Hiéroglyphes: traces métissées

Jean-François Plante (au centre) a été jumelé à... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Jean-François Plante (au centre) a été jumelé à la conteuse Arleen Thibault pour l'écriture de leur projet. Jean-François F. Lessard (à gauche) lui tire la pipe gentiment.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Carrefour de théâtre

Arts

Carrefour de théâtre

Le 16e Carrefour international de théâtre de Québec se déroule du 21 mai au 7 juin 2015. »

<p>Isabelle Houde</p>

(Québec) On n'a pas tous les jours 20 ans. Et Entr'actes n'a pas voulu laisser passer cet anniversaire sans le souligner de belle façon, avec un spectacle unique, Hiéroglyphes, présenté un soir seulement au Carrefour international de théâtre. Au menu : 18 auteurs-interprètes, autant d'histoires et d'univers qui seront métissés sur scène.

«Ça termine les célébrations, c'est comme la cerise sur le sundae. Ça nous sort des productions habituelles qu'on fait», lance Jean-François F. Lessard, le directeur artistique de la compagnie de théâtre qui a comme particularité de faire de la création avec des personnes handicapées. «Normalement, on crée des spectacles qui tournent beaucoup. Cette fois, c'est différent aussi parce que ce sont les interprètes qui ont écrit leurs textes», ajoute-t-il.

Le projet est né, en fait, du succès des premiers ateliers d'écriture tenus par Entr'actes qui, outre des productions professionnelles, offre aussi de la formation artistique. L'idée du 20e anniversaire s'est pointée, et avec elle, le désir de pousser plus loin le volet écriture avec certains auteurs, qui sont, du coup, devenus interprètes. Ils sont neuf à avoir été jumelés avec des auteurs, conteurs et poètes professionnels.

«J'avais eu énormément de plaisir au premier atelier. Quand j'ai vu qu'ils partaient ce projet-là, je n'ai pas hésité», raconte Jean-François Plante, qui a été jumelé à la conteuse Arleen Thibault. «Mon texte était déjà écrit, mais on a fait plusieurs rencontres avec Arleen pour étoffer le texte, lui donner une forme plus théâtrale... Dans mon cas, c'est devenu un texte de conteur, écrit en langage parlé, alors qu'au début, il était en langage plus littéraire. Ça a été un gros défi pour moi, mais j'ai bien aimé l'expérience», poursuit-il. «Il avait l'impression qu'il trichait en mettant des élisions», renchérit en riant Arleen Thibault, sa complice. «Finalement, il s'est lâché lousse. On s'est donné une belle liberté dans l'exploration», ajoute la conteuse.

Jean-François Plante se présentera sur scène déguisé en ours et avec... une marchette, la faute à un tibia et une cheville cassée à un drôle de moment. N'empêche, il racontera l'histoire d'un ours, donc, qui, grâce à des bottes de souvenance, remonte à la source d'un souvenir douloureux et change, du coup, sa perspective sur les évènements. Dans une sorte d'écho, Arleen Thibault, elle, replongera dans un souvenir d'enfance où, dans l'appartement de sa grand-mère, elle s'est réveillée en sursaut en croyant qu'une bête sauvage s'y promenait...

Laisser une trace

Des duos comme ça, il y en a huit autres, tous avec en trame de fond l'idée de laisser une trace, littérale ou figurative. «Ce n'est pas du tout une suite de textes qui parle d'expériences à Entr'actes. L'idée de trace a amené pour certains un regard introspectif assez tendre», détaille Jean-François F. Lessard.

D'autres duos se sont complètement éclatés : Julien Fiset-Fradet et Érika Soucy, par exemple, s'échangent des points de vue sur la rencontre entre un gars et une fille dans le défunt bar Le Caméléon, à Limoilou, pendant un show punk du «Festicrasse»... Une écriture urbaine un peu trash, décrit le directeur artistique et metteur en scène. Mathieu Bérubé-Lemay et Steve Gagnon ont élaboré un triptyque plutôt noir avec une écriture à la Patrick Senécal. Geneviève Morin et Geneviève Duclos, elles, s'échangeront la réplique dans une poésie érotique pop et geek, «un peu comme si Claude Rajotte lisait de la poésie érotique en te citant des albums», compare avec un sourire le meneur de la troupe.

L'éclectisme, donc, est au rendez-vous, à l'image de la raison d'être de l'organisme culturel. «Ça témoigne de ça. Entr'actes, c'est le métissage social et de plus en plus le métissage disciplinaire, entre le théâtre, le conte, le poème, la vidéo, la musique en direct... Forcément, pour témoigner de ce qu'est Entr'actes en ce 20e anniversaire, il fallait qu'on se promène d'un univers à l'autre», complète son directeur.

Dynamique mixte

«Nous, on part d'une dynamique mixte et on monte des projets, parce que d'un point de vue philosophique, on croit au vivre ensemble, et ça, ça demande de composer avec les anomalies de l'autre, le hors-norme de l'autre, et pas juste de composer avec, mais même de dire : "Il est donc bien tripant, ton hors-norme!"» poursuit-il.

«Et d'un point de vue dramaturgique, la notion de limites est intéressante. Nos propres limites, les limites des autres. On parle de limites physiques et intellectuelles, mais aussi de nos limites sociales, émotives, politiques, même. [...] Hiéroglyphes, c'est l'occasion de se faire raconter des histoires, et se faire poser des questions qui ne concernent pas que les personnes handicapées, bien que la présence de personnes handicapées nourrisse ce questionnement», conclut-il.

=> À l'affiche

  • Titre : Hiéroglyphes
  • Mise en scène : Jean-François F. Lessard
  • Textes et interprétation : Mathieu Bérubé-Lemay, Geneviève Brassard-Roy, Roselyne Chevrette, Véronique Côté, Julie Demers, Jean Désy, Geneviève Duclos, Julien Fiset-Fradet, Isabelle Forest, Steve Gagnon, Maryse Lapierre, Geneviève Morin, Dale Perron, Jean-François Plante, Patric Saucier, Erika Soucy, Arleen Thibault, Cédrick Verner
  • Salle : Octave-Crémazie, Grand Théâtre de Québec 
  • Date : 27 mai 
  • Synopsis : Hiéroglyphes constitue une prise de parole tout à fait singulière, qui propose une rencontre avec la différence dans un cadre de mixité sociale et de métissage créatif. Une façon de prouver que même les plus fragiles et les plus marginalisés d'entre nous peuvent se tenir dans la lumière, capter l'attention, provoquer la réflexion, le plaisir et l'émotion.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer