Pays lance le Festival de Cinéma de Québec

La réalisatrice de Pays, Chloé Robichaud et la... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

La réalisatrice de Pays, Chloé Robichaud et la nouvelle venue au cinéma, Nathalie Doummar

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Festival de cinéma de Québec

Arts

Festival de cinéma de Québec

Le Festival de cinéma se déroulera du 14 au 24 septembre 2016. »

(Québec) Un «oui catégorique». Chloé Robichaud n'a pas hésité une seconde lorsqu'on a lui proposé que son deuxième long métrage soit présenté en ouverture du sixième Festival de cinéma de la Ville de Québec. Ce «beau cadeau» est une «belle rampe de lancement» pour Pays, tout en s'avérant un choix artistique fort de la part du FCVQ.

Bien sûr, la cinéaste est originaire de la capitale. Mais son film met en vedette trois femmes, ce qui fait du bien dans une cinématographie trop souvent masculine à outrance. La réalisatrice et ses actrices graviront le tapis rouge mercredi soir.

Pays succède à Paul à Québec (2015) et Mommy (2014) en ouverture. La femme de 28 ans était évidemment ravie de pouvoir montrer son film aux gens d'ici après son passage au Festival de Toronto (TIFF). «Je vais pouvoir inviter ma famille et ceux qui m'encouragent depuis mes débuts. Ça va faire une belle soirée, avec beaucoup de gens de l'équipe qui seront présents», a-t-elle confié au Soleil en entrevue.

Emily VanCamp, qu'on a connue dans la série... (fournie par La boîte à Fanny) - image 2.0

Agrandir

Emily VanCamp, qu'on a connue dans la série Vengeance, joue le rôle d'une médiatrice oeuvrant à l'international dans Pays.

fournie par La boîte à Fanny

Une sélection qui agit aussi comme un baume - plusieurs s'attendaient à voir Pays à Cannes, d'autant que Robichaud était sur la Croisette en 2012 pour son court Chef de meute et en 2013 pour Sarah préfère la course, son premier long. «Est-ce que je suis déçue? Non. Cannes, ça reste un endroit merveilleux et j'espère y retourner. Mais chaque film a son propre chemin. Pays est en train de trouver sa voie.

«Je sais que les gens [du Festival de Cannes] m'aiment et qu'ils croient en moi. Donc, je n'ai pas vu ça du tout comme un désaveu. On s'en est parlé, c'est à la prochaine fois. Pour être franche, il y a un côté de moi qui se dit que c'est une bonne affaire. Je ne fais pas un film pour Cannes, mais pour le monde. Si j'y vais, tant mieux. Mais je n'ai pas envie de porter cette pression à chaque long métrage.»

Alors, qu'en est-il de Pays? C'est un film sur «des gens qui ont des convictions et qui finissent par vivre un certain désenchantement», précise Chloé Robichaud. Au premier chef, Felixe, 25 ans, catapultée à Ottawa alors qu'elle ne s'attendait pas à être élue. «Elle vit de grandes remises en question», croit son interprète, Nathalie Doummar, une nouvelle venue au cinéma. «Elle est très spontanée et authentique. Ça crée de beaux moments de magie à l'écran», commente Chloé Robichaud à propos de l'actrice de théâtre.

Elle partage l'affiche avec Macha Grenon et Emily VanCamp. Yves Jacques, originaire de Québec et porte-parole du FCVQ en 2014, fait partie de la distribution, tout comme Rémy Girard (les deux seront présents à la projection). «J'avais peur de ne pas être hauteur, indique Nathalie Doummar. Mais ils étaient tous tellement chaleureux, accessibles et humains. C'était un contexte parfait pour une première expérience.»

D'ailleurs, «c'est un film assez drôle» malgré son propos politique, estime la réalisatrice et scénariste. Tourné à l'île Fogo et à Terre-Neuve, «il y a vraiment quelque chose de particulier dans l'atmosphère». Ne serait-ce qu'en raison du vent violent qui a soufflé constamment et qui est devenu un personnage du récit.

Autres films au programme

Outre Pays, le FCVQ présentera Embrasse-moi comme tu m'aimes, très bonne nouvelle offrande d'André Forcier, jeudi, et le percutant Juste la fin du monde, vendredi. Le sixième long métrage de Xavier Dolan a obtenu le Grand Prix au récent Festival de Cannes.

Le FCVQ a aussi obtenu un autre film québécois fort attendu pour sa soirée de remise de prix, le 21 septembre : 1: 54 de Yan England. Après un court en nomination aux Oscars en 2013, l'acteur revient derrière la caméra pour un premier long métrage qui s'intéresse à un ado introverti doué d'un talent naturel pour la course à pied, mais victime d'intimidation. Prix du jury étudiant à Angoulême, le drame sportif a aussi valu un prix d'interprétation à Antoine Olivier Pilon (Mommy).

À Québec, le prix du meilleur film sera décerné parmi les neuf films de la compétition officielle. Le FCVQ remettra également des prix pour le meilleur premier long métrage, pour les courts en compétition nationale et internationale ainsi qu'un prix du jury collégial.

Pas moins de 200 films seront présentés pendant le FCVQ, en plus des nombreuses activités périphériques. 

Le festival se déroule jusqu'au 24 septembre. Les détails au www.fcvq.ca.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer