé de grandir.

Alors que la troupe débarque chez nous pour deux concerts, jeudi soir sur les plaines d'Abraham et vendredi à l'Olympia de Montréal, le rappeur Akhenaton a confié au Soleil ses réflexions sur l'évolution du hip-hop à travers les cultures... et le temps.

Q Quelle a été votre première impression de la scène hip-hop québécoise?

R La première fois qu'on est venus au Québec, les gars et les filles qui rappaient étaient tous anglophones. Tous. Là où on était fiers et contents, c'est qu'on montait sur scène pour faire nos passages freestyle en français. Du coup, on a tissé beaucoup de liens. On a plusieurs amis au Québec. Et il y a pas mal de fans qui nous suivent aussi depuis cette époque-là. Il y a vraiment une relation d'amour. 

Q En 25 ans de carrière, comment sentez-vous que l'inspiration et l'engagement d'IAM ont changé?

R Les objectifs ne sont plus les mêmes. Avant, on avait un engagement dans l'observation de notre quartier, un engagement de proximité. Ç'a donné des morceaux comme Demain c'est loin, qui sont des tranches de vie. Plus tard, ç'a été plus de l'observation du monde. Je pense qu'en grandissant, on a eu plus conscience de faire partie du monde et pas uniquement d'un quartier ou d'une ville. Ça s'est reflété dans les thèmes des textes. 

Q Vous poursuivez dans la même veine dans vos projets en solo...

R J'ai fait l'album Je suis en vie il y a six mois. C'est un album axé autour de grandes lignes culturelles, comme la représentation de soi à travers Internet. J'ai adoré la révolution qu'il y a eu dans les communications. Mais ç'a aussi engendré des choses tragiques : les conspirationnistes, le recrutement des fanatiques de l'extrême droite et de l'islam radical, la surreprésentation de soi sur Twitter et sur Facebook. C'est né de la téléréalité, les gens sont obsédés par eux-mêmes. Au lieu de parler à la première personne du pluriel, ils parlent à la première personne du singulier, alors que nous sommes des animaux de société. On ne peut pas se projeter dans un univers sain et durable sans conjuguer tout au nous. 

Q Avez-vous toujours été préoccupé par cette question?

R J'ai vu des manifestations avec des centaines de milliers de gens dans la rue et tous les gens qui manifestaient le faisaient pour eux-mêmes. Ça m'a effrayé. Quand j'avais cinq ans, je me souviens d'être allé dans les manifs avec ma mère, auprès des camarades syndicalistes. On défilait contre la guerre du Viêtnam. J'ai grandi dans ça. Je sentais qu'à l'époque, les gens se battaient pour quelque chose qu'ils avaient en commun. Aujourd'hui, les gens survivent et se battent pour eux-mêmes. Je pense qu'il y a des choses très basiques comme le fait de sourire, d'être poli, d'être ouvert et d'essayer de comprendre les autres qui permettent de mieux vivre ensemble. 

Q Avant votre prestation sur les Plaines, le public pourra entendre le rappeur Samian, qui intègre la langue algonquine à ses textes. Remarquez-vous davantage de déclinaisons culturelles dans le monde du hip-hop?

R J'ai travaillé sur une exposition sur le hip-hop à l'Institut du monde arabe de Paris. J'ai écouté des rappeurs de pays arabes rapper en berbère et en différents dialectes... Le hip-hop est un mode d'expression qui se généralise autour du globe. On a joué en Chine l'été dernier avec des rappeurs qui s'exprimaient en cantonais et en mandarin. C'était impressionnant! Moi, je suis d'origine italienne et l'un des groupes les plus populaires en Italie rappe en napolitain! Les gens découvrent à travers le hip-hop une manière de s'exprimer qui respecte leurs origines et leurs traditions, tout en les faisant découvrir aux autres. Et c'est ça qui est important. Pour une fois, on n'est pas stigmatisé pour la manière avec laquelle on parle. On est aimé pour cette manière de s'exprimer. C'est une grosse différence avec la société médiatique d'aujourd'hui, où être différent est devenu compliqué. 

Q Voyez-vous cette exposition sur le hip-hop comme une sorte de consécration du genre dans la culture plus généraliste? Ou est-ce plutôt la preuve qu'il reste de l'éducation à faire?

R Malheureusement, je pense que c'est davantage la deuxième réponse. Il faut encore enfoncer le clou. Des fois, on est encore caricaturés et incompris dans ce qu'on fait. Il faut passer par ce stade de vulgarisation pour que les gens comprennent que cette culture en est une d'ultracréation. Pour moi, cette exposition sert aussi à montrer que cette musique-là atteint tous les recoins du monde. C'est important, ça rapproche les gens. On est en train de battre tous les records d'affluence à l'Institut du monde arabe. D'ailleurs, j'espère qu'on pourra l'amener sur le continent américain.

=> Vous voulez y aller?

  • Qui : IAM
  • Quand : le 16 juillet à 21h30
  • : plaines d'Abraham
  • Accès : laissez-passer
  • Info. : www.infofestival.com

Partager

À lire aussi

  • La grande conquête d'IAM

    Festival d'été

    La grande conquête d'IAM

    Après les Britanniques, c'était au tour des Français de prendre d'assaut les plaines d'Abraham, jeudi soir. À sa quatrième présence au Festival d'été... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer