Reality: chercher le vrai, croquer dans le faux

Reality explore de réjouissante manière la frontière entre... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Reality explore de réjouissante manière la frontière entre le documentaire et la fiction et se déploie avec beaucoup d'humanité.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Carrefour de théâtre

Arts

Carrefour de théâtre

Le 17e Carrefour international de théâtre de Québec bat son plein du 24 mai au 11 juin 2016. Lisez les entrevues avec les artistes présents et les critiques des pièces. »

(Québec) CRITIQUE / Pendant plus de 50 ans, une Polonaise a tenu un registre rigoureux de ce qu'elle a fait de ses journées: tout ce qu'elle a mangé, toutes les personnes qu'elle a rencontrées, tous les appels téléphoniques reçus ou donnés, toutes les émissions regardées... L'histoire en elle-même a de quoi fasciner. Sous la lentille des Italiens Daria Deflorian et Antonio Tagliarini, qui explorent de réjouissante manière la frontière entre le documentaire et la fiction, elle se déploie avec beaucoup d'humanité.

Comme dans Ce ne andiamo per non darvi altre preoccupazioni, l'autre pièce du duo présentée (en italien avec surtitres français) cette année au Carrefour international de théâtre, Reality soulève plusieurs questions et joue sur le sens même de la représentation théâtrale. 

Le ton est donné dès le début de la pièce, alors que les auteurs et comédiens passent plusieurs minutes à essayer de faire le mort de manière crédible. Dans cette séquence franchement comique, ils se critiquent, se confient leurs doutes et leurs appréhensions devant le défi de bien interpréter la mort du personnage central de leur pièce. Parce que la femme qui leur a inspiré cette création -Janina Turek, décédée en 2000 - a réellement existé, dans toute sa singularité. Parce qu'ils souhaitent vraiment être fidèles à sa réalité. Et parce que si le public n'y croit pas, c'est foutu!

Pour brosser un portrait vraisemblable d'un personnage, pour toucher les spectateurs dans une expérience théâtrale, l'émotion est primordiale. Or, la matière première de Deflorian et Tagliarini -748 carnets aux allures de registres comptables - en est complètement dénuée. Dans cet étrange journal intime froidement factuel, ce sont donc les trous, les non-dits qui les intéressent. Et c'est là que la fiction entre en ligne de compte dans un exercice où l'illusion est créée, puis déconstruite en jouant franc-jeu avec le public : ceci est vrai, ceci ne l'est pas.

Entre l'énumération de faits sans doute puisés dans les carnets de Janina Turek et les multiples hypothèses sur ses états d'âme, Deflorian et Tagliarini naviguent en changeant constamment de chapeau. Ils inversent leurs rôles, se glissant tour à tour dans la peau de la dame. Mais ils sont aussi un peu eux-mêmes en constant questionnement sur leur sujet - qui était vraiment cette femme qui entretenait cette étrange habitude? - et sur la manière de bien le représenter sur scène. L'approche est minimaliste, directe et diablement efficace.

Reality est présenté une nouvelle fois au Périscope ce samedi à 18h.

Samedi au Carrefour

  • Où tu vas quand tu dors en marchant...?: parcours déambulatoire autour de l'îlot des palais et du parc de l'Artillerie , entre 21h et 23h
  • Les affinités électives: Domaine Cataraqui, 19h
  • Ce ne andiamo per non darvi altre preoccupazioni: Périscope, 15h
  • L'art de la chute: Studio Marc-Doré du Périscope, 13h (laboratoire)
  • Hôtel-Dieu: Studio d'essai, Méduse, 17h (répétition publique)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer