La Palme d'or à Dheepan de Jacques Audiard

Le réalisateur Jacques Audiard... (AFP, Anne-Christine Poujoulat)

Agrandir

Le réalisateur Jacques Audiard

AFP, Anne-Christine Poujoulat

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Festival de Cannes

Arts

Festival de Cannes

Du 13 au 24 mai, notre journaliste Éric Moreault est à Cannes pour suivre le festival de cinéma qui en est à sa 68e présentation. »

(Cannes) Il y avait plusieurs très bons films à ce 68e Festival de Cannes, mais pas de chef-d'oeuvre. Le jury présidé par Ethan et Joel Coen a donc tranché en faveur de Dheepan de Jacques Audiard. La soirée, marquée par quelques surprises, a été placée sous le signe de la France, dont c'était la troisième Palme d'or en huit ans, puisque Emmanuelle Bercot et Vincent Lindon ont obtenu les prix d'interprétation. Le Québécois Denis Villeneuve et son film Sicario ont été écartés du palmarès.

«Je remercie Michael Haneke de ne pas avoir tourné de film cette année», a lancé Audiard à la blague. Le réalisateur français, «très touché», s'est aussi ému de recevoir sa palme des mains des frères Coen. «C'est assez extraordinaire!» s'est-il exclamé.

Son courageux film, tourné sans vedette et à petit budget, raconte l'histoire de «trois étrangers qui deviennent une famille, s'établissent dans un autre pays et apprennent à s'aimer», pour reprendre les mots de Jake Gyllenhaal. Quelques huées ont accueilli l'annonce de la Palme d'or chez les journalistes, mais elles ont rapidement été enterrées par les applaudissements.

Le jury a par contre fait l'unanimité en décernant son Grand Prix au puissant et troublant Fils de Saul de László Nemes. Un véritable exploit puisqu'il s'agit d'un premier long métrage pour le réalisateur hongrois, qui a choisi de raconter l'histoire des Juifs qui secondaient les Allemands dans les camps de concentration. «C'est particulièrement émouvant», a-t-il déclaré en soulignant le courage des jurés d'avoir fait ce choix «alors que l'Europe est encore hantée» par cette abomination.

Xavier Dolan a fait remarquer, à la conférence de presse suivant la remise des prix, que ce film faisait partie de ceux qui ont été plus longs à digérer, mais qui ont eu un impact durable. «On l'a vu au début du Festival et on ne l'a pas oublié.»

La première surprise de la soirée est venue lorsque Michel Franco a remporté le Prix du scénario pour Chronic. Lui-même semblait tellement sous le choc qu'il s'est tourné vers les frères Coen pour leur dire : «Vous êtes mes héros, la raison pour laquelle je fais du cinéma.» Tim Roth, qui joue le rôle principal, a tenu à rappeler que la route jusqu'à Cannes est longue. «Et nous l'avons fait.»

À sa septième présence à Cannes, Hou Hsiao-Hsien est reparti avec le Prix de la mise en scène pour son superbe film d'arts martiaux The Assassin. Yorgos Lanthimos a remporté le Prix du jury pour son iconoclaste The Lobster. Le Grec a fait acte d'humilité : «J'étais seulement heureux de faire partie de la compétition.»

Le jury a créé une autre surprise en partageant le Prix d'interprétation féminine, l'attribuant à Emmanuelle Bercot, pour Mon roi, et à Rooney Mara, pour Carol (alors que plusieurs voyaient Cate Blanchett, qui partage l'écran avec Mara). L'actrice française, très émue, a dédié son prix à la réalisatrice Maïween - «il récom­pense son audace, son sens aigu de la liberté et son anticonformisme» -, mais aussi à Vincent Cassell : «Je ne serais pas là sans [lui].»

Rooney Mara étant retenue à New York, c'est Todd Haynes qui est venu chercher la récompense. Le réalisateur n'était pas déçu que son film n'ait pas obtenu un autre prix. «Quand on montre son film pour la première fois, on ne sait pas comment les gens vont réagir. Et la réception qu'on a eue a été magnifique.»

C'est Vincent Lindon qui a offert le moment le plus touchant de la cérémonie en allant embrasser chacun des membres du jury avant d'aller cherche son prix d'interprétation, «le premier de ma carrière», très ému. «Faites des rêves immenses pour ne pas les perdre de vue en les poursuivant», a-t-il dit en citant Faulkner. Après avoir dédié son prix aux laissés-pour-compte, il a lancé à Stéphane Brizé, le réalisateur de La loi du marché : «Tout ça aurait été impossible sans toi». «J'ai du mal à expliquer ce que je viens de vivre», a-t-il confié.

Si la France a obtenu beaucoup d'honneurs, les Italiens ont fait chou blanc même si les films de Nanni Moretti et Paolo Sorrentino ont fait forte impression. Mais comme l'expliquait la jurée Rokia Traoré, «on n'a pas pris en considération l'origine du film. C'était des choix difficiles à faire».

Voir deux films par jour semble aussi avoir marqué les jurés, mais surtout les délibérations. «On a discuté en long et en large de chaque film, a révélé Xavier Dolan. Ça ne me changera pas comme artiste, mais comme être humain qui a quelque chose à raconter.» Pour Rossy de Palma, «ça nous a permis de réaliser à quel point c'est difficile de faire un bon film».

C'est le Colombien Cesar Augusto Acevedo qui a obtenu la Caméra d'or, remise parmi les 26 premiers films présentés pendant le Festival, pour La tierra y la sombra. Quant à la Palme d'or du court-métrage, elle a été décernée à Waves '98 d'Eli Dagher.

Les frais d'hébergement sont payés par le Festival de Cannes.

=> Les gagnants

  • Palme d'or:  Dheepan, Jacques Audiard
  • Grand prix: Le fils de Saul, László Nemes
  • Prix du jury: The Lobster, Yorgos Lanthimos
  • Prix de la mise en scène: The Assassin, Hou Hsiao-Hsien
  • Prix du scénarioChronic, Michel Franco
  • Prix d'interprétation masculine: Vincent Lindon, La loi du marché
  • Prix d'interprétation féminine ex-aequo: Rooney Mara, Carol; Emmanuelle Bercot, Mon roi

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer