La «Bruelmania» revit sur les Plaines

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Festival d'été

Arts

Festival d'été

Qu'il s'agisse de la programmation, des artistes qui viendront et des performances qu'ils offriront, vivez le Festival d'été de Québec au jour le jour avec l'équipe du Soleil. Ce rendez-vous culminera du 7 et 17 juillet 2016. »

(Québec) Non, la «Bruelmania» n'est pas morte. Le phénomène se manifeste certes moins souvent qu'il y a 25 ans. Mais quand ses soubresauts se matérialisent, la ferveur semble presque intacte. On l'avait vu au Colisée fin 2013, on en a eu une illustration encore plus intense mardi, sur les plaines d'Abraham.

Ariane Moffatt, sur les plaines d'Abraham, le 14... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 1.0

Agrandir

Ariane Moffatt, sur les plaines d'Abraham, le 14 juillet

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Les imperméables étaient nombreux lors de la prestation... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 1.1

Agrandir

Les imperméables étaient nombreux lors de la prestation d'Ariane Moffatt, mardi soir, sur les Plaines.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Difficile d'évaluer la grandeur de la foule qui s'est réunie mardi sur l'immense terrain, la présence de chaises sur les trois quarts du site faussant un peu les estimations. Mais il y avait du monde. Et du monde motivé à part ça. De mémoire de festivalière, on a entendu l'une des plus belles chorales impromptues depuis longtemps. Pendant le succès J'te l'dis quand même, d'abord, puis dans l'incontournable classique de Bruel, Qui a le droit, les Plaines ont chanté d'une seule voix, sans aucune assistance des musiciens. Notre homme avait l'air ému. On peut le comprendre. 

Depuis sa participation aux Fêtes du 400e en 2008, Patrick Bruel souhaitait, semble-t-il, renouveler l'expérience avec un concert complet sur les Plaines. On n'a pas eu droit à un spectacle neuf, mardi. Le chanteur mettait plutôt un terme à une longue tournée. Mais l'enthousiasme sur scène comme dans la foule, lui, était entier. 

Comme au Colisée il y a un an et demi, Patrick Bruel, qui a reçu mardi le prix Miroir de la Renommée, a lancé sa prestation dans la pénombre, avant de catapulter une version écourtée du tube Place des grands hommes. Pourquoi priver ses fans de l'intégrale? Mystère. À part ce duo quelque peu laborieux avec Alex Nevsky (Bruel a perdu le fil des paroles d'On leur a fait croire), c'est pratiquement le seul reproche qu'on peut formuler à l'égard du chanteur, qui a autrement offert une prestation généreuse et variée, visiblement gonflé à bloc par la foule devant lui. Malgré la multitude de ponchos de plastique, pas de doute que les Plaines étaient belles à voir!

Juste ce qu'il faut de nostalgie (Combien de murs, Casser la voix, Alors regarde, J'te mentirais, avec Charlotte Cardin-Goyer), un clin d'oeil kitsch aux premières années (Marre de cette nana-là), des expériences plus récentes (Maux d'enfants, où Bruel a rappé les rimes de La Fouine), une petite valse pour souligner la fête des Français... «J'ai calculé que si je chantais toutes mes chansons, ça durerait 17h34», a lancé Patrick Bruel à un moment. Pas mal certaine que plusieurs mordus auraient été partants! 

Ariane Moffatt

En début de soirée, Ariane Moffatt s'est offert son baptême des Plaines en solo sous un ciel tristounet, mais dans une ambiance qui était loin de l'être. L'auteure-compositrice-interprète originaire de la Rive-Sud l'a visiblement savourée, cette tribune sur la grande scène. Elle est arrivée armée jusqu'aux dents de tout ce qu'il fallait pour remplir son mandat de «réchauffeuse» de planches : un programme condensé, mais offrant tout de même un beau survol de sa carrière, une poignée de titres ensoleillés, du groove dansant et l'irrésistible charisme qu'on lui connaît.

Entre un tête-à-tête intime le temps de Poussière d'ange, une vibrante Too Late (mi-lourde, mi-caribéenne), une grouillante Miami, un détour chez Phil Collins et des clins d'oeil musicaux à Madonna et à Survivor, Miss Moffatt a butiné entre le piano et le clavier, la batterie et la guitare. Elle a franchement semblé prendre son pied. Et nous aussi.

Ariane Moffatt: extrait du spectacle

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer