Murmures des murs: des maisons boîtes à surprises

À la fois mime, danseuse, marionnettiste, illusionniste et... (Photo R.Haughton)

Agrandir

À la fois mime, danseuse, marionnettiste, illusionniste et acrobate, Aurélia Thierrée est appelée à côtoyer quelques monstres poétiques, dont une immense créature faite de papier bulle, dans le spectacle Murmures des murs.

Photo R.Haughton

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CRITIQUE / Après deux ans de malchance, la troupe du spectacle Murmures des murs a enfin conjuré le mauvais sort au Carrefour international de théâtre. Aurélia Thierrée et sa bande ont fait de la magie, vendredi soir, sur la scène de La Bordée, devant un public qui les a chaudement ovationnées.

En 2015, un premier rendez-vous avec le Carrefour a tourné court lorsque l'interprète principale de la pièce s'est blessée le soir de la première. L'an dernier, c'est une grève dans le domaine des transports en France qui a empêché le décor et les accessoires - nombreux et indispensables à la prestation - de voyager jusqu'à nous. Jamais deux sans trois, dit-on. Mais ici, la troisième fois a été la bonne!

Avec ce spectacle très visuel imaginé et mis en scène par Victoria Thierrée-Chaplin - la fille du célèbre Charlie -, un joyeux désordre règne sur la scène de La Bordée. Boîtes et babioles en tous genres jonchent les planches quand nous arrive une femme un peu étrange (Aurélia Thierrée, elle-même fille de la metteure en scène). Un homme la somme d'emballer ses biens. «Il faut partir, tout le monde attend», répète-t-il.

À ce moment, la magie s'installe peu à peu. Avec ces objets qui apparaissent (on craque pour ces tenaces chaussures rouges!) ou qui semblent se mouvoir d'eux-mêmes, pas facile de faire ses boîtes. Alors que notre héroïne part sans s'être acquittée de sa tâche, une sorte de poursuite ludique qui l'amènera dans diverses demeures vénitiennes se met en branle. Des maisons boîtes à surprises où Aurélia Thierrée sera à la fois mime, danseuse, marionnettiste, illusionniste et acrobate. Et où son personnage côtoiera quelques monstres poétiques - dont une gigantesque créature faite de papier bulle et un homme oiseau à tête de soufflet -, d'inquiétants humains sans visage, un agile danseur (Jaime Martinez) et un rigolo gaffeur (l'irrésistible clown Antonin Maurel). Est-elle en train de rêver? Ou de perdre la raison? Peu importe! D'une manière ou d'une autre, le voyage s'avère captivant.

Au coeur d'un ingénieux spectacle qui assume néanmoins son côté artisanal, Aurélia Thierrée brille certes par sa polyvalence, mais encore davantage par sa présence magnétique. Des yeux immenses, un visage sans âge, une aura de mystère et le don de susciter l'émerveillement avec de petites choses. Elle est tombée dans la marmite quand elle était petite et ça se voit.

Murmures des murs est présenté de nouveau à La Bordée samedi à 15h et dimanche à 19h.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer