Vincent Vallières: fini le mauvais sort

Vallières a apporté dans sa besace tous ses... (Photo Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Vallières a apporté dans sa besace tous ses succès des 15 dernières années dans un spectacle «best of» très rock.

Photo Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Festival d'été

Arts

Festival d'été

Qu'il s'agisse de la programmation, des artistes qui viendront et des performances qu'ils offriront, vivez le Festival d'été de Québec au jour le jour avec l'équipe du Soleil. Ce rendez-vous culminera du 9 au 19 juillet 2015. »

(Québec) Vincent Vallières a réussi dimanche à conjurer le mauvais sort climatique qui le liait au Festival d'été de Québec (FEQ). C'est sous un ciel clément que le Sherbrookois a enfin pu jouer son spectacle en entier et s'éclater. «Ce soir, on va se rendre au boutte, c'est promis!» a-t-il lancé.

Les derniers passages de Vincent Vallières s'étaient déroulés sous la pluie. Son spectacle sur les Plaines en 2012, en clôture du FEQ, avait même dû être annulé. Samedi soir, il était du concert Les légendes d'un peuple et il pleuvait des cordes.

Dimanche, au parc de la Francophonie, il avait apporté dans sa besace tous ses succès des 15 dernières années dans un spectacle «best of» très rock. Il n'a pas perdu de temps avant de démarrer la machine. Le temps est long, Et c'est un départ, Mélie, Café Lézard, Le temps passe :c'est en les écoutant les unes après les autres qu'on réalise à quel point ses chansons font partie de nos vies depuis longtemps. Sur scène, elles prennent toute leur ampleur dans un enrobage beaucoup plus rock. Vallières a mis de l'avant la musique, enfilant une vingtaine de titres.

Moment de foule privilégié lors de Lili, où on a eu droit à la «danse des cellulaires». «La vue est belle d'icitte», a dit Vallières, visiblement content d'être là. Musicienne dans le groupe pour l'été, Salomé Leclerc a chanté Chacun dans son espace avec Vallières. Belle harmonie des deux voix.

Après Stone, la dernière ligne droite s'est amorcée de manière survoltée avec Le bord de l'eau. Le band avait encore de l'énergie! Et il a fini en apothéose avec On va s'aimer encore.

Tout au long de la soirée, les spectateurs connaissaient les refrains et se faisaient un plaisir de chanter avec Vallières, qui semblait aussi à l'aise sur cette scène que dans son salon.

Il fallait profiter à fond de cette occasion de voir le chanteur à Québec, car il s'éloignera sous peu des projecteurs pour se lancer dans l'écriture de son prochain album.

Patrice Michaud

«J'en ai vu des showsau Pigeonnier du FEQ. Ce soir, c'est moi. Le rêve devient réalité à 20h, laisse faire ta chaise, t'en auras pas besoin», avait écrit Patrice Michaud sur Twitter dans la journée d'hier. Le Gaspésien dit avoir vu 25 spectacles au parc de la Francophonie - la scène la plus cool du FEQ, selon ses dires - lors de ses huit années passées à Québec. Mais chaque fois, c'est sur la scène qu'il voulait être. Hier, c'était son tour. Et il s'est payé la traite!

Il a tout de même fallu un bon moment pour que le spectacle décolle. Michaud a entonné les chansons de son dernier album Le feu de chaque jour. Malheureusement, ses longues interventions entre les pièces coupaient le rythme : à éviter dans un spectacle en plein air où la foule est distraite par le bruit ambiant.

C'est lors de son interprétation de la chanson Le feu de chaque jour que Michaud a véritablement montré de quel bois il se chauffait. La «bête de scène» venait de se dévoiler. La foule a sauté sur l'occasion pour bouger avec lui.

Michaud a ensuite invité Pascale Picard à monter sur scène pour entonner Encore et encore de Francis Cabrel, leur idole de jeunesse. Un beau clin d'oeil. Le band de Vincent Vallières est venu en renfort pour une interprétation pleine d'énergie de la chanson Le crash du Concorde. Il y avait beaucoup de talent sur scène.

Pour finir, la foule a chanté en choeur le grand succès de Patrice Michaud, Mécaniques générales. De toute beauté! Le natif de Cap-Chat a eu droit à de chaleureux applaudissements, amplement mérités.

Bertrand Belin

Pas étonnant que le Français Bertrand Belin soit à la fois auteur de romans (il a sorti Requins en début d'année) et musicien. Les sonorités de ses paroles sont étudiées minutieusement pour donner une couleur particulière à ses chansons. Pour sa première visite à Québec, Belin a bien mis la table pour Patrice Michaud et Vincent Vallières. Avec son agréable voix grave et sa musique pop accrocheuse aux accents jazz et cajuns, Belin gagne à être connu de ce côté de l'Atlantique.

Live Blog Le Festival d'été en direct - 12 juillet
Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer